Publications de l’AHMUF

Joëlle Alazard, Céline Borello, Camille Desenclos, Fabien Salesse (textes réunis et édités par), Le monde de l’imprimé en Europe occidentale (vers 1470-vers 1680), Paris, Bréal, 2021, 229 pages.

 

Table des matières :

Franck Collard, Préface, p. 3.

Nicolas Le Roux, Préface, p. 5.

Christine Bénévent, L’imprimerie, objet de discours au XVe et XVIe siècles, p. 13.

Catherine Rideau-Kikuchi, Le « petit monde » de l’imprimerie italienne, 1460-1530 : développement, mobilités et polarisation, p. 33.

Rémi Jimenes, L’atelier typographique à la Renaissance : local, organisation, équipement. L’apport des archives parisiennes, p. 49.

Malcom Walsby, L’évolution de l’objet imprimé en Europe du XVe au XVIIe siècle, p. 77.

Xavier Prevost, Autorité monarchique et impression de la loi en France de Charles VIII à Henri II (1483-1559), p. 93.

Marion Pouspin, Imprimer l’actualité : les nouvelles en Europe occidentale (vers 1470 – vers 1680), p. 109.

Yann Rodier, La bataille de l’imprimé. Fabrique, diffusion et usage politique des libelles dans le premier XVIIe siècle, p. 127.

Marion Deschamp, Par la grâce du seul imprimé ? Réforme luthérienne et révolution médiatique (XVIe siècle), p. 145.

Philippe Martin, Comment l’imprimé a changé la vie des croyants, p. 163.

Véronique Castagnet-Lars, L’imprimé et la Compagnie de Jésus (XVIe-XVIIe siècles), p. 177.

Anne Béroujon, Censure et contrebande de livres au XVIIe siècle, p. 197.

Faire de l'histoire moderne

 

Nicolas Le Roux (dir.), Faire de l’histoire moderne, Paris, Garnier, collection Rencontres, 2002, 382 p.

ISBN: 978-2-406-10691-3; ISSN: 2103-5636. 35 euros.

Ce volume collectif propose des synthèses sur les thématiques ayant récemment orienté les travaux des historiens modernistes. Il s’intéresse aux structures familiales et accorde une large place à la situation des femmes. Il analyse les transformations des cadres sociaux, idéologiques et culturels.

Table des matières

Nicolas Le Roux, Introduction     p. 7

Jérôme Luther Viret, Lhistoire de la famille et la démographie historique
en France à lépoque moderne. Nouvelles approches    p. 13

Sylvie Steinberg, Histoire du genre    p. 39

Élie Haddad, Lhistoire de la noblesse. Quelques perspectives récentes  p. 65

Diane Roussel, Apprivoiser la violence    p. 95

Emmanuelle Chapron, Histoire du livre et des bibliothèques  p. 117

Florence Alazard, Fêtes et spectacles. Lhistoire moderne sur la scène  p. 141

Nicolas Schapira, Culture écrite et histoire sociale du pouvoir à lâge moderne  p. 161

Yann Lignereux, Limage du roi  p. 183

Éric Hassler et Pauline Lemaigre-Gaffier, Les sociétés de cour en Europe  p. 211

Vincent Meyzie, Histoire(s) de lÉtat royal (XVIIe-XVIIIe siècles). Institutions, pratiques, officiers  p. 235

Éric Schnakenbourg, Au-delà et en deçà de la politique étrangère ? Écrire lhistoire des relations internationales et de la diplomatie à lépoque moderne  p. 269

Jean-Marie Le Gall, Lhistoire religieuse de la France saisie par le théologico-politique ? Un bilan historiographique (1990-2015)  p. 293

Paul Chopelin, Lhistoire de la Révolution française dans la décennie 2010. Morcellement, renouveau et crise interprétative  p. 335

 

État, pouvoirs et contestations | SUP

 

 

État, pouvoirs et contestations dans les monarchies française et britannique v. 1640-v. 1780, Paris, Sorbonne Université Presses, 2019, 160 p.

ISBN 979-10-231-0659-6. Prix : 15 euros.

 

Comment se sont construites les deux plus puissantes monarchies d’Europe occidentale, la monarchie française et la monarchie britannique, entre le milieu du xviie siècle et la fin du siècle suivant ? quels étaient leurs fondements idéologiques ? qui étaient les principaux acteurs de ces systèmes politiques ? à quelles oppositions les souverains se heurtèrent-ils ? C’est à ces questions que ce volume tente de répondre.

Cet ouvrage fait partager les résultats des recherches les plus récentes dans le domaine de l’histoire politique. Il propose des mises au point historiographiques (le mystère de la Fronde ; les révoltes populaires sous Louis XIV ; les grandes figures du pouvoir et la contestation politique en Grande-Bretagne), des recherches originales sur des thèmes très neufs (la communication politique ; les soldats protestants dans l’armée française) et des réflexions sur des objets transversaux (l’idée de Révolution à travers le temps).

Les différences entre la Grande-Bretagne et la France sont anciennes : ce livre rappelle aussi que les systèmes politiques sont rarement immuables, et qu’ils doivent affronter régulièrement des formes variées d’opposition, parfois limitées, parfois généralisées et de temps en temps radicales.

 

Table des matières

Préface, par Nicolas Le Roux, p. 7

Nouvelles perspectives de recherche et d’interprétation concernant la Fronde, par Jean-Marie Constant, p. 11

Papier timbré et Bonnets rouges : essai de bilan, par Gauthier Aubert, p. 35

La révolutions anglaise des années 1640 et les mutations de la communication politique, par Stéphane Haffemayer, p. 51

Les échelles du politique à travers les biographies d’Algernon Sidney et de Lord Bolingbroke, par Stéphane Jettot, p. 71

Du Country Party au radicalisme –vers 1670-vers 1780) : anatomie de la contestation politique en Grande-Bretagne, par Edmond Dziembowski, p. 93

Les soldats protestants face à la révocation. L’armée royale à l’épreuve de l’édit de Fontainebleau -1685-vers 1760) par Paul Vo-Ha, p. 113

Mettre le monde par-dessus-tête, par Pierre Serna, p. 135

Table des matières p. 159

 

L'environnement à l'époque moderne | SUP

L’environnement à l’époque moderne, Paris, Sorbonne Université Presses, 2018, 184 p.

IBSN 979-10-231-0607-7 Prix 12 euros.

Alors que l’environnement se place, en ce début de XXIe siècle, au cœur des réflexions sociétales et politiques, le regard ici porté sur les prémices de sa prise en compte à l’époque moderne dévoile l’émergence ancienne des préoccupations des populations le concernant. L’ouvrage démontre l’intérêt d’une approche historique située au carrefour des connaissances portant sur la nature, les sociétés humaines et la biogéographie. Tout en définissant l’histoire environnementale, il met en évidence le rôle pionnier joué par Emmanuel Le Roy Ladurie dans la naissance de la discipline, au cours des années 1966-1975, et souligne les principales étapes de son développement, marqué par la volonté de comprendre les interdépendances et les interactions unissant hommes, milieux et habitats.

Un premier développement est consacré à l’histoire du climat, ici interrogée sous l’angle de la notion de risque présenté pour les populations. Quatre autres objets d’étude illustrent la variété des thèmes abordés, qui vont de l’intérêt pour le jardin botanique urbain au XVIIIe siècle, révélateur d’une sensibilité nouvelle tout autant que de l’élargissement du monde connu, aux héritages de l’histoire perceptibles encore de nos jours dans les peuplements de la forêt de Compiègne, en passant par l’utilisation du littoral et le développement des aménagements portuaires à l’échelle mondiale ; enfin à la compréhension des épidémies, souvent révélatrices de la dissociation opérée entre nature et culture, à l’échelle micro-historique.

S’il offre un bel aperçu des apports récents de la recherche, cet ouvrage, grâce à sa mise en perspective historique, bat également en brèche quelques idées reçues, telle l’opposition présupposée entre une société traditionnelle soumise aux aléas et une société contemporaine du risque les maîtrisant : la crise climatique de 1784 témoigne de l’apparition d’une politique de la gestion du risque sous Louis XVI, et de la modernisation de l’État comme vecteur de sa prise en charge. À partir d’exemples précis, les contributions ici rassemblées prouvent que l’histoire a bel et bien sa place dans une expertise scientifique que élargie, et un rôle d’adjuvant actif à jouer dans les processus collaboratifs d’appui à la décision par les élus.

 

Table des matières :

Lucien Bély, Préface, p. 7

Première partie : Prémisses de l’histoire environnementale

Grégory Quenet, Emmanuel Le Roy Ladurie et la naissance de l’histoire environnementale, p. 13

Emmanuel Garnier, Une histoire relique ou un horizon scientifique durable? Sociétés et risques climatiques sous l’Ancien Régime, p. 33

Deuxième partie : Objets de recherche

Emilie-Anne Pépy, Le jardin botanique urbain en France au XVIIIe siècle, p. 61

Gérard le Bouëdec, Histoire maritime et histoire de l’environnement, p. 85

Jérôme Buridant, En forêt de Compiègne, les héritages de l’époque moderne, p. 125

Patrick Fournier, Pour une histoire environnementale des épidémies européennes, p. 149

 

Habitat et cadre de vie à l’époque moderne, Paris, PUPS, 2016.

ISBN : 979-10-231-0515-5. Prix 12 euros.

L’habitat est un marqueur social susceptible de révéler bien des us et coutumes. Ce volume fait partager les récentes découvertes, obtenues à partir d’enquêtes de terrain et de recherches dans les archives (inventaires après décès, plans d’architectes), pour mieux faire comprendre l’évolution des implantations et les structurations de l’espace habité dans lequel pénètre le lecteur.

À travers l’habitat aristocratique et clérical et ses différentes formes, les locaux professionnels et les maisons ordinaires en ville, et l’évolution des habitats ruraux, un large éventail d’études permet d’aborder bien des aspects de la vie des hommes et des femmes aux Temps modernes, une piste de recherches féconde, car le cadre de vie conditionne ou reflète souvent la façon de penser et d’agir.

Table des matières :

Lucien Bély. Préface

Première partie

Spécificités de l’habitat aristocratique et clérical

Marjorie Meiss-Even, « Bienvenue chez les Guise : sur l’habitat aristocratique à la Renaissance »

Nicolas Courtin, « Habiter un hôtel particulier à Paris au xviie siècle d’après les inventaires après décès »

Natacha Coquery, « L’hôtel aristocratique, lieu du changement urbain. Paris au xviiie siècle »

Frédéric Meyer, « Entre notabilité et modestie cléricale : l’habitat du clergé séculier en France à l’époque moderne »

 

Deuxième partie

Espaces communs et locaux professionnels en ville

Linnéa Rollenhagen Tilly, « Habiter ensemble les espaces communs dans les maisons ordinaires à Paris (1650-1790) »

Youri Carbonnier, « L’habitat et les locaux à usages professionnels en ville au xviiie siècle »

 

Troisième partie

Habitat rural et modes de vie

Michel Figeac, « Vivre en gentilhomme campagnard au siècle des Lumières »

Martine Camiade et Jean-Pierre Lacombe-Massot, « Structure et évolution du mas de l’Albera à l’époque moderne »

L’intégralité des publications de l’AHMUF est disponible ici

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search