Populations particulières des cimetières modernes (1500 – 1804), Ecole nationale supérieure d’architecture de Lyon, 23 novembre 2021

 

LE PCR « Les cimetières modernes hors les murs dans le nord-est de la France »

Cette opération est menée dans le cadre du PCR : « Les cimetières modernes hors les murs dans le nord-est de la France – Topographie, modes / pratiques funéraires et populations des cimetières antérieurs au décret impérial de 1804 (XVIe-XVIIIe siècles) », co-dirigé par Carole Fossurier (Inrap BFC) et Myriam Dohr (Inrap GE).

Le PCR porte sur les cimetières de la fin de la période moderne dans le quart nord-est de la France : il est né à la suite de deux opérations archéologiques menées à Nancy et Dijon en 2010 et 2012. Ces sites d’inhumation créés au XVIIIe siècle et fermés au début du XIXe siècle présentent en effet des caractéristiques communes et propres aux cimetières de cette période. Devant l’accroissement récent du nombre de fouilles de ce type sur l’ensemble du territoire français, il est apparu rapidement intéressant de procéder à des synthèses. Ce PCR s’intéresse donc aux cimetières créés ou déplacés hors (ou à proximité) des murs pendant toute la période moderne, jusqu’au décret impérial de 1804, et ce sur une zone d’étude comprenant un grand quart nord est de la France. A la problématique initiale se sont rapidement ajoutées des thématiques parallèles, comme l’état sanitaire, le petit mobilier ou les modes d’inhumation, ainsi que les populations « particulières ».

Argumentaire

Cette journée propose d’observer les populations particulières des cimetières modernes, c’est-à-dire les populations « non classiques », de par leur confession, métier, statut, catégorie sociale, âge, état de santé… Qui sont-elles ? Est-il possible de les identifier au sein des espaces funéraires ? Leur statut, leur religion, leur âge influencent-ils le lieu et les modes d’inhumation de ces populations ? Ont-elles leur place dans les cimetières dits « classiques » ou sont-elles systématiquement mises à part ? Les pratiques funéraires les concernant sont-elles différentes ? Si oui, quelles sont-elles et pourquoi ? Où se trouvent ces cimetières dans la ville ? Y a-t-il des zones réservées, des espaces clos, un marquage des tombes ? Et enfin, qu’en disent les sources écrites ? Et qu’en est-il de la concordance entre les écrits et la réalité ?

La multiplicité des approches et des sources, textuelles et iconographiques, archéologiques et anthropologiques, devrait permettre d’apporter quelques éléments de réponses à ces interrogations.

JOURNEE DU 23 NOVEMBRE 2021

9h30 Accueil

10h-12h

Claire Decomps : Les juifs dans les cimetières. Rites funéraires et cimetières

Vincent Hadot : Les cimetières militaires hors-les-murs d’Ancien Régime à travers l’exemple de Marsal (Moselle) : apport des études archivistiques pour la compréhension d’un mode d’inhumation nouveau

Michel Signoli : Les militaires dans les cimetières

13h30-15h30

Avril Meffray : Du texte à l’os : regards croisés entre sources historiques et sources anthropobiologiques sur les malades de l’époque moderne et leurs pathologies.

Stéphane Hardouin : L’hôtel-Dieu de Lyon : un cimetière protestant géré par une administration catholique durant la répression (XVIIe-XVIIIe siècles)

Anaïs Delliste : Le traitement des individus immatures à l’Hôtel-Dieu de Lyon : confrontation des données archéo-anthropologiques de deux secteurs funéraires hospitaliers

 

Résumés des interventions

Les juifs dans les cimetières. Rites funéraires et cimetières

Après avoir exposé les grands principes religieux régissant la question de la mort dans le judaïsme (respect du défunt, égalité de tous devant la mort, inhumation en pleine terre, sépultures individuelles, interdit de l’exhumation, impureté rituelle, etc……) et leurs conséquences pratiques sur l’organisation des cimetières, cette communication s’intéressera aux spécificités des cimetières juifs à l’époque moderne sur l’actuel territoire français.

Claire Decomps

Responsable de la conservation du musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Les cimetières militaires hors-les-murs d’Ancien Régime à travers l’exemple de Marsal (Moselle) : apport des études archivistiques pour la compréhension d’un mode d’inhumation nouveau

Il s’agit ici d’évoquer plus particulièrement la création et la population du cimetière de Marsal, son lien avec l’hôpital militaire de la place, et de le comparer avec d’autres cimetières similaires connus principalement dans la moitié orientale de la France.

Vincent Hadot

Conservateur, musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau

Du texte à l’os : regards croisés entre sources historiques et sources anthropobiologiques sur les malades de l’époque moderne et leurs pathologies

Il existe d’abondantes sources historiques fournissant des éléments de contexte sur les maladies et épidémies qui ont affligé les populations modernes, au premier rang desquels se trouvent les archives hospitalières, les traités médicaux ou les très populaires « topographies médicales » des XVIIIe – XIXe siècles. Sont ainsi dénombrées une grande variété de pathologies qui auraient touché la société française moderne, urbaine ou rurale : des pathologies dégénératives et inflammatoires, des traumatismes, des pathologies métaboliques ; ou encore de nombreuses infections, comme la tuberculose, syphilis, variole, rougeole, choléra, dysenterie et autres fièvres souvent peu définies  à l’époque de la production des différentes sources écrites afférentes.

Cette communication vise à mettre en parallèles sources historiques, d’une part, et sources ostéoarchéologiques et pathologiques, d’autre part, au regard des affections dont souffraient les individus exhumés de contextes funéraires modernes. Nous passerons ainsi en revue l’ensemble des groupes nosologiques rencontrés lors de l’étude de plusieurs séries provenant de cimetières de cette période (e.g. ensembles funéraires des Crottes et de la Capelette à Marseille, des Trois-Maisons de Nancy, Kennedy-Ferrières à Martigues, etc.) et au sein desquels des échantillons de malades ont été mis en évidence. Ces données paléopathologiques seront mises en perspective avec les sources historiques disponibles sur la prévalence de ces mêmes pathologies en France à la même période, afin d’identifier les divergences et convergences majeures entre ces différentes d’approches.

Nous montrerons enfin comment la mise en œuvre de recherches interdisciplinaires intégratives, notamment via l’apport de méthodes innovantes telles que la paléomicrobiologie dans le cadre nosologique des infections, peut permettre un renouveau de ces problématiques et vient réconcilier les sources issues de différentes disciplines en éclairant sur la présence d’infections « silencieuses » au sein de corpus ostéoarchéologiques modernes.

Avril Meffray

Chercheuse associée à l’UMR 7268 ADES (recherche postdoctorale)

L’hôtel-Dieu de Lyon : un cimetière protestant géré par une administration catholique durant la répression (XVIIe-XVIIIe siècles)

Le projet de réhabilitation de l’Hôtel-Dieu a permis de réaliser entre 2011 et 2017 plusieurs interventions archéologiques prescrites par le SRA Auvergne-Rhône-Alpes dans de nombreux secteurs de cet ancien hôpital médiéval, désaffecté en 2010. Elles ont touché les emplacements successifs des différents cimetières, établis pour inhumer les malades décédés, les indigents, mais également des populations plus particulières, exclues des cimetières paroissiaux. Dès 1600, en application de l’édit de Nantes (1598), l’hôpital est contraint d’accueillir le cimetière des protestants sur l’un de ses terrains contigus. Déplacé au gré des constructions, il est fermé peu après la promulgation de l’édit de Fontainebleau en 1685. Il est cependant exceptionnellement rouvert en 1692 à la demande des négociants, banquiers et riches artisans calvinistes Suisses et luthériens Germaniques. Ce cimetière accueille également les sépultures d’anglicans britanniques de passage et comporte, peu après le milieu du XVIIIe siècle, un secteur réservé aux juifs. Malgré l’interdit en vigueur, il accepte également dès le début du XVIIIe siècle, d’après les registres conservés, les inhumations des huguenots réfractaires ou de passage à Lyon. Ce cimetière demeure en usage jusqu’en 1793 et pourrait avoir accueilli encore des inhumations jusqu’au tout début du XIXe siècle. Il constitue donc un rare exemple de cimetière protestant officiel fonctionnant avant et peu après la révocation de l’édit de Nantes.

Les fouilles ont permis d’appréhender les différents espaces successifs d’inhumation et d’explorer intégralement le dernier emplacement du cimetière protestant, utilisé à partir de 1682. Les études anthropologiques (réalisées sous la direction d’Isabelle Bouchez et Arnaud Tastavin) et celle des rares vestiges mobiliers associés (réalisée par Jean Soulat) révèlent dans celui-ci une population majoritairement adulte, masculine et socialement privilégiée. Les corps sont habillés et/ou enveloppés dans des linceuls placés dans des cercueils. Des anomalies dans les positions et orientations des individus le distinguent cependant des cimetières protestants ou catholiques des XVIIe-XVIIIe siècles. Leur fréquence pourrait traduire le mépris des dirigeants ou fossoyeurs catholiques de l’Hôtel-Dieu pour ces communautés durant la répression qui culmine à la fin du XVIIe et dans le courant du XVIIIe siècle. Si la communauté se charge toujours de la mise en bière et achemine de nuit le cercueil sous escorte jusqu’à l’hôtel-Dieu, c’est en effet l’établissement qui gère seul les inhumations à partir de l’édit de révocation de 1685.

Stéphane Ardouin

Service archéologique de la Ville de Lyon, chercheur associé à l’UMR 5138 Archéologie et Archéométrie ArAr

Le traitement des individus immatures à l’Hôtel-Dieu de Lyon : confrontation des données archéo-anthropologiques de deux secteurs funéraires hospitaliers

Le développement de l’archéologie préventive en France depuis les années 1990 a permis d’alimenter les collections ostéoarchéologiques et de renouveler les problématiques concernant les pratiques funéraires et mortuaires des sociétés du passé. De plus en plus d’ensembles funéraires sont mis au jour, parfois dans leur intégralité. Plusieurs hôtels-Dieu ont été fouillés en France ces trente dernières années (Dijon, Amiens, Reims, Troyes…). Leurs espaces sépulcraux sont particuliers, les inhumés étant majoritairement les pensionnaires de ces hôpitaux. Les données archéo-anthropologiques des ensembles funéraires issus de ces contextes permet de contribuer à une meilleure connaissance du fonctionnement de tels établissements, en les confrontant notamment aux données archivistiques. L’Hôtel-Dieu de Lyon a fait l’objet de fouilles préventives dans le cadre de sa rénovation. L’institution fondée au Moyen Âge connaît des extensions successives au cours de la période moderne, ainsi la construction entre 1600 et 1630 du bâtiment des Quatre-Rangs, de plan cruciforme, répond aux nouveaux besoins de l’institution hospitalière. Les opérations archéologiques ont permis la mise au jour d’un ensemble de cimetières dont l’usage semble s’échelonner du XVème au XVIIIème siècle. Les sources archivistiques attestent de l’existence de deux secteurs funéraires hospitaliers contemporains, situés approximativement à l’emplacement des cours du Cloître et de l’Arbre. La cour du Cloître (Tranche 9F) a fait l’objet d’une fouille qui a livré de nombreuses sépultures appartenant au cimetière hospitalier. Dans le cadre d’un suivi de travaux dans le sous-sol du bras sud des Quatre-Rangs (Tranche 9E, bâtiment M), un secteur funéraire au recrutement particulier a été mis au jour. En effet, de nombreux individus immatures ont été retrouvés concentrés dans un espace restreint de l’un des sondages, alors qu’ils sont très peu représentés dans les autres secteurs fouillés jusqu’alors. 

Nous avons cherché à caractériser l’espace funéraire de la tranche 9E en termes de recrutement, de gestion des espaces sépulcraux et de traitements mortuaires et funéraires afin de le comparer à celui sis dans la cour du Cloître (Tranche 9F). L’objectif était de déterminer si ces deux secteurs sont deux ensembles funéraires distincts pouvant correspondre aux « grand » et « petit » cimetières tels qu’attestés par les sources archivistiques, ou un seul grand ensemble sépulcral pouvant correspondre au seul « grand cimetière » de l’Hôtel-Dieu, le petit cimetière étant alors localisé ailleurs.

Anaïs Delliste

Lieu

École nationale supérieure d’architecture de Lyon
3 Rue Maurice Audin
69120 Vaulx-en-Velin

Renseignements : philippe.martin@univ-lyon2.fr


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search