Avis de décès

Michelle Magdelaine (1933-2021) nous a quittés le 7 juin dernier.

Historienne du protestantisme français au XVIIe siècle, elle a été à l’origine de la Base de données sur le Refuge huguenot créée à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC – CNRS). C’est elle qui en a en grande partie collecté, codé et enregistré électroniquement les données à partir de 1978. Ce travail pionnier avait pour objet d’enregistrer les traces de tous les fugitifs protestants passés, après la Révocation de l’édit de Nantes en 1685, par Francfort-sur-le-Main où ils furent assistés par l’Église française. Le choix fut fait de l’exhaustivité des passages (ni échantillonnage ni sondage, mais enregistrement de toutes les données disponibles), ce qui était un défi technologique en un temps où ce type de recherche était encore balbutiant, mais permit de mettre en évidence les trajets des réfugiés pauvres, ne laissant pas d’autre trace que les mentions dans les registres d’assistance. À ces oubliés de l’Histoire, la base de données, constamment alimentée et enrichie depuis à partir d’autres sources allemandes, suisses et, dans une moindre mesure, anglaises, tente de redonner sinon une voix, du moins un destin. S’étant toujours intéressée aux petites gens, aux femmes et aux enfants, Michelle Magdelaine a été l’une des premières à thématiser la notion d’errance par ce traçage des itinéraires des réfugiés de la première génération.

Ses recherches ont porté également sur les protestants parisiens au XVIIe siècle et la répression qu’ils subirent, sur Sainte-Marie-aux-Mines, petite cité alsacienne pluri-confessionnelle, sur les protestants du Dauphiné, ainsi que plus généralement sur le protestantisme en France et en Allemagne au XVIIe siècle. Avec Rudolf von Thadden, elle a codirigé le premier volume de synthèse consacré au Refuge huguenot paru en France lors du renouveau des études huguenotes à l’occasion du tricentenaire de la Révocation de l’édit de Nantes (1985). Elle a participé à de nombreux colloques et projets de recherche, en particulier le projet d’exposition conjointe à Metz et Berlin sur le Refuge en 2005-2006, le projet « Études sur les protestantismes dans l’espace européen » sur les consistoires en 2007-2010 (Philippe Chareyre et Raymond Mentzer) et le projet sur trois ans de la German-Israeli-Foundation initié par Susanne Lachenicht (Bayreuth) et Myriam Yardeni (Haifa) en 2011-2013.

Tous ceux qui l’ont côtoyée gardent d’elle le souvenir d’une femme engagée, lumineuse, très hospitalière et d’une disponibilité totale pour ses amis et pour les étudiants qui, de la maîtrise au doctorat, travaillaient sur ses thématiques préférées, et qu’elle conseillait et accompagnait inlassablement dans leurs recherches.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search