Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité

Chères et chers collègues,
 
Lyse Roy, Pascal Bastien et moi avons le grand plaisir de vous annoncer la publication chez Hermann du livre dont nous avons codirigé l’édition Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité. Vous en trouverez ci-dessous la quatrième de couverture et la table des matières. Voici également le lien vers le site de l’éditeur : https://www.editions-hermann.fr/livre/9791037007209
 
Bien cordialement,
Lyse Roy, Pascal Bastien et Benjamin Deruelle
 
Benjamin Deruelle, Pascal Bastien et Lyse Roy (dir.), Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité, Paris, Hermann, 2021, 339 p.

Puissante, constructive et active, l’émotion est un lien social et un facteur de solidarité. Elle est à la source de nombreuses nouveautés associées à la première modernité et constitue le moteur d’importants basculements de l’ordre ancien. Alors que les expériences émotionnelles des acteurs et des observateurs peuvent différer radicalement, elles peuvent aussi être étroitement liées par l’interaction sociale, les représentations culturelles et visuelles et la médiatisation. C’est cet univers extraordinairement riche que nous proposons de traverser dans ce livre. Réunissant dix-huit contributions d’histoire, d’histoire de l’art et de littérature, ce volume propose des ouvertures théoriques et heuristiques inédites sur une époque bouillonnante, vive, dangereuse – et résolument moderne.
 
TABLE DES MATIÈRES
 
Pascal Bastien et Benjamin Deruelle, Introduction, p. 1 
 
PREMIÈRE PARTIE. CORPS ET DÉCORS DES ÉMOTIONS 

  • Hélène Cazes, Médecin piteux fait la playe venimeuse : « l’impitoyable pitié » du médecin (1545-1628), p. 15
  • Claude La Charité, Mythographie, médecine, théologie et philosophie des émotions à la Renaissance (1555-1610), p. 43
  • Lucie Desjardins, « Je n’ai jamais vu de Belles en colère. » Femmes, passions et pouvoir, p. 57
  • David Do Paço, Émotions captives : une communauté́ sensible entre femmes et hommes chrétiens et musulmans en Europe centrale au tournant des xviie et xviiie siècles, p. 69
  • Marine Carcanague, Un sentiment face à la justice et au genre. Honneur des femmes et imaginaires genrés devant la justice en France au xviiie siècle, p. 87 
  • Bastien Coulon, Les larmes de la nation : donner une émotion à la personnification de la France au xviiie siècle, p. 103
  • Isabelle Pichet, Le corps sensoriel : sensibilité et émotions au Salon, p. 123 

 
DEUXIÈME PARTIE. CANONS ET PASSIONS. L’EXPÉRIENCE ET L’APPRÉHENSION DU FRONT 

  • John A. Lynn II, Au carrefour de l’histoire militaire et de l’histoire des émotions : Repenser la peur et l’honneur, p. 141
  • Giovanni Ricci, Craindre les Turcs ou appeler les Turcs ? Émotions en conflit dans l’Italie de la Renaissance, p. 165 
  • Benjamin Deruelle et Laurent Vissière, Des larmes de sang. Émotions funèbres au lendemain des batailles, de la fin du xve au milieu du xvie siècle, p. 179 
  • Paul Vo-Ha, Le salaire de la peur. Peur et reddition aux xvie et xviie siècles, p. 203
  • Yann Rodier, Ressentiment national et xénophobie d’État contre l’Espagnol. Les images de guerre dans la France cardinale (1625-1659), p. 227

 
TROISIÈME PARTIE. SPECTACLE ET MISES EN SCÈNE DES AFFECTS 

  • Anne Régent-Susini, Émotions du mourant, émotions des vivants : faire communauté́ autour des oraisons funèbres en France au xviie siècle, p. 245
  • Sara Harvey, L’émotion sur le vif dans la presse et le théâtre d’actualité́ : la crise du système de Law, p. 259
  • Pauline Valade, L’émotion comme interaction : l’exemple de la joie publique comme langage entre le roi et ses sujets (Paris, xviiie siècle), p. 277
  • Lyse Roy, « Guerre changée en paix apporte grant joye. » Émotions et sentiments dans les entrées solennelles de Charles Quint en France, 1539-1540, p. 293
  • Pascal Bastien et Frédéric Charbonneau, Les Écrits inédits (1757-1802) de Jacques-Louis Ménétra : engage- ment politique et poésie sans-culotte, p. 315
  • Chanelle Reinhardt, Mouvoir et émouvoir : émotions et transfert des objets d’Italie en France (1796-1798), p. 331

 

_____________

Benjamin DERUELLE

Professeur

Département d’histoire – Faculté des sciences humaines – Université du Québec à Montréal

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search