L’affaire Gaufridy : l’imaginaire du Mal dans la France moderne

Joris Astier, L’imaginaire du mal dans la France moderne, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2021, 246 pages. ISBN : 978-2-84867-853-5. Prix : 19 euros

En 1609, une jeune religieuse issue de la noblesse marseillaise est atteinte de spasmes à Aix-en-Provence. Elle affirme être possédée par un démon et accuse Gaufridy, prêtre de Marseille, d’avoir provoqué sa possession. Après de nombreux exorcismes, l’affaire est saisie par le Parlement de Provence en 1611. À l’issue du procès, Louis Gaufridy est condamné à être brûlé vif.

Par les hauts statuts sociaux de ses protagonistes, cet événement marqua profondément les esprits contemporains. Source d’inspiration de grandes affaires ultérieures, il bouleversa le schéma habituel des affaires de possession et fit entrer la sorcellerie dans une nouvelle ère.

Préface

 

Introduction

 

Première partie – L’Eglise de Dieu face à la chimère démoniaque : le langage de l’imaginaire

 

Chapitre I – La genèse d’une affaire atypique

Chapitre II – Le spectacle édifiant de la possession

Chapitre III – Une culpabilité fantasmée

 

Deuxième partie – Un procès expéditif : le fantasme sorcellaire du monde laïque

 

Chapitre IV – Une instruction mitigée : la magistrature face au diable

Chapitre V – L’intervention médicale et les témoignages accablants

Chapitre VI – Le chancèlement psychique du suspect et la justice des hommes

 

Troisième partie – De l’omnipotence du Mal à sa rationalisation : la mutation progressive d’un univers mental

 

Chapitre VII – Le choc post-traumatique de l’événement

Chapitre VIII – La lumière éclaire les ténèbres

 

Conclusion

 

Bibliographie


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search