Matérialité de la transmission des savoirs, journée d’études, 29 janvier

Journée d’études « La matérialité de la transmission des savoirs (fin XVe- fin XVIIe siècle) », organisée le 29 janvier prochain par Elisa Andretta, Anne Béroujon, Axelle Chassagnette, Clarisse Coulomb et Igor Moullier (UMR LARHRA, Axe Savoirs).

L’orientation générale de cette journée d’études est une tentative d’historiciser le régime de matérialité de l’imprimé. Jusqu’à quand l’ère des « Inky Fingers » étudiée par A. Grafton persiste-t-elle, avec une multiplicité des acteurs intervenant sur le contenu de la production, une forte dépendance au contexte local et une ambivalence quant au résultat qualitatif ?

La journée se tiendra en visioconférence sur Team. Cliquez ici pour participer à la réunion.

MATINEE

9 h – ACCUEIL et INTRODUCTION, Axelle Chassagnette

Modération : Igor Moullier

9 h 15 – Jean-Benoît KRUMENACKER – « Traducteurs, commentateurs, adaptateurs… : autour des premiers imprimeurs, de nouveaux artisans du savoir à Lyon »
Même si certains imprimeurs sont de véritables intellectuels, la plupart restent avant tout des artisans avec une activité éditoriale scientifique limitée. Pour autant, leur production doit attirer, selon les titres, un large public ou une audience d’experts. Ainsi, des ateliers d’imprimeurs vont faire appel à des intervenants extérieurs pour travailler les textes en vue de leur impression : les commenter, les traduire, les adapter… Ce processus se fait à la fois pour rendre plus accessible certains textes, par exemple des romans un peu anciens, ou apporter au contraire un apport scientifique à des œuvres techniques ou érudites. Notre intervention se penchera sur ces intervenants extérieurs qui travaillent les œuvres pour l’imprimerie lyonnaise au XVe et au début du XVIe siècle, sur leur choix par les ateliers et leurs interventions dans les textes.

10h – Oury GOLDMAN – « L’atelier du libraire et la fabrique des savoirs : production et diffusion d’ouvrages naturalistes dans la boutique lyonnaise de Guillaume Rouillé (1550-1600) »
Au cours de la seconde moitié du XVIe siècle, le libraire lyonnais Guillaume Rouillé (v. 1518-1589) réussit à se hisser comme un des principaux acteurs du monde du livre dans l’Europe de son temps. Parmi son catalogue fourni, les ouvrages médicaux et d’histoire naturelle tiennent une place importante. En prenant comme point d’observation différents imprimés produits par son atelier, nous montrerons comment le libraire mobilise l’ensemble de l’infrastructure et des réseaux liés à sa boutique pour concevoir, organiser, publier et faire connaître ces éditions médicales et naturalistes. Rouillé prend appui sur ses correspondants, sur les érudits lyonnais qui composent son cercle de sociabilités, sur les graveurs et les traducteurs qui travaillent dans son officine, sollicite des savants mais aussi des marchands d’une grande partie de l’Europe, afin de produire des ouvrages à succès et concurrentiels sur le marché de l’édition médicale et naturaliste de son temps.

PAUSE

11H15 – Michel JOURDE – « Réticences littéraires devant l’essor de l’imprimerie au XVIe siècle »
Alors qu’une historiographie légendaire de la Renaissance a voulu opposer aux héros de l’imprimerie naissante un camp conservateur qui lui aurait été hostile, c’est plutôt à l’intérieur même des premiers éloges de l’imprimerie que l’on découvre une méditation sur les dangers ou les limites de celle-ci : autant de « réticences » qui peuvent concerner les aspects sociaux, économiques ou culturels des transformations alors en cours.

12h-14h – PAUSE déjeuner

APRES-MIDI

Modération : Clarisse Coulomb

14h – Isabelle PANTIN – « Le rôle combiné des contraintes techniques et des besoins de l’échange intellectuel dans l’évolution de la mise en page. Le cas des livres scientifiques (XVIe-XVIIe s.) »
Quand l’imprimé remplace le manuscrit, il faut trouver des solutions techniques nouvelles pour continuer à produire des livres portant des informations particulièrement denses et complexes, comme le sont les ouvrages savants. Il faut aussi renoncer à certains éléments de mise en page, et leur en substituer d’autres. Cela coïncide avec un moment où la conception de l’enseignement et de la vulgarisation scientifiques entre dans un processus de renouvellement, lui-même porté et accentué par la dynamique de l’économie du livre qui réclame l’élargissement et la diversification continuels du public des lecteurs. A partir de quelques exemples pris à des livres d’astronomie, de sciences naturelles et de médecine, on tâchera d’observer comment tous ces facteurs ont pu se combiner.

14h45 – Elena MUCENI – « Le commerce des idées philosophiques au XVIIe siècle : le cas des traductions néerlandaises « illustrées » »
Dans cette présentation, nous allons tout d’abord essayer d’esquisser les caractéristiques propres aux différentes « typologies » de traduction, pour saisir la particularité des traductions de textes philosophiques produites au XVIIe siècle. En adoptant comme paramètres, d’un côté, celui des langues sources et cibles et, de l’autre, celui du décalage entre les originaux et leurs adaptations, on peut regrouper les traductions de l’époque en trois catégories : celle des traductions en vernaculaire de textes rédigés dans une langue ancienne, celle des traductions latines d’ouvrages récents écrits en vernaculaire, et celle des traductions en vernaculaire de textes contemporains composés dans une autre langue moderne. Les traductions de textes philosophiques contemporains appartiennent à la fois aux deux dernières catégories et se démarquent des autres typologies de traductions par les circonstances spécifiques dans lesquelles elles sont produites. Nous donnerons
un aperçu de ces mécanismes éditoriaux, avant d’analyser un cas d’étude particulier, à savoir celui des traductions en néerlandais de textes de philosophes contemporains. Nous verrons que ces ouvrages présentent des caractéristiques singulières dans le paysage de ce genre de littérature, étant très souvent introduits par des frontispices originaux. Enfin, nous présenterons des exemples concrets (notamment des traductions de Kircher, Hobbes, Malebranche et Locke, entre autres) pour avancer des hypothèses concernant la conception et la création de ces illustrations, leur signification et leur rôle par rapport à la fortune des textes qu’elles ornent.

PAUSE

16h – Anne BEROUJON – « Marque à la Sphère et fausses adresses : de nouveaux régimes de matérialités (XVIIe siècle) »
Le durcissement du régime des privilèges en France à partir de Louis XIII a entraîné la multiplication des éditions clandestines, dans le royaume et à ses frontières. A travers l’étude des marques typographiques, en particulier de celles qui ne sont pas assignables à un atelier particulier (comme la marque à la Sphère), il s’agira d’interroger les liens entre la censure et l’apparition de nouveaux régimes de matérialité des textes.

16h45 – DISCUSSION FINALE, Elisa Andretta

 
 
 
What do you want to do ?
New mail

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search