Comment devient-on féministe? ou non

Maurice Daumas, Comment devient-on féministe ? ou non, Paris, L’Harmattan, Coll. Sociologie du genre, Parution 02/11/20. Format : 13,5 x 21,5 198 p. ISBN : 978-2-343-21494-8, 20,50 €

L’histoire du mouvement féministe a été bien étudiée. On connaît de mieux en mieux ses différentes « vagues » et ses actrices. L’antiféminisme aussi suscite des recherches. Enfin, nul ne peut ignorer les divisions du féminisme, amplement médiatisées. Mais on ne s’est pas encore vraiment penché sur cette question : comment devient-on féministe ?

Le féminisme n’est pas inscrit dans les gènes des femmes (et encore moins dans ceux des hommes). L’origine sociale, l’éducation, les études, le vécu personnel peuvent conduire à l’activisme féministe ou, plus simplement, à se dire féministe.

Surgit alors une autre question, plus délicate : pourquoi tout le monde n’est-il pas féministe ? Alors qu’il y a consensus pour reconnaître l’apport du féminisme à la marche vers l’égalité sociale, seule une minorité de femmes et d’hommes accepte de se dire féministe. Le féminisme présente une image ambivalente, mais il y a une raison plus profonde à la méfiance qu’il inspire : il est perçu comme l’anti-valeur de la féminité.

 

SOMMAIRE

PREMIÈRE PARTIE : COMMENT DEVIENT-ON FÉMINISTE ?

Chapitre 1. L’élite des féministes

Chapitre 2. Nouvelles vagues

Chapitre 3. Homme et féministe : un oxymore ?

 

SECONDE PARTIE : POURQUOI NE DEVIENT-ON PAS FÉMINISTE ?

Chapitre 4. Mille visages du féminisme et de l’antiféminisme

Chapitre 5 : Les promesses de la conscience de genre

Chapitre 6 : Boutades d’artistes

Chapitre 7 : Le féminisme, anti-valeur de la féminité

 

Conclusion : Les sources sensibles du féminisme

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search