Colloque Ecritures Exposées : vendredi 27 novembre 2020

Colloque. Écritures exposées, écritures dans l’espace : la fabrique des espaces « publics ».

Comité d’organisation : Béatrice Fraenkel (EHESS) et Catherine Saliou (Université Paris 8/EPHE), Gregory Chambon (EHESS), Vincent Debiais (EHESS), Natalia Muchnik (EHESS), François de Polignac (EPHE, PSL), Marc Smith (ENC/EPHE, PSL), E. Szurek (EHESS)

Compte tenu de la crise sanitaire, cette manifestation sera organisée sous la forme de quatre ateliers répartis dans l’année universitaire. Chaque communication, d’une durée de 20 mn, est suivie de l’intervention d’un.e discutant.e (20mn), puis d’une discussion générale.

L’atelier aura lieu en visioconférence. Pour obtenir le lien de connexion, s’adresser à Catherine Saliou : catherine.saliou@ephe.psl.eu



Atelier n° 1, 27 novembre 2020, 15h-18h30. Écriture et espaces, écritures dans l’espace
Natalia MUCHNIK (EHESS, Paris) : Résister : inscrire sa foi en prison (XVIe -XVIIIe siècles).
Les graffiti de prison ont fait l’objet d’un récent regain d’intérêt. La spécificité de ces inscriptions tient à la fois aux circonstances de leur production (la détention, l’isolement) et à la singularité des supports (la cellule, les lieux communs) et des publics concernés (les prisonniers eux-mêmes et leurs gardiens). Ma communication portera plus spécifiquement sur la production et l’investissement de ces inscriptions par les hommes et les femmes accusés et enfermés pour délits de religion durant les 16e , 17e et 18e siècles : crypto-protestants et protestants en France, crypto-catholiques et catholiques en Angleterre, crypto-judaïsants en Espagne, que ce soit durant ou au terme de leur procès. En envahissant les murs, les graffiti apparaissent à la fois comme des signes de résistance et des marques d’identité personnelle ou collective . Ils permettent aux prisonniers de communiquer et de tisser le fil et la mémoire communautaires mais constituent aussi des supports rituels et des moyens d’intercession avec le Divin.
Discutante : Véronique PLESCH (Department of Art, Colby College).

Atelier 2. Christophe SCHMIDT-HEIDENREICH, (Université de Genève) : Écriture et espaces de circulation dans les camps militaires romains: un itinéraire épigraphique.
Les camps de l’armée romaine sous le Haut-Empire (Ier -IIIe s. apr. J.-C.) présentent deux particularités notables : ils sont construits selon des principes identiques quel que soit l’endroit – qu’il s’agisse des frontières de la Grande-Bretagne, du Rhin, du Danube ou encore de l’Afrique – et ils constituent des lieux riches en inscriptions. Grâce à une documentation relativement abondante, il est possible de restituer dans les grandes lignes les textes exposés aux regards des passants dans l’espace public, depuis la porte d’entrée principale (porta praetoria) jusqu’au cœur du camp, le quartier général (principia) et sa cour intérieure, équivalent du forum des cités. Réalisées par la troupe ou ses officiers, ces inscriptions nous donnent des informations sur la manière dont les soldats manifestaient leur fidélité à l’empereur, vénéraient leurs dieux ou encore étaient informés des décisions des autorités. Elles témoignent de la vivacité de l’affichage public dans le milieu militaire.
Discutante : Catherine SALIOU (Université Paris 8/École Pratique des Hautes Études, PSL).

Atelier 3. Jessica N. RICHARDSON (Kunsthistorisches Institut in Florenz – Max-Planck-Institut) : Voices within and beyond the picture: banners and the performance of script in medieval Italy.
This paper centres on the dialectics between image and script in monumental painted cloth banners. Focusing on medieval Italy, it is concerned with issues of mobility and the activation of images within the ritual contexts of the streets of the city. The civic or ‘public’ nature of banners in fifteenth-century Italy, especially as they relate to natural calamities and disasters, has been the subject of sustained scholarly interest. Yet the function of the written word has received little attention. My contribution turns to the fourteenth century to consider how carefully crafted internal dialogues related not only to the figures within the image, but also to the voices beyond these works, to the prayers and songs of their beholders. Analysing the images, together with their later treatment and reception, this paper explores how such performative aspects might broaden our understanding of traditional iconographies, as well as contribute to wider discussions on the role of image-script in the definition of ‘public’ ritual practices.

Discutante : Elisa PALLOTINI (Université de Chieti).

 
 

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search