Les fêtes en Amérique coloniale

Couverture Les fêtes en Amérique coloniale

Bernard Grunberg [s. dir.], Les fêtes en Amérique coloniale, Cahiers d’Histoire de l’Amérique Coloniale n° 8 (Paris : Ed. L’Harmattan, 2020, 299p.)

Tout grand évènement est l’occasion de festivités auxquelles les
habitants des Indes, comme ceux des autres mondes, n’hésitent pas à
participer. Certes, il s’agit souvent de fêtes religieuses, qui occupent
une place particulièrement importante. Mais il existe aussi des fêtes
liées à des évènements importants (célébration de victoires et de paix,
naissances et mariages royaux, funérailles …). Les grandes fêtes
publiques, généralement organisées par les municipalités elles-mêmes,
répondent souvent au besoin d’amusements collectifs, de défoulement.
Elles sont aussi la marque d’une union avec une monarchie lointaine.
Avec la colonisation et l’arrivée de plus en plus nombreuse d’hommes
issus d’une Europe profondément chrétienne, les fêtes prennent une forme
semblable à celle que l’on connaît en Europe avec cependant des nuances
induites par la participation, aux côtés des Espagnols, non seulement du
monde indigène, mais aussi du monde créole. Mais les anciens rituels du
Nouveau Monde ne disparaissent pas, pour autant, brutalement.
Décrites non seulement à travers les exemples pris au Mexique et au
Pérou aux XVIe et XVIIe siècles mais aussi dans les images européennes,
les fêtes font l’objet de diverses études dans ce volume : fête des
Morts avant et après la conquête du Mexique, fête du Corpus Christi en
milieu indigène, chants et danses traditionnels, images de fêtes
indiennes dans les récits de voyage, fêtes civiles ou religieuses en
relation avec l’apparition de l’identité créole, des festivités données
à Mexico en 1538.
Dans une seconde partie, cet ouvrage fait le point sur des questions
récentes : le rôle des femmes dans la conquête du Nouveau Monde,
l’importance du problème de la mort en Nouvelle-Espagne, l’essor du port
dAcapulco, l’évolution du vocabulaire juridique dans le monde lusophone,
la vie quotidienne des colons européens et des populations serviles dans
les Petites Antilles françaises à travers les derniers résultats
archéologiques, et deux analyses sur le travail du fondateur du musée
d’ethnographie du Trocadéro, E.-T. Hamy.
Cet ouvrage se veut aussi un hommage au grand historien, philosophe et
anthropologue mexicain, Miguel León-Portilla (1926-2019), spécialiste de
l’histoire, de la pensée et de la littérature náhuatl, surtout connu
pour son livre La visión de los vencidos, où il livra la vision indigène
de la conquête espagnole.

 

Lien vers le site de l’éditeur : ici.

Auteurs : Nadine Beligand, Caroline Cunill, Claudia Damasceno Fonseca,
Sandrine Grouard, Bernard Grunberg, Patrick Johansson K., Christine
Lefèvre, Patrick Lesbre, Beatriz Palazuelos, Sylvie Peperstraete, Karine
Perissat, Eric Roulet, Noémie Tomadini, Grégory Wallerick.

 

Information transmise par Bernard Grunberg.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search