Luxe intime. Essai sur notre lien aux objets précieux

Un nouveau lien aux objets précieux émerge au XVIIIe siècle avec la conscience de soi et l’expansion des consommations domestiques. Dès lors, les objets satisfont des besoins quotidiens et répondent à des désirs. Comment penser aujourd’hui la culture matérielle occidentale qui en est issue ? L’auteur répond à cette question en faisant dialoguer l’historiographie ancienne avec des approches contemporaines, celles des cultural studies et de la global history notamment.
Au gré d’un parcours sensible conduisant d’un objet insolite à un autre, elle esquisse une voie où l’histoire de l’art rencontre les approches historique, sociale, littéraire, anthropologique et muséale. Sortir ces objets anciens de leur cage dorée pour leur redonner vie, telle est la promesse de ce livre.

Pour accéder à la présentation du livre sur le site de l’éditeur : ici.

Anne Perrin Khelissa est historienne de l’art, maître de conférences à l’université Toulouse – Jean-Jaurès et membre du Laboratoire de recherche FRAMESPA (UMR 5136 CNRS). Spécialiste du XVIIIe siècle, elle est l’auteur d’un ouvrage sur l’habitat aristocratique génois, Gênes au XVIIIe siècle : le décor d’un palais (CTHS-INHA, 2013), ainsi que de plusieurs publications sur les arts au Siècle des lumières.


Vous aimerez aussi...