Lettre ouverte du jury du Capes

Le recrutement des enseignants ne peut se faire sans épreuves orales

 
Dans la situation actuelle de pandémie de COVID-19, les enseignants ont dû tenter d’assurer depuis plus d’un mois maintenant la « continuité pédagogique » avec leurs élèves ou leurs étudiants, affrontant des difficultés techniques, sociales et émotionnelles que cette période rend plus brutales encore. La mise en place de ces dispositifs et les difficultés rencontrées n’en ont rendu que plus évidente la nécessité d’un enseignement en présentiel, passant par la transmission orale de connaissances.
 
Dans ce contexte, les concours de recrutement des enseignants (CRPE, CAPLP, CAPET, CAPES, Agrégations) ont dû être réorganisés par le ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse. Pour les 180 000 candidats des concours externes dont les épreuves n’avaient pas débuté avant le confinement, il a été décidé que les épreuves écrites d’admissibilité, qui devraient désormais se tenir en juin ou juillet 2020, deviendront des épreuves d’admission. Un oral est prévu au printemps 2021, dont on ne connaît pas encore les modalités, mais qui ne sera qu’un oral de titularisation, l’admission au concours ayant été actée sur la base des seuls écrits.
 
Le CAPES externe d’histoire-géographie est concerné par cette transformation qui nous inquiète profondément, nous membres de son jury signataires de ce courrier.
Si les épreuves écrites permettent de valider un certain nombre de connaissances académiques, les épreuves orales permettent, pour un métier dont la partie visible s’observe essentiellement à l’oral, d’évaluer en outre les compétences et la capacité des candidats à s’exprimer, à questionner les avancées scientifiques des disciplines, à analyser des situations professionnelles. Ces épreuves orales permettent également d’évaluer la capacité des candidats à se projeter dans leur futur métier, en tant qu’enseignants et fonctionnaires, s’apprêtant à prendre dans quelques mois la parole devant le public scolaire qui leur est confié, c’est-à-dire à faire cours.
 
Pour prendre la mesure des effets d’une telle décision ministérielle, il suffit d’appliquer le principe de recrutement prévu pour la session 2020 (les écrits valent pour admission) à la session 2019 du CAPES d’histoire-géographie : selon ce principe, 27,9% des candidats admissibles non-admis en 2019 seraient désormais admis et, inversement, plus d’1 candidat admis sur 4 en 2019 ne le serait plus. On le voit, l’impact de cette mesure sur le sens même du recrutement et sur son résultat sera loin d’être marginal. Ces modalités de recrutement, si elles devaient effectivement être appliquées, seraient donc à la fois injustes pour les candidats dont nous ne pourrons pas certifier qu’ils sont les plus adaptés au métier auquel ils se destinent et dommageables pour les élèves auxquels ils feraient cours dès la rentrée prochaine.
 
Ces conséquences sont d’autant plus regrettables qu’elles sont évitables, puisque d’autres scénarios ont été proposés, permettant de conserver des épreuves orales, qui seraient aménagées de manière à répondre aux contraintes de la crise sanitaire. Leur maintien est la condition nécessaire au respect de l’égalité de traitement des candidats prétendant au métier d’enseignant et à la qualité du recrutement. L’expérience d’épreuves orales se tenant plusieurs mois après la tenue des épreuves écrites a déjà été faite lors de la session exceptionnelle du CAPES 2013/2014, pendant laquelle les écrits d’admissibilité se sont tenus en juin 2013 et des oraux d’admission en juin 2014 : elle n’est donc ni matériellement impossible, ni sans précédent.
 
Cette décision du ministère nous fait également craindre de graves conséquences pour le recrutement des enseignants à l’avenir. En effet, le risque est grand que cette transformation, qui se veut exceptionnelle, ne serve de galop d’essai pour le CAPES réformé prévu en 2022, qui envisage de limiter le nombre d’épreuves disciplinaires, notamment à l’oral, et de fragiliser la qualité du recrutement des enseignants. Nous ne voudrions pas que des aménagements exceptionnels s’inscrivent dans la durée. Nous tenons à la bivalence disciplinaire de ce CAPES, à ses objectifs scientifiques et pédagogiques.
 
Nous, membres du jury du CAPES d’histoire-géographie signataires de cette lettre ouverte, réaffirmons notre volonté de faire tout le nécessaire pour assurer le bon déroulement de la session 2020 du CAPES à condition que les mesures d’aménagement du concours soient en cohérence avec notre mission : veiller à un recrutement équitable des futurs enseignants, qui permette de s’assurer de leur capacité à transmettre des savoirs et des savoir-faire à leurs futurs élèves. Nous demandons donc qu’au moins une épreuve orale du CAPES actuel soit rétablie et assurée par le jury, quitte à la reporter au printemps 2021.
 
Au-delà de nos inquiétudes professionnelles, les modalités de recrutement des enseignants interrogent le rôle des établissements scolaires et des enseignants de demain. Cette question est d’autant plus cruciale que la crise sanitaire actuelle révèle l’importance de services publics de qualité.
 
Membres du jury signataires (par ordre alphabétique) :
 
Arcin Agnès
 
Arnal Jean-François
 
Aubert Stéphanie
 
Badier Walter
 
Barioz Alain-Cyril
 
Barrière Philippe
 
Baudry Robinson
 
Becquart-Rousset Charlotte
 
Bédouret David
 
de Bélizal Edouard
 
Beriou Nathalie
 
Bernard Gwladys
 
Bertin Eric
 
Besqueut Franck
 
Besson Julien
 
Bigorne Hélène Bisson Brieuc 18. Blache Marianne 19. Blanchard Sophie 20. Blayac Brendan 21. Boichot Camille 22. Boquet Yves 23. Bordessoule Eric 24. Bossis Carole 25. Bourdeu Etienne 26. Brahmi Nejat 27. Briançon Pascale 28. Briand Julien 29. de Carrara Stéphanie 30. Castagnet Lars Véronique 31. Célérier Frédérique 32. Chandelier Joël 33. Chirol-Rivereau Aude 34. Conesa Marc 35. Coquelin Morwenna 36. Croguennec Soizic 37. Davieau-Pousset Sophie 38. Delassalle Martin 39. Demars Brice 40. Denmat Pierre 41. Derambure Floriane 42. Desbrosse Delphine 43. Drouet Julia 44. Druet Christelle 45. Ducret Hélène 46. Dupuy Catherine 47. Espinosa Carole 48. Fagnoni Edith 49. Farines Bernard 50. Feré Vincent 51. Fournier Lise 52. Fraisse Fabien 53. Gendron Cécile 54. Germain-Batisse Simon 55. Girard Eudes 56. Gonzalez Alexandre 57. Gourio Perrine 58. Grandclément Antoine 59. Guerre Stéphane 60. Guigay Caroline 61. Guinard Pauline 62. Guyot Thomas 63. Habert Vincent 64. Hanotin Cécile 65. Hassler Eric 66. Hoohs Muriel 67. Huitric Solenn 68. Husquin Caroline 69. Jamault Clémence 70. Kasdi Zheira 71. Kloeckner Léo 72. Knapik Aurélia 73. Laloyaux Sonia 74. Landrin Delphine 75. Le Gallic Stéphanie 76. Lesage Sylvain 77. Lesueur Boris 78. Liéval Ann-Laure 79. Loïzzo Clara 80. Loubet Christelle 81. Maffre Stéphanie 82. Marcos Susana 83. Martinet Gilles 84. Mayens Paul 85. Michel Olivier 86. Moinoufama Thony 87. Nicolazo Julie 88. Nitenberg Marlène 89. Nogré Guillaume 90. Omnes Cecile 91. Orcier Pascal 92. Ortiz Vincent 93. Pagano-Fara Nathalie 94. Picard Julie 95. Plantier Sandra 96. Pleven Bertrand 97. Pollet-Veber Marion 98. Poulot Marie-Laure 99. Queneau Nathalie 100. Renault Rachel 101.Reynaud Carine 102.Roques Florence 103.Rougier Hélène 104.Roumagnou Pierre-Benoit 105.Saintot Bertrand 106.Sanchez Benjamin 107.Sangarné Sylvie 108.Sanz Anthony-Marc 109.Sot Ludovic 110.Tapie Aurélie 111.Tejedor Sophie 112.Toureille Etienne 113.Tratnjek Bénédicte 114.Vergnaud Camille 115.Youinou Frédéric 116.Zaragori Aurélien

Vous aimerez aussi...