Révolutionner les cultures politiques. L’exemple de la vallée du Rhône

Nicolas Soulas, Révolutionner les cultures politiques. L’exemple de la vallée du Rhône, 1750-1820, Avignon, Éditions universitaires d’Avignon, coll. En-Jeux, mars 2020, 549 p.

 

            Cet ouvrage vise à montrer que la Révolution française représente une étape décisive dans la constitution d’une nouvelle culture politique et dans la refonte des pouvoirs locaux. En replaçant le fait révolutionnaire dans la longue durée et en prenant pour laboratoire d’étude la vallée du Rhône, l’enjeu est de comprendre comment s’articule le passage entre la culture d’Ancien Régime et le nouvel ordre révolutionnaire. L’enquête mêle trois approches : prosopographie, micro-analyse politique et jeux d’échelles.

            Dans la première partie de l’ouvrage, l’enquête s’est portée sur une analyse de la composition des pouvoirs locaux au cours d’un long XVIIIe siècle. Il s’agit de mettre en évidence les dynamiques politiques locales dans un espace géographique inhomogène méridional (trois provinces, une enclave étrangère) connaissant des réalités institutionnelles différentes et complexes (système municipal de type consulaire ou échevinal), à l’aune des bouleversements révolutionnaires et de la recomposition des pouvoirs locaux. Cette première approche repose sur l’analyse d’un échantillon d’un peu plus de 5 000 détenteurs de fonctions administratives, judiciaires ou politiques locales.

            Dans un second temps, l’ouvrage adopte une approche différente en menant l’analyse au ras du sol, au plus près des acteurs, afin d’appréhender les mécanismes qui conduisent les populations à adapter des pratiques politiques d’Ancien Régime, caractérisées par des gestes et des codes spécifiques, aux nouveaux contextes institutionnels à partir de 1789. En prenant comme objet d’étude la conflictualité politique, il s’agit de comprendre, comment, dans une arène révolutionnaire en pleine mutation, les acteurs réinvestissent leurs choix culturels et leurs stratégies sociales en posant les jalons d’une nouvelle culture politique.

            Enfin, le recours aux jeux d’échelles et à la micro-histoire ont permis de faire apparaître des frontières politiques complexes qui se dessinent au cours des premières années de la Révolution et qui s’enracinent. En travaillant sur les élections municipales, à l’échelle la plus fine des vécus des populations et des pratiques politiques, et sur les représentations, grâce à de nombreux supports comme les discours et les adresses, l’ouvrage vise à montrer comment des comportements politiques antagonistes apparaissent précocement dans le couloir rhodanien. Ces derniers  procèdent à la fois des circulations (hommes et idées) mais aussi d’un certain imaginaire politique, inhérent à la constitution d’une nouvelle culture politique révolutionnaire.

Sommaire :

Première partie : Recompositions sociopolitiques

et comportements antagonistes (vers 1750- vers 1820)

Prologue : La crise de l’été 1793

La vallée du Rhône méridionale s’embrase

Entre hésitation et modération : la vallée du Rhône septentrionale face au « fédéralisme »

Le reflux (5 juillet-25 août 1793)

Une crise révélatrice

Chapitre 1 : Les pouvoirs locaux au crépuscule de l’Ancien Régime

Tour d’horizon d’une mosaïque institutionnelle 

Entre exclusion et mobilité : la représentativité des municipalités en question

Portrait de groupe des administrateurs ruraux au XVIIIe siècle

Des profils sociaux très contrastés : le cas des conseils politiques urbains

« Démocraties municipales » ou oligarchies urbaines 

Les systèmes consulaires

Un renouvellement édilitaire en trompe-l’œil : la réforme Laverdy en Dauphiné

Le couloir rhodanien entre régénération et révolution (1788-1790)

L’émergence des premiers antagonismes (1788-1789)

Des élections des députés des bailliages et sénéchaussées à celles des Constituants 

Le couloir rhodanien et « l’année sans pareille »

Le processus révolutionnaire fait tache d’huile dans le Comtat

Chapitre 2 : Pouvoirs locaux en Révolution (1790-1792)

La formation d’un nouveau personnel

Vers une démocratisation progressive des administrations locales

Quelle rotation pour les équipes municipales ?

Une démocratisation limitée des juges de paix

Comportements antagonistes et frontières politiques

La troisième phase de la  « révolution municipale »

Une rupture précoce et brutale de la concorde

Le choc de la Constitution civile du clergé

L’émergence des clubs 

Du second camp de Jalès à la fuite du roi

Automne 1791 : une géographie politique contrastée

Réduction des citadelles conservatrices, violences et division des patriotes

Automne 1792 : une nouvelle donne géopolitique

Chapitre 3 : Pouvoirs locaux et gouvernements d’exception (1793-1795)

La crise politique de l’été 1793 

Vivacité de l’opposition au jacobinisme radical

Le « fédéralisme » rhodanien, voie médiane ou option contre-révolutionnaire ?

Lendemains de « fédéralisme »

Le temps des autorités constituées

Épurations et démocratisation ?

Gouvernements d’exception et mobilité municipale

Justices de paix et comités de surveillance

Revanches, résistances, et modération 

Deux voies de sortie de la « Terreur »

Chapitre 4 : Séquelles et recompositions (1795-1799)

Le Directoire : une nouvelle donne municipale ?

Des rapports de force sans cesse bouleversés 

Vers une auto-reproduction des détenteurs de fonctions politiques locales

Résurgence des frontières politiques

Une géopolitique rhodanienne contrastée (1795-1797)

Vendettas politiques, résistance jacobine et regain contre-révolutionnaire 

Le couloir rhodanien à l’heure « néojacobine » (1797-1799)

Chapitre 5 : Sédimentation des expériences politiques et stigmates révolutionnaires

Notabilité réinventée, notabilités recyclées 

Les conseils municipaux du premier XIXe siècle, miroirs des conseils politiques d’Ancien Régime ?

De la synthèse des élites locales à la fermeture des pouvoirs

Des comportements politiques figés ?

In medio stat virtus ? Succès et limites du syncrétisme municipal

« Révolution des mairies » et résurgence des frontières politiques sous les Cent-Jours

Les débuts de la Seconde Restauration ou la persistance d’une fracture régionale enracinée

Conclusion de la première partie  

 

Seconde partie : Mutations de la conflictualité

et construction du politique au tournant du XVIIIe siècle

 

Chapitre 6 : Formes, enjeux et mutations de la conflictualité électorale

Conflictualités électorales d’Ancien Régime

Des élections fortement politisées : consuls et échevins

Compétition municipale et conflits interpersonnels : l’affaire des Chartreux de Roquemaure

La conflictualité sous la Révolution : nouveaux enjeux

Une conflictualité électorale protéiforme

Les élections des juges de paix

Tensions électorales et recrutement de la Garde nationale

Les mutations de la conflictualité électorale : le cas des élections municipales

Stratégies et pratiques de la conflictualité en contexte révolutionnaire

Résurgence des conflits et séquelles postrévolutionnaires

La  survivance de la culture politique révolutionnaire après 1799

Chapitre 7 : Mobilisation politique et conflits de légitimité

La querelle de préséance, avatar de la conflictualité politique

Une pratique consubstantielle à la culture politique d’Ancien Régime

L’adaptation au nouvel ordre institutionnel

Fragmentation du pouvoir et conflits de légitimité en Révolution

Des conflits précoces : les querelles entre les municipalités et la Garde nationale (1790-1792)

Les dessous d’une rivalité

Pouvoir municipal et comité de surveillance : conflits de légitimité sur fond de gouvernement d’exception

Chapitre 8 : Des conflits recyclés et sublimés par la Révolution

Entre contestation antiseigneuriale et liquidation du régime féodal

Les avatars de la contestation antiseigneuriale à la veille de la Révolution

Le crépuscule des ci-devant : la tourmente révolutionnaire et au-delà                                   

Sphère politique et sphère religieuse : une redéfinition ?

À la veille de la Révolution : des conflits religieux de faible envergure

L’élargissement de la sphère politique au prisme de la question religieuse

Le poids des réquisitions militaires dans la nouvelle conflictualité

La milice : une institution détestée, une conflictualité limitée

Le couloir rhodanien face aux guerres de la Révolution et de l’Empire

Chapitre 9 : Mutations des violences et appropriation d’une nouvelle culture politique

Les violences d’Ancien Régime, artefacts d’une culture politique locale

Au crépuscule du siècle des Lumières

Conflits et construction du politique : des violences en mutation        

Violences verbales et nouvelle terminologie

La résurgence des violences physiques dans le champ du politique 

Les violences psychologiques au service d’une nouvelle culture politique 

Déprédations et violences matérielles 

Conclusion de la seconde partie

Conclusion générale

 

 

 


Vous aimerez aussi...