Réponse du ministère à la lettre ouverte concernant le détachement des doctorants

Chères et chers collègues,

Voici la réponse du Ministère à la lettre ouverte concernant le détachement des doctorants affectés dans l’Académie de Versailles.

Bien cordialement à toutes et à tous,

Pour le bureau, Nicolas Le Roux.

——

Pour rappel, voici la lettre qui avait été adressée à madame la rectrice de l’Académie de Versailles :

 

Madame la rectrice de l’Académie de Versailles, chancelière des universités

Nous avons été informés de plusieurs refus, de la part de vos services, de mises en disponibilité ou détachements concernant des doctorants et docteurs ayant obtenu des contrats doctoraux ou d’ATER et, à ce titre, recrutés pour une ou plusieurs années au sein d’Universités.

Nous sommes tous pleinement conscients des contraintes qui pèsent sur les recteurs, notamment dans les académies franciliennes, et de la nécessité de s’assurer que les élèves auront des enseignants dans toutes les disciplines. Nous sommes cependant préoccupés par la situation de plus en plus fréquente de jeunes chercheurs certifiés ou agrégés, qui réussissent au prix d’une sélection souvent très rigoureuse à obtenir un contrat doctoral ou post-doctoral, mais ne parviennent pas à obtenir leur mise en disponibilité ou leur détachement.

Nous souhaitons attirer votre attention sur les difficultés qu’engendrent ces refus tant pour les doctorants que pour l’institution universitaire. Même si l’expérience de l’enseignement secondaire est très enrichissante, elle éloigne les doctorants du milieu universitaire et de leur terrain de recherche au moment où ils en ont le plus besoin et ralentit la réalisation de leur thèse. Ces refus fragilisent la politique, financée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, qui doit permettre l’émergence d’une nouvelle génération de chercheurs de haut niveau. Ils compliquent également l’organisation de l’enseignement universitaire en début d’année, lorsqu’il apparaît, en septembre, que ces collègues ne pourront pas assurer les cours et travaux dirigés pour lesquels ils étaient prévus. Enfin, dans le cas des contrats post-doctoraux, ils nuisent très fortement à la présence de la France dans les programmes de recherche européens et, plus généralement, internationaux, qui fonctionnent en grande partie grâce à cette circulation des jeunes docteurs.

Nous craignons en outre, alors que dans nos disciplines nous recommandons aux étudiants de passer les concours de l’agrégation ou du CAPES avant de s’engager dans une thèse, qu’ils ne renoncent aux premiers, étant donné les difficultés rencontrées pour obtenir des détachements ou des disponibilités dans certaines académies, et plus particulièrement, cette année, dans l’académie de Versailles. Certains sont allés jusqu’à démissionner de l’Éducation Nationale pour poursuivre leur projet doctoral. La situation très contrastée, d’une académie à l’autre, certaines parvenant à gérer ces questions très en amont, conduit en outre à une inégalité territoriale qui n’est pas acceptable.

Nous sommes surtout convaincus que cette circulation entre l’enseignement scolaire et le supérieur ne peut être que profitable, non seulement à l’université et à la recherche mais aussi aux collèges et lycées, où les docteurs doivent trouver toute leur place, notamment pour alimenter le vivier de professeurs de Classes Préparatoires aux Grandes Écoles, mais aussi plus largement pour enrichir l’offre de formation continue et pour la réussite du continuum Bac-3/bac+3. Elle doit pour cela être encouragée et, comme les délégations CNRS ne sont désormais plus accordées aux collègues du secondaire, ces contrats doctoraux ou post-doctoraux sont un des derniers instruments qui la rendent possible.

Nous partageons donc la préoccupation et les inquiétudes de ces jeunes chercheurs, et nous soutenons pleinement leur demande d’obtenir dans les plus brefs délais de votre part une réunion afin de trouver une solution satisfaisante pour tous.


Vous aimerez aussi...