Sorcellerie Savante et Mentalités Populaires

Couverture

Antoine Follain et Maryse Simon (dir.), Sorcellerie Savante et Mentalités Populaires, Strasbourg, PUS, 2013, 337 p.
(27 euros) ISBN-10: 2868204996 / ISBN-13: 978-2868204998

L’illustration de couverture rapproche le Malleus maleficarum, Hexenhammer ou Marteau des sorcières, le grand traité de la chasse aux sorcières publié à Strasbourg en 1487, d’une gravure de 1528 réalisée par Jacob Binck, un petit maître de Nuremberg. Ce sujet n’a été représenté que trois fois et ne sera plus reproduit après les années 1530. On y voit une femme très ordinaire qui attaque un démon, bousculé et peut-être vaincu par la figure féminine. C’est tout à l’opposé du discours savant et triomphant qui voit dans les faibles femmes le vecteur par lequel le Diable pénètre le monde et menace la société, l’Église et l’État. Cette représentation symbolise fortement la terrible confrontation entre les mentalités populaires et la sorcellerie savante. Celle-là même qui a suscité l’entreprise d’éradication qui a duré jusqu’au retournement de la fin du XVIIe siècle, lorsque les autorités ont finalement décrété que le crime de sorcellerie était irréel et inventé. Dans l’entrefaite, on a craint, jugé et brûlé nombre de femmes (et des hommes, mais beaucoup moins) qui pensaient autrement qu’on leur disait mais qui, sous la torture, finissaient par conforter l’opinion des juges et des savants en avouant des choses conformes au stéréotype de la sorcière.

Le présent livre réexamine cette confrontation en soulignant toute sa complexité. La réflexion part des débuts controversés de l’inquisiteur Heinrich Institoris Kraemer, auteur du Malleus. Elle approfondit l’opposition entre les sermons prononcés par Geiler qui sont encore assez mesurés et les images radicales qui leur ont été associées par son imprimeur. Elle met en avant l’étude des métamorphoses des sorcières, accusées de prendre des apparences animales. Bien qu’embarrassantes pour la raison et jamais expliquées, ces transformations sont demeurées déterminantes dans les accusations, jusqu’à ce qu’un certain esprit scientifique les fasse rejeter comme décidément impossibles. Ce thème est donc extrêmement important dans les controverses. Le livre comprend également l’édition intégrale d’une thèse de médecine consacrée aux pathologies qui, par l’étrangeté de leurs symptômes, épouvantaient réellement les populations et les faisaient attribuer à des sorts jetés par des sorciers, sous le nom de mal donné. Le texte de cette thèse a été adapté et annoté pour des lecteurs non spécialistes. L’édition comprend des tableaux d’identification des maladies telles qu’elles sont décrites dans les textes des XVIe et XVIIe siècles, afin que des historiens puissent, à partir de leurs propres sources, les identifier et les comprendre. Une large place (140 p.) est faite à l’édition commentée des derniers procès de sorcellerie d’une prévôté des Vosges (en 1624). Induites par les confessions d’une jeune fille et les élucubrations d’un enfant, les accusations finirent par toucher toute une vallée et causèrent l’exécution de la propre mère de l’enfant.

Ont participé à cet ouvrage : Jean-Claude Diedler (associé EA3400), Antoine Follain (UdS et EA3400), Georg Modestin (U. Fribourg), Frank Muller (UdS et EA3400), Maryse Simon (EA3400), Rita Voltmer (U. Trêves), une vingtaine d’étudiants en master « Formation des mondes européens » et en master « Histoire de l’art » de l’UdS (séminaire de paléographie du Pr. Follain) et pour l’édition de sa thèse de médecine de l’université de Nancy, le docteur Pascal Diedler.

Lien de présentation ici


Vous aimerez aussi...