La diplomatie des mobilités culturelles. Normes, pratiques et protagonistes (XVIIe – XIXe siècle)

Madrid, 21-22 novembre 2019

Université Complutense

 

 

Organisation

María Teresa NAVA RODRÍGUEZ (Université Complutense de Madrid)

María Dolores GIMENO PUYOL (Université Rovira i Virgili de Tarragone)

Gilles MONTÈGRE (Université Grenoble Alpes)

 

Institutions partenaires

Ecole française de Rome (programme ADMINETR)

Université Grenoble Alpes (LUHCIE)

Université Complutense de Madrid (Grupo de investigación INSADE XVIII)

Université de Saragosse (proyecto de investigación HAR2016-77344-R)

Casa de Velázquez

Réseau des Écoles françaises à l’étranger

 

 

Le colloque international La diplomatie des mobilités culturelles. Normes, pratiques et protagonistes (XVIIe – XIXe siècle), qui se déroulera à l’Université Complutense de Madrid les 21 et 22 novembre 2019, s’inscrit dans le cadre du programme quinquennal de l’École Française de Rome Administrer l’étranger. Mobilités, diplomaties et hospitalité, Italie – Europe (XIVe-mi XIXe siècle), auquel collaborent diverses universités et laboratoires de recherche français, italiens et espagnols afin d’enquêter sur la prise en charge institutionnelle et diplomatique des étrangers dans l’espace européen de la fin du Moyen Age au début de l’époque contemporaine.

 

L’histoire diplomatique et l’histoire culturelle ont connu depuis deux décennies des points de rencontre féconds, contribuant progressivement à l’hybridation de deux historiographies restées longtemps peu perméables l’une à l’autre. Le colloque madrilène se donne pour objectif d’envisager non pas la culture diplomatique ou la culture des diplomates en tant que telles, mais la manière dont les acteurs diplomatiques ont utilisé à des fins politiques les gens de culture entendus au sens large (artistes, scientifiques, musiciens, auteurs, décorateurs, comédiens, etc.) en favorisant leur circulation à travers l’espace européen.

 

Partant d’une perspective résolument transnationale et interdisciplinaire, il s’agira de se demander comment les réseaux diplomatiques saisissent et administrent des pratiques culturelles, celles-ci pouvant relever de groupes aussi bien que d’individus, de structures institutionnelles telles que les Académies nationales crées à l’étranger aussi bien que de réalités plus informelles ou évanescentes. Relevant de registres variés allant des arts figuratifs aux sciences en passant par les lettres, la musique ou la gastronomie, ces pratiques culturelles ont été traversées par les mêmes processus de « civilisation », de « communication » ou de « sécularisation » qui ont durablement transformé les sociétés politiques européennes des temps modernes. L’enquête suppose donc la mobilisation d’un corpus documentaire diversifié, qui embrasse les fonds diplomatiques officiels tout en les confrontant à d’autres sources telles que les archives des administrations des pays concernés, les correspondances et écrits du fort privé émanant des diplomates et des gens de culture, etc. La période considérée sanctionne le passage d’une diplomatie de la culture centrée sur la personne du prince et circonscrite au monde des cours à des pratiques structurées autour des diplomates eux-mêmes, et orientées en direction d’une sphère publique de plus en plus large et de mieux en mieux prise en considération. On s’interrogera sur les modalités et les rythmes de ce passage, en se demandant notamment comment les nouvelles pratiques s’émancipent des logiques anciennes et individuelles du mécénat et du patronage.

 

Afin d’enquêter sur ces mobilités culturelles saisies par la diplomatie, les deux journées du colloque s’articulent autour de 3 axes distincts. Le premier concerne les individus, espaces et communautés mobilisés par ces réseaux de recommandation et de protection à l’échelle des chancelleries diplomatiques. Quelles logiques – étatique, confessionnelle, philosophique ou esthétique – président au choix de ces acteurs du monde culturel, qui ne sont pas toujours ressortissants du pays dont les diplomates eux-mêmes sont originaires. Sans perdre de vue le cas particulier des artistes employés eux-mêmes comme agents diplomatiques, tels Rubens ou Velasquez, on se demandera comment les diplomates se sont attachés à capter et à administrer auprès d’eux ces groupes et ces individus, afin de donner une image favorable de l’État qu’ils représentaient à l’étranger. Avant que l’éclosion des nationalités n’engendre au XIXe siècle une segmentation des horizons culturels, l’intense circulation des gens de culture dans la « République des Lettres » favorisa ces phénomènes de captation, dont on confrontera les formes à différents moments et au sein de divers espaces européens.

 

Le deuxième axe concerne la gestion diplomatique des biens culturels. Il interrogera tout à la fois la nature de ces biens (des œuvres d’art aux médailles, des livres aux archives) et les modalités de leur circulation sur l’échiquier européen (cadeaux, confiscations, échanges, commandes, acquisitions) en fonction de contextes politiques libres ou contraints, qui intègrent la question des saisies de l’époque révolutionnaire.

 

Un troisième axe se penche de manière plus globale sur l’articulation entre diplomatie culturelle et construction européenne. Telle qu’elle a été envisagée par les historiens de l’époque contemporaine, la diplomatie culturelle peut être définie comme un faisceau de pratiques visant à faire de la culture entendue au sens large un levier spécifique pour asseoir une politique, en faisant jouer alternativement un principe de rayonnement et un principe de réciprocité dans les rapports entre puissances. Nous partons de l’hypothèse que cette définition ne trouve pas seulement son champ d’application dans la période de l’entre-deux-guerres ou dans celle qui s’ouvre à la fin du XXème siècle, conformément à la notion de soft power mainte fois réactivée dans le sillage de Joseph Nye. Proposer une archéologie des rapports entre diplomatie et culture de l’âge classique au début du XIXe siècle permet ainsi de réfléchir à la manière dont l’Europe s’est concrètement construite, en amont ou parallèlement à la formation des États nations.

 

 

Lieu du colloque :

 

Universitad Complutense

Aula de Grados, Facultad de Geografia e Historia

Ciutad Universitaria

28040 Madrid

 

 

PROGRAMME

 

Jeudi 21 novembre

 

15:30-16:00 h

 

Ouverture

Miguel LUQUE TALAVÁN (Doyen de la Faculté d’Histoire et Géographie de l’UCM)

 

Introduction

Gilles  MONTÈGRE (Université Grenoble Alpes)

Teresa NAVA RODRÍGUEZ (UCM)

 

16:00-19:30 h

Diplomacie culturelle et construction européenne

Présidence : Nicolás MORALES (Casa de Velázquez, Madrid)

 

Rahul Markovits (École Normale Supérieure, Paris) : Une «espèce de gloire pour notre nation» : le théâtre et les origines contrariées de la diplomatie culturelle.

 

Óscar Recio (Université Complutense de Madrid) : La diplomacia española de la Ilustración y la construcción cultural de Europa del Este.

 

Pause café

 

Antonella Alimento (Università degli studi di Pisa) : Entre diplomatie culturelle et réciprocité économique: le cas des négociations des traités de commerce d’Utrecht entre la France, l’Espagne l’Angleterre et les Provinces Unies (1713-1714).

 

Virginie Martin (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) : Favoriser les échanges ou négocier les saisies ? Diplomatie et confiscations culturelles à l’époque révolutionnaire.

 

Discussion

 

 

Vendredi 22 novembre

 

9:00-11:00 h

La gestion diplomatique des biens culturels (I)

Présidence : Anna Maria RAO (Università degli studi di Napoli Federico II)

 

Diana Carrió-Invernizzi (UNED) : La diplomacia de los objetos en perspectiva historiográfica. Agentes españoles del siglo XVII y su diplomacia material.

 

Marion Amblard (Université Grenoble Alpes) : Les arts mis au service de la diplomatie culturelle britannique dans la vielle du pape. L’exemple de l’ambassade du comte de Castelmaine à Rome en 1686-1687.

 

Émilie Beck-Saiello (Université Paris 13) : Les collections de peinture des ambassadeurs français à Rome au XVIIIe siècle: enjeux personnels et stratégies diplomatiques.

 

Discussion

Pause café

 

11:30-13:30 h

La gestion diplomatique des biens culturels (II)

Présidence : Maria Antonietta VISCEGLIA (Università degli studi di Roma La Sapienza)

 

Juan Pimentel (Consejo Superior de Investigaciones Cientificas) : “Naturalia” y diplomacia. La vida social de algunos animales exóticos

 

Federico Palomo (Università Complutense de Madrid) : Imprenta, misión y diplomacia: los jesuitas de Goa, Roma y el conocimiento sobre la Cristiandad etíope en el siglo XVII 

 

Charlotte Bellamy (Institut universitaire européen, Florence) : Diplomatie et mobilité des Français exerçant un métier de bouche dans l’Europe du XVIIIe siècle. Le cas de la Suède gustavienne.

 

Discussion

 

15:30-18 h

Individus, espaces, communautés

Présidence : María Dolores GIMENO PUYOL (Université Rovira i Virgili de Tarragone)

 

Sébastien Schick (Université Paris I Panthéon Sorbonne) : Diplomatie et concurrences culturelles dans le Saint-Empire : les enjeux diplomatiques de la mobilité culturelle dans l’espace impérial (17ème-18ème siècles).

 

Pierre-Yves Beaurepaire (Université Nice Sophia-Antipolis) : Sir Joseph Banks et Jérôme Lalande : la diplomatie de deux autorités scientifiques au XVIIIe siècle.

 

Antonio Trampus (Università Ca’ Foscari Venezia) : Diplomacia, periodismo y literatura: El curioso caso de Giacomo Casanova en la embajada en Viena.

 

Ruggero Sciuto (Oxford University) : Diplomazia, mercato librario, e libera circolazione : Luigi Lorenzi e la creazione dell’identità europea

 

Discussion

Pause café

 

18:15-19:45 h

Table ronde :

Diplomatie, mobilités culturelles et histoire transnationale

 

 Moderatrice : María Victoria López-Cordón (UCM)

 

Intervenants :

 

Jesús Astigarraga (Université de Saragosse)

Gilles Bertrand (Université Grenoble Alpes)

Martine Boiteux (EHESS)

Anna Maria Rao (Università degli studi di Napoli Federico II)

Catriona Seth (Oxford University)

Maria Antonietta Visceglia (Università degli studi di Roma La Sapienza)

 

Conclusions et clôture du colloque

Gilles Montègre et Teresa Nava rodríguez

 

 

Comité scientifique :

Jesús Astigarraga – Gilles Bertrand – María Victoria López-Cordón – Anna Maria Rao – Catriona Seth – Maria Antonietta Visceglia

 

Site internet :

 

https://www.ucm.es/insade18/movilidades

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...