Mercaderes y redes Mercantiles en la Península Ibérica, siglos XV-XVIII

Les Éditions Hispaniques ont le plaisir de vous annoncer leur dernière publication Mercaderes y redes Mercantiles en la Península Ibéricasiglos XV-XVIII, sous la direction de Manuel F. Fernández Chaves, Rafael M. Pérez García et Béatrice Perez, en coédition avec l’Université de Lisbonne et l’Université de Séville (Editorial Universidad de Sevilla-colección de Historia y Geografía).
 
Dans ce livre, les auteurs ont souhaité donner à voir la dimension plurielle des strates marchandes qui se côtoyaient dans la péninsule ibérique. Ils ont attaché une grande importance aux espaces péninsulaires et aux liens entretenus avec les Flandres, l’Italie, les îles atlantiques, l’Amérique. La nouveauté consiste en la volonté de faire coïncider des lignes historiographiques diverses, pour construire une histoire sociale à « ras des hommes », permettant de dévoiler un peu cette organisation complexe du commerce. Ce livre ne prétend pas à l’exhaustivité ; il est un jalon pour aller vers une nouvelle approche de certains thèmes essentiels tels les réseaux.
Qu’est-ce que le commerce? Qu’est-ce que le réseau? Les auteurs ont souhaité mettre en avant le postulat socio-anthropologique du négoce, et du réseau en tant qu’il est son idiosyncrasie. Ils ont ainsi décliné, dans des espaces et des conjonctures diverses, la dimension anthropologique du commerce. Commercer c’est prévoir – c’est bien connu –, ce qui signifie circonscrire au plus juste le risque pour en annuler les effets. C’est pondérer avec précision l’incertitude en un chiffre qui, quelle que soit l’équation marchande, s’avèrera rentable. Commercer, c’est investir, et donc assembler des crédits dans des structures qui se pensent comme des paratonnerres de l’incertitude. Le « réseau » est le nom conceptuel de ces structures.
Par ce terme-valise – pouvant être contesté s’il n’est pas bien défini –, nous avons voulu scruter, dans le négoce, non pas les mécanismes généraux d’expansion et de contraction des marchés, mais bien les structures profondes de la vie quotidienne d’une société de l’échange et de l’incertitude : les liens familiaux, les alliances, les parrainages, le liens de confiance et de réputation, les dépendances économiques, les rivalités et les âpres confrontations. En somme, ce que « l’on pourrait appeler d’un mot trop simple mais commode, l’économie moderne » (Gentil da Silva).

Vous aimerez aussi...