Mazarinades et territoires

COLLOQUE INTERNATIONAL, 20-27 AOÛT 2020, CERISY-LA-SALLE
Dirigé par Tadako Ichimaru (Univ. Gakushuin, Tokyo) & Stéphane
Haffemayer (Univ. de Rouen-Normandie)

Avec le soutien du GRHis (Univ. de Rouen-Normandie), d’Histémé (Univ. de
Caen-Normandie), du CIELAM (Univ. d’Aix-Marseille), du Cerec/CLARE
(Univ. de Bordeaux Montaigne), du Centre Jean Mabillon (École nationale
des Chartes), de THALIM (UMR 7172), de la Bibliothèque Mazarine, de la
Bibliothèque nationale de France, de l’École Nationale des Chartes, de
l’Université de Tokyo, de l’Université Gakushuin et de la JSPS.

APPEL À COMMUNICATION

Après les « nouvelles approches » formulées lors de la rencontre
internationale de 2015 à Paris (Droz, 2016), les mazarinades seront
cette fois abordées par leurs relations avec les territoires. Depuis les
années 1970, l’approche spatiale a constitué une mutation
épistémologique, offrant aux sciences sociales un regard renouvelé sur
les relations entre les hommes, les pratiques, et l’espace. Réalité
changeante, l’espace intervient dans les formes de domination complexes
et enchevêtrées qui structurent l’ordre politique et social que
reflètent en partie les mazarinades. Pour comprendre ce rapport pluriel
et complexe à l’espace, l’analyse portera par exemple sur la manière
dont les mazarinades traitent des réalités et des discours en prise
étroite avec des territoires donnés : celui des provinces plus ou moins
soumises, des pays alliés ou ennemis, de la cour du roi, des parlements,
des fiefs nobiliaires, des diocèses, des villes, etc., ou encore celui
des imprimeurs, assignés à des périmètres mais qui n’en publient pas
moins dans la clandestinité, usant parfois de délocalisations fictives.
La dimension spatiale se lira aussi dans la déclinaison des lieux
symboliques, toponymes historiques ou fiefs des grandes familles. Elle
se dévoilera également dans des espaces en représentation, un théâtre
urbain qui offre une géographie sociale de la contestation et de
l’application des lois. Des questions pratiques peuvent aussi être
envisagées à partir des contenus des mazarinades. Se comprend-on de la
Normandie à la Provence ? Y a-t-il une (sorte de) langue nationale
par-dessus les frontières dialectales ? Quelles personnes se déplacent
d’une ville à une autre, ou dans les campagnes, ou à l’étranger ? Et
pour y faire quoi, et pour y dire quoi ? Comment circulent les vraies et
les fausses informations ?
Du point de vue patrimonial, il conviendra aussi de s’interroger sur les
logiques de localisation des collections. Comment certaines ont-elles
traversé les siècles et les continents ? Que peut encore nous apprendre
la géolocalisation des collections ?
En effet, qu’elles soient dans des collections parisiennes, orléanaises,
rouennaises, bordelaises, aixoises, grenobloises, etc., qu’elles
proviennent du château de Valençay, de la bibliothèque d’un cardinal,
des acquisitions de Gabriel Naudé pour Mazarin, ou qu’elles soient
consultables aujourd’hui dans une bibliothèque valaisanne, danoise ou
américaine, les mazarinades sont devenues plus accessibles que par le
passé. Et nul doute, notamment après les travaux dont nous héritons,
ceux de Célestin Moreau, d’Armand d’Artois, de Marie-Noëlle
Grand-Mesnil, d’Hubert Carrier, de Christian Jouhaud ou du colloque La
Fronde en questions (Marseille, 1988), nul doute que les mazarinades ont
encore beaucoup à nous apprendre par l’approche spatiale que nous
proposons de comprendre dans un sens large et pluridisciplinaire,
impliquant à la fois les chercheurs universitaires, les personnels de la
conservation du patrimoine, les collectionneurs et les bibliophiles
savants.
Ces questions et ces pistes de recherche sont proposées à l’heure où
l’important corpus du Projet Mazarinades, issu de la collection de
l’université de Tokyo, et où la Bibliographie des Mazarinades,
entreprise par la Bibliothèque Mazarine, font entrer les mazarinades
dans les humanités numériques, dont on sait qu’elles renouvellent en
profondeur les méthodes de la recherche. Qu’il s’agisse d’approches
conventionnelle, pluridisciplinaire, transdisciplinaire ou comparatiste,
la polysémie du titre du colloque ouvre assurément de multiples horizons
de recherche scientifique en lien direct avec les mazarinades, regroupés
dans les cinq directions et chemins suivants.

Les territoires dans et par les mazarinades : Les milliers de libelles
de la Fronde mettent souvent en scène des dynamiques spatiales, des
circulations et des lieux emblématiques du pouvoir, à Paris, en
province, à l’étranger, à cartographier ; tous éléments liés à des
fonctions et à des juridictions institutionnelles dont les ressorts
s’enchevêtrent ; outre la contestation de l’État militaro-fiscal hérité
de Richelieu et de Louis XIII, ces positions et mobilités plurielles
font textuellement ressortir des enjeux sociaux, communautaires,
patrimoniaux, symboliques, etc.

Territoires idéologiques et historiques : Peut-on relier la mobilité des
idées et les territoires grâce aux mazarinades ? Que nous disent-elles,
par leur statut, leur discours ou leur circulation, des relations entre
les idées, les positions politiques, les événements et la diversité des
espaces sociaux ? Comment les usages de l’Histoire orientent-ils la
production pamphlétaire des différents partis ? Déplacements et
emplacements des hommes et des femmes, formations et positions des
groupes, évolution des idées, possession et circulation des biens et des
marchandises, s’observent dans les mazarinades comme dans d’autres
corpus antérieurs ou postérieurs à la Fronde, d’où de possibles
perspectives comparatistes.

Territoires littéraires et linguistiques : La Fronde témoigne d’une
liberté lexicale et poétique qui permet une transformation du champ
littéraire ; la langue française en serait notre seul bénéfice
(Michelet). En réalité, ce sont les rapports entre littérature et
politique qui s’en trouvent bouleversés : professionnalisation et
politisation des plumes ; rapports au pouvoir, aux patrons, au marché de
l’imprimé ; représentation du politique ; interactions et concurrences
entre les styles littéraires, les genres textuels et les stratégies
discursives, etc. La thématique invite également à interroger les
questions de l’anonymat, du statut des langues étrangères, des
dialectes, de la versification, des imitations, du langage violent ou
licencieux dans les mazarinades, etc.

Territoires philologiques et historiographiques : Poursuivre l’étude des
lieux de production, d’édition, de commerce et de conservation des
mazarinades, de la Fronde à aujourd’hui, qu’il s’agisse des manuscrits
(ce qu’il en reste), des imprimés (histoire et géographie des
exemplaires, éditions, émissions, etc.), des périodiques, des recueils
(composés par qui, comment et pourquoi), des collections familiales
(chez qui, de quand à quand, traces de propriété et de transmission),
des fonds institutionnels (acquisitions, confiscations, etc., traces et
descriptions), des corpus numériques (images, textes, métadonnées, types
d’accessibilité et d’usage), en relation avec les questionnements
génériques, historiques, historiographiques et bibliophiliques.

Perspectives méthodologiques et épistémologiques : Grâce aux
bibliothécaires et aux chercheurs, l’informatisation et les humanités
numériques opèrent une déterritorialisation des mazarinades ; évolution
des protocoles de repérage, des moyens de consultation, d’exploitation,
de citation et d’analyse, via la création massive de métadonnées
permettant leur fouille humaine ou leur lecture distante. Quelles
nouvelles formes de recherche permet par exemple le corpus en ligne du
Projet Mazarinades ? Peut-on juger de la fiabilité des données sans
retourner à l’original ? Comment appréhender ces changements de
méthodes, d’échelle et de paradigme pour développer l’exploitation
automatique de données ou pour tenir compte des questions légales et
institutionnelles de propriété et de partage de données et de résultats ?

Le lieu du colloque :
Le château de Cerisy-la-Salle datant du début du XVIIe siècle, gageons
que les mazarinades y ont toute leur place ! Certaines y ont peut-être
été lues pendant la Fronde…
On découvre à Cerisy qu’un colloque est plus qu’un ensemble de
communications ; c’est un espace de bouillonnement intellectuel que les
communications alimentent ; un domaine où l’on vit une semaine en
pension complète, où un parc et un potager accueillent les promenades
pensives ou sportives, où des petits salons et des bibliothèques
facilitent les libres discussions. La modernisation achevée des espaces
de travail et des chambres permet cependant aux participants et à
l’audience des colloques d’y séjourner et d’y travailler dans les
meilleures conditions.

Pour répondre à cet appel :
Les propositions de communication d’une vingtaine de lignes contiendront
un titre provisoire, un résumé thématique de l’étude envisagée et de la
méthodologie mise en œuvre. Elles seront à adresser au secrétariat du
colloque à l’adresse patrick.rebollar@berlol.net, sans oublier d’y
joindre les informations de situation universitaire ou professionnelle,
les coordonnées postales, e-mail et téléphone. Les intervenants sont
encouragés à séjourner le temps du colloque ou un minimum de trois jours
; des aides financières au cas par cas seront envisagées, notamment pour
les étudiants-chercheurs et les intervenants étrangers.

Date limite de réception des propositions : le 30 septembre 2019.
Les projets retenus seront annoncés vers le 20 octobre 2019. À propos
des modalités de séjour et des tarifs, consulter le site de Cerisy :
https://cerisy-colloques.fr/inscription/

Comité scientifique : Antonella Amatuzzi (Univ. de Torino), Yves-Marie
Bercé (AIBL), Michel Bernard (Univ. Paris 3), Stéphane Haffemayer (Univ.
de Rouen), Alain Hugon (Univ. de Caen), Tadako Ichimaru (Univ.
Gakushuin), Takeshi Matsumura (Univ. de Tokyo), Jean-Dominique Mellot
(BnF), Olivier Poncet (ENC), Patrick Rebollar (Univ. Nanzan, Nagoya),
Sylvie Requemora-Gros (Aix-Marseille Université), Yann Sordet
(Bibliothèque Mazarine), Myriam Tsimbidy (Univ. Bordeaux Montaigne),
Christophe Vellet (Bibliothèque Mazarine).


Vous aimerez aussi...