Émotions de Dieu. Attributions et appropriations chrétiennes (XVIe-XVIIIe siècle)

Chrystel Bernat, Frédéric Gabriel, Émotions de Dieu. Attributions et appropriations chrétiennes (XVIe-XVIIIe siècle), Turnhout, Brepols, coll. « Bibliothèque de l’École des Hautes Études, Sciences religieuses 184 », 2019, 416 p.

Parler de Dieu suppose de lui attribuer des qualités qui montrent combien sa nature diverge de celle de l’homme. De sa perfection découlent notamment l’impassibilité et l’immutabilité. Dès lors, comment parler d’émotions de Dieu, puisque les mouvements, le dérèglement et l’altération qu’elles présument renvoient, dès l’Antiquité, à la faiblesse et à la passivité humaines ? Ces émotions divines traversent pourtant bien l’Ancien Testament, qui présente un Dieu tour à tour affligé, offensé, en colère, aimant et prenant pitié de ses créatures. Ces anthropomorphismes doivent-ils être lus de manière allégorique, comme la preuve d’une inadéquation sémantique et d’une intention pédagogique ? Est-ce parce que ce sujet résiste que le vaste courant d’histoire des émotions l’a délaissé? L’implication affective du Fils a pourtant été décisive pour appréhender la spécificité chrétienne et l’empathie divine comme source de consolation suprême. Notre volume se situe à l’intersection de ce double angle mort thématique de l’histoire des émotions, et chronologique de l’histoire de la théologie de la souffrance de Dieu qui néglige l’époque moderne. Il propose d’élargir l’enquête aux gestes sociaux dans lesquels les émotions de Dieu sont impliquées. En quel sens peut-on parler d’émotions divines ? Par qui, dans quels cadres et à quelles intentions sont-elles mobilisées ? À quels titres sont-elles révélatrices de la difficulté à penser la divinité ? Les embarras narratifs, ontologiques, exégétiques et confessionnels auxquels donnent lieu ces émotions divines se déploient ici dans des cadres théologiques, homilétiques, littéraires, et plus largement oratoires, théâtraux et guerriers.

Table des matières

Avant-propos
Émotions et divinité : valeur heuristique d’un paradoxe doctrinal
Chrystel Bernat

Introduction
Les émotions de Dieu : situation et histoire d’un problème
Frédéric Gabriel

Liminaire
Émotions de Dieu au Moyen Age : de la passivité à la compassion
Piroska Nagy

PREMIÈRE PARTIE

Matrices bibliques et philosophiques,
entre immutabilité de Dieu et anthropopathie

Les émotions de Dieu dans l’exégèse médiévale
Gilbert Dahan
Affectiones Dei : les débats sur les passions divines dans la scolastique
médiévale et postmédiévale
Alberto Frigo

Le Dieu des sociniens serait-il sujet à toutes les passions humaines ?
Brigitte Tambrun

Quand il est parlé de Dieu à la manière des hommes : l’irritation de Dieu
chez Pascal
Laurent Thirouin

DEUXIÈME PARTIE
Combats et justice : dynamiques de l’émotion divine
« Jamais le soleil radieux ne se courrouce ». L’interprétation
confessionnelle de la colère divine dans le contexte réformé des
persécutions (XVIe et XVIIe siècles)
Véronique Ferrer

Dieu à la guerre. Les émotions de Dieu et la guerre de Quatre-vingts ans
aux Pays-Bas espagnols
Silvia Mostaccio

La dilection divine. Usages et enjeux d’une proximité élective dans la
littérature pastorale huguenote en temps de persécution (XVIIe et XVIIIe
siècles)
Chrystel Bernat

TROISIÈME PARTIE
Transpositions et mises en scène

Sensibilité divine et communauté émotionnelle dans la tragédie humaniste
biblique : le Jephté latin de Buchanan (1554) et ses traductions françaises
(1566-1601)
Audrey Duru
Les émotions de Dieu dans l’oraison funèbre de la Renaissance française :
un cas d’école ?
Claudie Martin-Ulrich

De la « sobre intempérance » divine à la sanctification des
passions humaines : émotion et spiritualité dans l’Angleterre du premier
XVIIe siècle
Paula Barros
La Passion comme mise en scène de l’émotion : rhétorique et christologie
chez Jacques Biroat
Frédéric Gabriel

Postface
Divines émotions humaines
Sébastien Drouin


Vous aimerez aussi...