Atlas militaires manuscrits (XVIIe-XVIIIe siècles). Villes et territoires des ingénieurs du roi

Emilie d’Orgeix et Isabelle Warmoes, Atlas militaires manuscrits (XVIIe-XVIIIe siècles). Villes et territoires des ingénieurs du roi, Paris, Bnf Editions / Ministère des Armées, décembre 2017, 384 p.
Diffusion BNF.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les ingénieurs militaires façonnent patiemment au plus près du terrain leur conception de l’atlas manuscrit. S’il se conçoit toujours sous la forme d’un recueil relié de cartes et plans, l’atlas militaire adopte des formes infiniment diverses, allant du simple « ramas » de documents utiles à l’exercice de la profession, à la visite de places commandée par l’administration militaire, jusqu’au somptueux ouvrage présenté à un riche protecteur. Dessinés à la plume et le plus souvent rehaussés de lavis, ces recueils, conçus à des fins stratégiques, dressent le portrait inédit et toujours confondant de précision de provinces, païs, villes fortifiées et ouvrages militaires, tour à tour défendus ou convoités par l’Etat monarchique, depuis le règne d’Henri IV jusqu’à la fin du règne de Louis XV.

Cet ouvrage abondamment illustré, qui réunit une étude historique et un catalogue raisonné, complété d’index de lieux et d’auteurs, présente pour la première fois, planche par planche, l’un des gisements cartographiques d’Ancien Régime les plus exceptionnels qui soient conservés dans les fonds d’Île-de-France. Cette promenade cartographique à travers les 10 000 planches contenues dans les 178 atlas inventoriés, constitue un instrument de recherche inestimable pour l’histoire de la cartographie, des villes, de l’architecture et des paysages des « territoires des Bourbons », mais aussi des Etats européens et levantins.


Vous aimerez aussi...