Être brigand du Moyen Âge à nos jours

CouvertureBenoît Garnot : Être brigand du Moyen Âge à nos jours, Paris, Armand Colin, 2013, 224 p., collection “Vies d’autrefois” (dirigée par Philippe Martin) ISBN : 978-2-200-28628-6 20 €

Le brigandage peut être défini comme une forme de professionnalisation du crime, parfois individuelle, souvent collective. Il inclut les bandits de grand chemin, évidemment, mais aussi les contrebandiers, les escrocs, la pègre urbaine, ainsi que les diverses formes de criminalité accompagnées de violence, à condition que l’appât du gain soit leur motivation principale. Il culmine dans ce qu’on a pris l’habitude d’appeler aujourd’hui le « crime organisé », appellation récente, certes, mais qui recouvre une réalité multiséculaire. Les brigands sont présentés ici dans l’espace français, du Moyen Âge à nos jours.

Pendant cette longue période, ils ont évolué à l’instar de la société environnante, dont ils n’ont jamais cessé de faire partie, d’une manière ou d’une autre, puisqu’ils en sont issus et puisqu’ils vivent d’elle. Brigands imaginés, brigands réels, brigands en action, brigands en justice, sont les thèmes abordés successivement, tels qu’ils ont été renouvelés par l’historiographie récente. L’ouvrage s’enrichit aussi de nombreux documents d’époque, d’une bibliographie et d’un glossaire. Benoît Garnot, agrégé d’histoire et docteur ès lettres, est professeur d’histoire moderne à l’université de Bourgogne.

Auteur d’une quarantaine d’ouvrages, Benoît Garnot a contribué à renouveler l’histoire de la justice et de la criminalité dans la France moderne.

Table des matières

Introduction

Chapitre 1 : Brigands imaginés

Une mythologie
La construction du mythe
Peurs et rumeurs
Fantasmes
Bons et mauvais brigands
Brigands repoussoirs
Brigands idéalisés
La légende de Mandrin
Brigands et littérature
Brigands au grand cœur
Brigands romanesques
Brigands maléfiques
Brigands de polars
Mémoires de brigands
Brigands et cinéma
Films policiers
Films de gangsters

Chapitre 2 : Brigands réels

Portraits
Petits brigands
Brigands d’envergure
Brigands d’un nouveau type
Un profil-type
Quatre catégories
Des hommes du peuple
Les extrêmes
L’entrée en brigandage
D’après les historiens
D’après les sociologues
La question du choix
Un cas d’école : la formation des bandes
Une première matrice, la guerre
Des lieux criminogènes
Marginalité et brigandage
Les liens personnels

Chapitre 3 : Brigands en action

Les objectifs
Les imprécisions du contentieux
Prédations généralistes
Prédations spécialisées
Des prédations aux transactions
L’organisation
Compter les brigands ?
Des sociétés hiérarchisées ?
Une organisation souple
Des sociétés parallèles ?
Les méthodes
La variété des styles
La répartition du travail
Une violence limitée
Les réseaux
Les réseaux traditionnels
Les nouveaux réseaux

Chapitre 4 : Brigands en justice

La législation
Un vide sémantique ?
La criminalisation
Du brigandage à l’association de malfaiteurs
Les moyens d’action
La gendarmerie
La police
L’armée
Du renseignement à la dénonciation
Le signalement
La répression
Une justice d’exception ?
Élimination ou indulgence ?
Quelques privilégiés ?

Conclusion

Documents

Les regrets de Mérigot Marchès, soldat-brigand (1391)
Les Coquillards à Dijon (milieu du xve siècle)
La gwerz de Kernolquet : les brigandages d’un cadet de noblesse dans le Trégor des années 1650
Un brigand « littéraire » : Gil Blas (1715)
Le plus célèbre des brigands : Mandrin à Orgelet (1754)
L’exécution de Louis Mandrin (1755)
Le châtiment d’une bande de brigands (1768)
L’itinéraire d’un professionnel du crime : l’abrégé de la vie d’Antoine Mailay (1769)
Les bandits d’Hazebrouck ou la bande Pollet (1906-1909)
Fiche de police de Jules Bonnot (1876-1912)
Les brigands au bagne
L’éradication du banditisme corse : caricatures de presse (1931)
Films de gangsters (XXe siècle)
Définir le « crime organisé » (1994)

Bibliographie

Glossaire


Vous aimerez aussi...