Le dernier théologien ? Théophile Raynaud : Histoire d’une obsolescence

Jean-Pascal Gay, Le dernier théologien ? Théophile Raynaud : Histoire d’une obsolescence, Paris, Beauchesne, 2018.

Cet ouvrage est un essai d’histoire du catholicisme mais aussi d’histoire sociale et culturelle des savoirs, et de ce savoir spécifique qu’est la théologie, inscrit dans une réalité ecclésiale, mais dont les modalités de construction, de publication et de circulations ne le différencient pas nécessairement des autres savoirs, en particulier à l’époque moderne. Il analyse une figure désormais classique en histoire des savoirs, celle de l’échec, ou plus précisément celle de la « gloire déchue ». Théophile Raynaud, le théologien que cet ouvrage étudie – sans proposer ni une biographie, ni une exploration exhaustive de son œuvre – est au moment de sa mort en 1663, célébré comme une des figures majeures de la scène théologique européenne, une sorte de « nouveau Bellarmin ». Une génération après, toutefois, il commence à être décrit comme une figure obsolète de la théologie, avant que la tradition savante ne le transforme en étape marginale de l’histoire de la théologie. L’ouvrage, en reconstituant ce glissement, en examinant la place du travail intellectuel dans la carrière du théologien dans les institutions religieuses et dans son ordre, en examinant comment la position savante le situe dans un espace ecclésial, montre comment et par quels types d’opérations et d’évolutions, au xviie siècle, la place de la théologie recule dans la culture, mais aussi d’une certaine manière dans « l’Église ». À partir de ce constat, il examine aussi comment le théologien affronte les tensions qui traversent l’histoire religieuse du xviie siècle (rapports à l’affirmation du pouvoir politique et de l’espace public, ainsi qu’aux nouvelles configurations de genre) et ce que son œuvre en révèle. Ce qui apparaît alors n’est pas seulement la variabilité de l’ordre religieux du savoir, mais bien les profondes tensions qui travaillent la dynamique de la confessionnalisation catholique. Cet ouvrage propose en somme une microhistoire des contradictions de la réforme catholique.

Ancien élève de l’ENS (Paris), ancien membre de l’École française de Rome, Jean-Pascal Gay est professeur d’histoire du christianisme (époques moderne et contemporaine) à l’Université catholique de Louvain. Ses recherches portent sur l’histoire de la Compagnie de Jésus et l’histoire de la théologie comme pratique savante. Il est l’auteur de Morales en conflit. Théologie et polémique au Grand Siècle (Paris, Cerf, 2011) et de Jesuit Civil Wars. Theology, Politics and Government under Tirso González (1687-1705) (Farnham, Burlington, Ashgate, 2012).

 

Lien éditeur ici.

SOMMAIRE

 

Introduction

Ch. 1. Écrire Raynaud. Ecriture mémorielle et histoire de la théologie

Construire la célébrité l’édition des Opera Omnia

Raynaud objet d’érudition dans la République des lettres entre dernier xviie et premier xviiie siècles

Notice jésuites et notices antijésuites

La consolidation de la mémoire bibliographique

Raynaud Lyonnais et Raynaud Italien : chemins de deux possibles

Conclusion

Ch. 2. Raynaud, un cas d’histoire jésuite (I) : le travail intellectuel dans un ordre religieux au XVIIe siècle

L’ordre de la théologie : maîtrise du savoir et partages sociaux

Logiques d’une carrière théologienne

Écrire, publier, obéir

Raynaud, ses protecteurs et ses fidèles

Conclusion

Ch. 3. Raynaud, un cas d’histoire jésuite (II) : penser l’obéissance et l’identité

Raynaud apologète de la Compagnie

Raynaud jésuite antijésuite
Écriture et gouvernement provincial : le De Regimine Humano

Raynaud, critique de l’identité et des évolutions de l’obéissance jésuite

Autour de l’apostasie. Théologie et éthique de la vie régulière

Conclusion

Ch. 4. Raynaud et les glissements de la culture théologico-politique du premier XVIIe siècle

Raynaud, la France, le gallicanisme et l’investissement religieux du politique

Les tribulations d’un Savoyard dans une province française

Raynaud et la critique théologique de la xénophobie : une voie pour l’anti-gallicanisme ?

L’Amor crucifixus, un hapax ?

 Conclusion

Ch. 5. Raynaud et la fragilité de la censure religieuse

Censure jésuite et activité censoriale

La censure du De martyrio per pestem

Les censures de 1646 et le dialogue entre Raynaud et l’Index

Les complexités du débat autour de la légitimité et des formes de la censure

Conclusion

Ch. 6. Théologie et genre au XVIIe siècle. Raynaud et l’invasion des théologastres

Genre, spiritualité et théologie dans la province jésuite de Lyon

Critique de la mystique et évolutions des rapports de genre : autour des Heteroclita spiritualia

Une écriture théologienne de la misogynie ?

Misogynie et masculinité inquiète : autour de l’eunuque et de Robert d’Arbrissel

Conclusion

Ch. 7. Raynaud et la défaite de la théologie

Raynaud, la réforme catholique et ses débats

Régulation savante des comportements et restriction de l’espace du crédible

Polémique, censure et refus de la polémique : Raynaud et les « prodromes du jansénisme »

Conclusion

Conclusion générale : ordre théologique, désordre confessionnel

Annexes

Annexe 1 Tableau de dédicaces et d’approbateurs

Annexe 2 Manuscrits saisis par les supérieurs de Raynaud fin 1642 début 1643

Annexe 3 Lettre de Théophile Raynaud à Lamothe Houdancourt Archevêque d’Auch

Annexe 4. Lettres de Théophile Raynaud à Pierre de Marca


Vous aimerez aussi...