Une histoire nationale est-elle encore possible?

Michelle Zancarini-Fournel, Une histoire nationale est-elle encore possible?, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2018.
Alors que dans les universités du monde entier se développe l’histoire globale, la campagne présidentielle française de 2017 a remis en scène la discussion sur « le roman national » et sur les origines de la France. Parallèlement à la controverse sur quelle Histoire enseigner aux enfants, le débat s’est désormais noué autour des questions identitaires: rejet de la mondialisation et déclarations contre l’islam qui ciblent en fait les populations migrantes considérées comme irréductiblement étrangères. En prenant appui sur les recherches menées, dans différents champs de l’Histoire, sur les groupes et les personnes exclus du « roman national », en plaçant la focale sur une « histoire d’en bas », on pourrait sans doute faire émerger un « récit commun » qui tienne compte de la spécificité des expériences françaises tout en les situant dans des temporalités et à des échelles mondiales. C’est cette hypothèse que ce livre entend défendre.

 Michelle Zancarini-Fournel, professeure émérite à l’université de Lyon1, UMR LARHRA, co-fondatrice et membre du comité de rédaction de CLIO Femmes Genre Histoire, a récemment publié Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, La Découverte/Zones, novembre 2016.

 

Collection : Leçons de sciences en Aquitaine, 84 pages Format 12 x 17 cm , ISBN : 979-10-300-0301-7, 7 

Ouvrage disponible en librairie ou en ligne sur www.pub-editions.fr ou www.lcdpu.fr


Vous aimerez aussi...