Disparition de Christophe Regina

Nous avons la très grande tristesse de vous informer que Christophe Regina, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Limoges-ESPE, s’est éteint ce matin à l’âge de 38 ans, terrassé par une maladie contre laquelle il a lutté avec force et courage.

Très tôt intéressé par l’histoire du genre, il a consacré sa thèse aux expressions de la conflictualité féminine à Marseille au siècle des Lumières et soutenu celle-ci à l’Université d’Aix-Marseille, sous la direction de Martine Lapied et Gilbert Buti et sous la présidence d’Arlette Farge (thèse publiée en 2017 chez Garnier). Ses travaux ont porté sur les rapports des femmes à la violence au XVIIIe siècle, qu’elles en aient été actrices ou victimes, sur la criminalité, sur les liens entre littérature et droit, ainsi que sur les gens de justice et leur formation. Il a été le co-auteur, avec Philippe Gardy, de Lucifer au couvent. La femme criminelle et l’institution du refuge au siècle des Lumières(Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2009), ainsi que de nombreux ouvrages ayant trait à la violence (CNRS Éd., 2010), à la justice et à la manipulation. On lui doit également un essai sur La violence des femmes. Histoire d’un tabou social (Paris, Max Milo, 2011) et avec Lucien Faggion, un Dictionnaire de la méchanceté(Paris, Max Milo, 2013).

Christophe était un être sensible et généreux, et sa curiosité insatiable et contagieuse n’avait d’égal que sa gentillesse. Il était aussi avide de reconnaissance : celle de ses pairs, collègues et amis, avec lesquels il adorait échanger et défendre ses convictions. Et surtout, et même plus que tout, il recherchait la reconnaissance de ses étudiants qu’il chérissait, couvait de sa bienveillance et nourrissait de ses curiosités infinies, comme de ses travaux et découvertes.

Nous sommes tous désemparés aujourd’hui à l’idée qu’une vie si neuve, à l’aube d’une carrière si pleine de promesses, ait été interrompue si tôt et de manière si inattendue. Passionné par la recherche, les débats d’idées et l’enseignement, porteur de thèses nouvelles et stimulantes dans le domaine encore si peu masculin de l’histoire du genre, Christophe Regina survivra dans ses livres et aussi dans l’inspiration que son travail déjà si riche malgré son jeune âge nous aura généreusement léguée.

Céline Borello, Lucien Faggion et Sylvie Mouysset, ses collègues et amis


Vous aimerez aussi...