Table-ronde autour de “New Netherland and the Dutch Origins of American Religious Liberty” d’Evan Haefeli

Table-ronde autour de “New Netherland and the Dutch Origins of American Religious Liberty” d’Evan Haefeli

couvertureLe Centre d’études nord-américaines de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et le Réseau pour le développement européen de l’histoire de la jeune Amérique, 1607-1865 (REDEHJA) sont heureux de vous convier à une table-ronde autour de l’ouvrage d’Evan Haefeli :

New Netherland and the Dutch Origins of American Religious Liberty (University of Pennsylvania Press, 2012),
le jeudi 28 mars 2013 de 17h à 19h,
au CENA, EHESS, 105 bd Raspail, 75006 PARIS, bâtiment B, 4ème étage, salle 12.

La présentation de l’ouvrage par l’auteur sera suivie par des commentaires de Bertrand Van Ruymbeke, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Nathalie Caron, Université Paris Est Créteil Val de Marne, et Agnès Delahaye, Université Lumière Lyon 2.

Les interventions pourront être faites en français et en anglais.

Evan Haefeli est professeur d’histoire à Columbia University. C’est un spécialiste d’histoire sociopolitique, culturelle et religieuse qui travaille sur l’Amérique du Nord coloniale et sur les empires coloniaux dans une perspective comparative, en particulier dans les borderlands , ces zones de contact entre populations d’origines ethniques et culturelles diverses. Son premier livre, Captors and Captives : The 1704 French and Indian Raid on Deerfield , co-écrit avec Kevin Sweeney (University of Massachusetts Press, 2003) est souvent cité comme un modèle d’histoire des relations euro-amérindiennes.

New Netherland and the Dutch Origins of American Religious Liberty propose une nouvelle interprétation des origines de la liberté de conscience et du pluralisme religieux existant aux Etats-Unis depuis la création de la république américaine à la fin du XVIIIe siècle. L’auteur démontre que, si le principe existait dans la loi dans la colonie néerlandaise fondée autour de la Nouvelle-Amsterdam, il était l’objet de virulentes oppositions et d’âpres conflits entre les différentes confessions religieuses. C’est en fait le transfert de souveraineté de la colonie devenue New York entre les Provinces-Unis et l’Angleterre dans le dernier quart du XVIIe siècle, à un moment où, de manière exceptionnelle, les Anglais étaient ouverts à l’idée de tolérance religieuse, qui joua un rôle fondamental. Au croisement de l’histoire atlantique et de l’histoire impériale, l’ouvrage replace l’histoire de la tolérance dans la Nouvelle-Néerlande dans l’ensemble du monde néerlandophone d’Amsterdam au Brésil ou à Taïwan. Insistant en particulier sur les “tensions d’empire” entre Amsterdam et la Nouvelle-Amsterdam, il analyse la manière différenciée dont la tolérance était conçue, négociée et mise en pratique dans ces diverses régions en fonction des contextes démographiques, sociopolitiques, économiques et culturels, tout en mettant en lumière les connections existant entre elles.

Vous êtes tous les bienvenus dans la limite des places disponibles.

Pour plus de renseignement, merci de contacter : cecile.vidal[at]ehess.fr


Vous aimerez aussi...