La reputación. Quête individuelle et aspiration collective dans l’Espagne des Habsbourg.

Béatrice Perez (dir.), La reputación. Quête individuelle et aspiration collective dans l’Espagne des Habsbourg. Hommage à la Professeure Araceli Guillaume-Alonso, Paris, SUP, 2018.

L’idée de cet ouvrage est née de la nécessité de comprendre le sens du concept espagnol de reputación. La définition originelle du terme demeure proche de celle de réputation dans la France d’Ancien Régime. Pourtant, la fréquence obsessionnelle avec laquelle il est utilisé sous les Habsbourg attire l’attention.

À l’échelle des hommes, comment se construit la réputation, de quels espoirs secrets est-elle le nom ? Dans la mise en scène de la monarchie catholique au regard de l’Europe, comment se négocie la reputación du royaume, suivant le chemin sinueux de la paix et des réformes ? De quelle dangerosité se charge-t-elle dès lors que la politique reputacionista devient le nouveau programme de recouvrement symbolique de la gloire internationale, combinant à la fois l’universel et le localisme ? La société castillane se joue sans cesse de cette reputación pour promouvoir d’autres grilles de valeurs, d’autres usages sociaux. Réputation de la qualité de noble ; réputation du sang ; reputacionismo et revendication expansionniste. Dans tous les cas, la reputación se négocie âprement entre conservación y aumento.

Elle dévoile des usages sociaux qui rendent compte d’une façon propre de penser le monde, et de se penser dans le monde. Elle est ce principe vital sans lequel on ne comprend pas grand-chose aux dynamiques sociales et politiques de l’époque moderne. C’est la grande leçon tirée des travaux de la professeure Araceli Guillaume-Alonso à qui son équipe de recherches, ses collègues et amis, nombreux, ont souhaité rendre hommage.

Lien vers l’éditeur ici 


Vous aimerez aussi...