Les espaces de sociabilité au cours du long dix-huitième siècle (1650-1850) en Europe et dans les empires coloniaux : approches historiques et perspectives actuelles

Colloque du GIS Sociability/Sociabilités
23-24 MAI 2019
Université de Bretagne Occidentale, UBO, BREST
Le GIS (Groupement d’Intérêt Scientifique) Sociabilités du long dix-
huitième siècle (1650-1850) a pour objectif l’exploration des
différents modèles de sociabilité qui ont émergé et circulé en Europe
et dans ses colonies. Outre une meilleure compréhension de la
sociabilité européenne, le GIS cherche à comprendre les mécanismes de
circulation de modes de sociabilité qui ont été imités, adaptés,
transformés et exportés dans les empires coloniaux par  un processus
d’hybridation.
Ce colloque international sera sponsorisé par l’Union Européenne dans
le cadre du  projet DIGITENS H2020 (H2020-MSCA-RISE 2018) et
s’interrogera sur l’évolution des espaces de sociabilité du long dix-
huitième siècle et sur leur persistance à travers les époques.
L’analyse de l’interaction entre la sociabilité et l’espace ainsi que
des modes de construction des espaces de sociabilité de l’époque
moderne à l’époque contemporaine/actuelle permettra une relecture de
l’histoire des sociétés européennes et impériales.
En Europe, le dix-huitième siècle a vu l’émergence de nouvelles formes
de sociabilité et la création de nouveaux lieux dévolus à ses
pratiques. En transformant en profondeur les espaces urbains et en
structurant les relations sociales, ces pratiques de sociabilité ont
été de plus en plus fréquemment associées à leurs caractéristiques
spatiales. Elles ont été par ailleurs imitées dans les colonies et
adaptées à leurs divers contextes locaux.
Le rapport entre espace et société a été théorisé par l’Ecole
interactionniste de Chicago dans les années 1920 (Park & Burgess, The
City, 1925) et, plus récemment, un certain nombre de chercheurs se
sont attachés à montrer comment les théories de l’espace s’appliquent
à la production d’un espace social urbain (H. Lefebvre, La production
de l’espace, 1974; E. Soja & Allen J. Scott. Postmodern Geographies:
The Reassertion of Space in Critical Social Theory, 1989; Michel de
Certeau. L’invention du quotidien. 1980) et comment l’espace peut
contribuer à la formation d’une identité sociale (P. Grandjean,
Construction identitaire et espace, 2009), favoriser l’inclusion ou,
inversement, l’exclusion. Le long dix-huitième siècle, en particulier,
a joué un rôle déterminant dans la formulation de théories liant
l’espace et la société, particulièrement dans les travaux d’Habermas
(L’Espace public: archéologie de la publicité comme dimension
constitutive de la société bourgeoise, 1978), de Richard Sennett (The
Fall of Public Man, 2003), et de Neil Postman (Building a Bridge to
the Eighteenth Century, 2000). Quelle est la pertinence de la
sociabilité du dix-huitième siècle  pour comprendre les rapports entre
espace et société au 21e siècle ? Par exemple, quels points communs
ont les cafés, clubs et réseaux sociaux d’aujourd’hui avec ceux du
siècle des Lumières ?
L’objectif de ce colloque est de mesurer le rôle des espaces de
sociabilité du long dix-huitième siècle dans la formation des sociétés
européennes et postcoloniales. Cette approche fournira un prisme
original et diachronique, permettant une meilleure compréhension de
leur héritage, dans la mesure où la sociabilité a contribué à donner
un cadre aux interactions sociales des temps modernes et à redéfinir
l’organisation spatiale des siècles à venir. Ces espaces de
sociabilité ont-ils survécu au 21e siècle ? Jusqu’à quel point ont-ils
été reconfigurés dans leurs dimensions sociales, culturelles et
politiques ? Dans quelle mesure ces espaces, dévolus à l’interaction
humaine, ont-ils été transformés ou redessinés par les architectes
d’aujourd’hui ou par les urbanistes par exemple ?
La distinction établie par Jürgen Habermas entre l’état, un public
intermédiaire et la sphère privée sera ré-interrogée, comme nous y
invite la critique récente qui a conduit à une réévaluation post-
Habermassienne. Les communications doivent examiner la relation entre
les espaces de sociabilité et les notions de classe sociale, de genre,
de sexualité, de race, etc., l’espace social étant compris comme un «
système de différences » (P. Bourdieu, La distinction), un facteur
structurant et discriminant en termes d’organisation sociale.
Les espaces de sociabilité sont d’abord des espaces géographiques
(l’espace bâti comme le monde naturel), mais ils peuvent être
dématérialisés, des entités abstraites, comme dans le cas des
correspondances qui sont à la fois virtuelles et interpersonnelles, ou
même le « salon » qui a fini par faire référence à un ensemble de
pratiques sociales, de valeurs et de normes plus qu’à un véritable
espace physique. Que l’espace soit compris comme territoire
géographique ou paysage imaginaire, la notion elle-même implique une
relation entre individu et société, qu’elle soit harmonieuse ou
conflictuelle. Si la sociabilité est liée à l’idée d’interaction
librement consentie entre les individus (G. Simmel, Sociologie et
épistémologie, 1981) la construction d’espaces de sociabilité peut
sembler relever de l’utopie. De plus, l’espace peut être littéraire
(M. Blanchot, L’espace littéraire, 1955; P. Casanova, La république
mondiale des lettres, 1999) et traverser les frontières temporelles
par la création d’un concept spatio-temporel. Ce colloque cherche
également à examiner l’écart entre la conception ou la représentation
des espaces de sociabilité et la réalité de leur construction en
Europe et dans le monde colonial pendant plus de trois siècles.
Nous acceptons des propositions en anglais ou en français de
chercheurs issus de différents champs disciplinaires (histoire,
histoire de l’art, géographie, sociologie, anthropologie, ethnologie,
littérature, architecture, études culturelles, études urbaines, études
postcoloniales) et travaillant sur différentes périodes historiques
afin de comparer les résultats de leur recherche et contribuer à
l’écriture d’une histoire comparée de la sociabilité en Europe et dans
le monde post-colonial du dix-huitième siècle à nos jours.
Les communications d’une durée de 25 minutes ou les sessions de trois
intervenants couvriront un large spectre chronologique et
géographique. Les espaces de sociabilité devront être appréhendés à la
fois dans leur dimension historique et à travers une réévaluation
contemporaine de leur influence passée. Nous encourageons également le
recours à des méthodologies et des approches innovantes ainsi qu’à des
technologies et techniques numériques pour la collecte, la
conservation, l’analyse et la présentation de données.
  A titre d’exemple, les communications pourront s’orienter selon les
axes suivants :
-L’interaction conceptuelle de la sociabilité et de l’espace
*l’apport de la sociologie
*la dimension philosophique
*les approches historiographiques
-La dialectique sphère publique/sphère privée
*Habermas et l’après-Habermas
*l’émergence d’une « sphère sociale » ou « troisième espace »
-Les espaces institutionnels de sociabilité du 18e siècle à nos jours
*Traits distinctifs et variations (géographie, échelle, temps)
*Etudes de cas dans une perspective comparatiste, passé/présent
(cafés, clubs, spas…)
-Sociabilité et différentiation spatiale
*Espaces de sociabilité urbains/ruraux
*Centre/périphérie ; dimension métropolitaine/coloniale
-Matérialité/immatérialité des espaces de sociabilité
*Cartographie du territoire de la sociabilité : méthodologie et
nouveaux défis  technologiques
*Espace matériel (architecture, décoration intérieure, mobilier et
objets)
*Espace abstrait ou communication virtuelle (presse périodique,
littérature, correspondances…)
-Espaces de sociabilité et identités
*Espaces genrés
*Espaces de sociabilité et classe sociale
*Espaces de sociabilité et caractère national
-Espaces de sociabilité : tisseurs de liens
*Espaces de sociabilité et le rôle de l’amitié
*Espaces de sociabilité et relations de pouvoir
*Réseaux sociaux : une invention du dix-huitième siècle ?
-La dimension culturelle des espaces de sociabilité
*Les valeurs culturelles qui sous-tendent les espaces de sociabilité
(communauté, progrès, politesse…)
*Les espaces de sociabilité et la révolution des loisirs
*Les espaces de sociabilité et l’expérience du voyage
-Espaces de sociabilité et représentation
*Espaces de sociabilité et représentation de soi
*Les représentations artistiques des espaces de sociabilité
-Espaces de sociabilité et transgression
  Date limite de soumission : 1er octobre 2018
Pour des propositions de communication individuelle, merci de
soumettre un titre et un résumé de 200 mots. Pour des propositions de
sessions merci d’inclure également un titre, un résumé de 200 mots
ainsi qu’une brève bio pour chaque intervenant.
Les propositions devront être envoyées à : annick.cossic@univ-
  Une sélection de communications fera l’objet d’une publication.
  Bibliographie
Blanchot, Maurice. L’espace littéraire. Gallimard. 1955.
Capdeville, Valérie & Eric Francalanza, « Les espaces de sociabilité
» (Tome 3), La Sociabilité en France et en Grande-Bretagne au siècle
des Lumières: L’émergence d’un nouveau modèle de société. Paris : Le
Manuscrit, coll. « Transversales ». 2014.
Casanova, Pascale, La république mondiale des lettres. Editions du
Seuil.1999.
Castells, Manuel. La société en réseaux. Fayard. 1996. 2001.
Certeau, Michel (de). L’invention du quotidien. Volume 1. Arts de
faire, Paris. 1980. Gallimard. 1998.
Cohen, Michele. Fashioning Masculinity: National Identity and Language
in the Eighteenth Century. Routledge. 1996.
Deleuze, Gilles & Félix Guattari. Mille Plateaux. Les éditions de
minuit. 1980.
Di Meo, Guy & Pascal Buleon. L’espace social. Lecture géographique des
sociétés. Armand Colin. 2005.
Elias, Norbert. The Civilizing Process. 1939. Blackwell. 1969.
Florida, Richard. The Rise of the Creative Class: and How It’s
Transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life. Basic Books.
2002.
Fraser, Nancy. “Rethinking the Public Sphere: A Contribution to the
Critique of Actually Existing Democracy” Social Text No. 25/26. Duke
University Press (1990). pp. 56-80.
Grandjean, Philippe. Construction identitaire et espace. L’Harmattan.
2009.
Habermas, Jürgen. L’archéologie de la publicité comme dimension
constitutive de la société bourgeoise. Payot. 1978.
Ingold, Tim. Making: Anthropology, Archaeology, Art and Architecture.
Routledge. 2013. /Faire. Anthropologie, Archéologie, Art et
Architecture. Edition Dehors. 2017.
Ingold, Tim & Monica Janowski (eds). Imagining Landscapes: Past,
Present and Future. Routledge. 2016.
Joseph, Isaac & Yves Grafmeyer. L’école de Chicago: naissance de
l’écologie urbaine. 2009.
Lefebvre, Henri. La production de l’espace. 1974. (4e ed. 2000).
Lussault, M. De la lutte des classes à la lutte des places. Grasset.
2009.
Park, Robert E. & Ernest W. Burgess. The City: Suggestions for
Investigation of Human Behavior in the Urban Environment. University
of Chicago Press. 1925. 1967.
Pinçon-Charlot, Michel & Monique. Sociologie de la bourgeoisie. La
découverte. 2016.
Postman, Neil. Building a Bridge to the Eighteenth Century: How the
Past Can Improve Our Future. Vintage. 2000.
Sennett, Richard. The Fall of Public Man. Penguin. 2003.
Simmel, Georg. Sociologie et épistémologie. PUF. 1981.
Soja, Edward & Allen J. Scott. Postmodern Geographies: The Reassertion
of Space in Critical Social Theory. Verso Press. 1989.
Squires, Catherine. “Rethinking the Black Public Sphere: An
Alternative Vocabulary for Multiple Public Spheres.” Communication
Theory. Vol. 12, n° 4 (2002). pp. 446-468.
Vickery, Amanda. The Gentleman’s Daughter. Women’s Lives in Georgian
England. Yale UP. 2003.

Vous aimerez aussi...