Les pratiques du gouvernement urbain en temps de crise à l’époque moderne.

Organisateurs : Gautier MINGOUS, agrégé, doctorant à l’Université Lyon II, LARHRA ; Aurélien ROULET, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, agrégé, doctorant à l’Université Paris XIII, Pléiade.

 

Suite à une première rencontre organisée le 6 novembre 2017 à Lyon, consacrée aux crises politiques et sanitaires, la présente journée d’étude vise à interroger les modalités d’action dont disposaient les pouvoirs urbains lorsqu’ils étaient confrontés au moment de la guerre. Celui-ci prend quantité de formes : sièges, assauts sporadiques, réflexe obsidional face aux bruits de la guerre, accueil de troupes, approvisionnement des armées… Il s’agit donc, à minima, d’un moment où l’équilibre du corps social, voire même son intégrité, sont mis en danger par des phénomènes militaires souvent extérieurs qui obligent les autorités à réagir localement dans l’urgence.

C’est parce que nous sommes à un moment où la définition même de pouvoir public est ambigüe qu’il faut étudier les rapports qu’entretiennent un Etat en cours d’affirmation et de renforcement et les municipalités, qu’elles soient des bonnes villes ou non. En somme, c’est la question de l’échelle d’action des acteurs qui se pose à l’historien ; face à une crise à l’époque moderne, quels sont les acteurs qui interviennent pour la résoudre ? L’historiographie a, depuis longtemps, insisté sur le rôle décisif qu’ont les municipalités tant dans la gestion du quotidien que de la police de l’extraordinaire. Au XVIe siècle, l’ « Etat de la Renaissance » n’a pas les moyens de gérer une situation exceptionnelle à l’échelle des villes : ce sont donc les pouvoirs municipaux qui ont la charge de l’organisation urbaine et de la sortie de crise.

La crise voit se déployer, pour reprendre la terminologie de Giorgio Agamben[1], un « paradigme de gouvernement » spécifique, dont il convient d’identifier autant les acteurs, que les ressources et les capacités d’adaptation, voire d’éventuelle pérennisation une fois le danger passé. C’est ce processus de diversification des moyens et des réponses apportés par les pouvoirs publics à ces situations « extra-ordinaires » que nous nous proposons d’explorer.

Cette interrogation des pratiques urbaines n’est pas neuve, mais la journée d’étude s’engage résolument dans une démarche scientifique au croisement de différentes spécialités disciplinaires, interpelant tout à la fois l’histoire urbaine bien entendu, afin d’étudier à la fois la manière dont les pouvoirs concevaient l’espace de leurs administrés et les aménagements éventuels que les circonstances ont pu apporter à cette géographie mentale ; les récentes recherches sur la police d’Ancien Régime, étudiant justement la pratique concrète de l’espace urbain ; l’histoire religieuse, puisque les acteurs du temps y puisent une grille interprétative à leurs angoisses (Denis Crouzet), pour ne citer que les principaux angles d’approche sous-tendant cette journée.

 

Programme ici.

 

 

 

[1] Etat d’exception, Homo sacer, tome II, 1, Paris, 2003


Vous aimerez aussi...