Une affaire de possession au XVIIe siècle. Les religieuses d’Auxonne (1658-1663)

Benoît Garnot, Une affaire de possession au XVIIe siècle. Les religieuses d’Auxonne (1658-1663), Paris, Imago, 2018, 208 p.
ISBN : 978-2-84952-5.

La France connaît au XVIIe siècle plusieurs affaires retentissantes de possession diabolique. L’affaire des possédées d’Auxonne, qui survient de 1658 à 1663, est la dernière. Elle reproduit les traits principaux des affaires précédentes, mais avec quelques différences importantes. La principale concerne la personnalité du responsable désigné des possessions : ici une religieuse-sorcière, Barbe Buvée, ailleurs des prêtres-sorciers. Ce qui change aussi fondamentalement, c’est le comportement de la justice royale qui conclut à l’innocence de la prétendue sorcière et à l’absence de toute possession.
La possession des jeunes religieuses est de leur part, avant tout, un signe de révolte contre une condition qu’elles n’ont pas choisie : l’enfermement perpétuel imposé par leurs familles pour n’avoir pas à verser des dots. Certes elles auraient pu théoriquement refuser la condition monastique au moment d’entrer en noviciat ou, un peu plus tard, à celui de prêter leurs vœux, mais le conditionnement (des années déjà passées à l’intérieur du couvent) et la pression familiale étaient trop forts. C’est donc par un autre biais qu’elles ont affirmé leur désespoir, à la fois par une réaction ambiguë de détestation-admiration pour Barbe Buvée, pseudo-sorcière, et par des provocations et des agressions, tant orales que physiques, envers les autorités constituées (à commencer par les autorités ecclésiastiques) en particulier à l’occasion des exorcismes.
Sous une apparence névrotique, ces jeunes femmes ne sont donc pas des hystériques (même si leurs manifestations corporelles et verbales présentent des symptômes de l’hystérie), mais des révoltées. Elles ont suivi la voie tracée par leurs aînées dans d’autres couvents pendant les décennies précédentes, parce qu’elle leur offrait l’impunité du camouflage démoniaque. Qu’il y ait eu une volonté de manipulation par leurs confesseurs et surtout par les supérieurs du couvent (en particulier la mère supérieure), inspirés davantage par le cynisme et l’intérêt que par la foi et la sincérité, c’est une évidence : ils espéraient pouvoir assurer ainsi une renommée inespérée au couvent d’Auxonne. Mais cette manipulation s’est exercée sur un terrain qui ne demandait qu’à s’y conformer. En échouant à faire condamner Barbe Buvée pour sorcellerie, les manipulateurs n’ont pas atteint complètement leur but ; leur entreprise s’est soldée par un succès limité, mais cependant réel puisqu’on a parlé de cette affaire, donc du couvent des ursulines d’Auxonne, non seulement en Bourgogne et dans la Comté, mais même jusqu’au sommet de l’État.


Vous aimerez aussi...