Développement économique et transformations environnementales dans les périphéries extractives en Europe (XVIe –XXIe siècles)

EHESS – École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris, France)

21 Novembre 2018

Date limite pour l’envoi des résumés : 30 Mai 2018.

L’extraction de ressources est à la base de l’économie. Elle concerne toute activité tirant de la nature des matières premières qui sont directement utilisées ou transformées en vue d’un ajout de valeur. D’échelles variables, allant des usages traditionnels des sociétés prémodernes aux formes modernes d’exploitation mettant en jeu de larges infrastructures et des technologies complexes, les activités extractives relèvent du secteur primaire. Des exemples d’extraction sont la chasse, la pêche, l’agriculture, la sylviculture, l’exploitation minière, le forage de pétrole et de gaz. Partant du constat que la géographie des ressources a joué un rôle central dans le développement économique de l’Europe, la journée d’étude vise à analyser le rôle de l’extraction en se concentrant plus particulièrement sur les territoires impliqués dans de telles activités au sein du continent lui-même.

En dépit de l’expansion européenne outre-mer, les zones essentiellement dédiées à l’extraction de ressources ne disparurent jamais du continent. Entre les XVI e et XXI e siècles, de nombreux territoires européens connurent à un moment de leur histoire une spécialisation dans l’extraction de ressources. Toutes les parties du continent furent concernées, que ce soit au niveau national, régional ou local. On peut citer quelques exemples parmi bien d’autres : les plaines de Pologne, principal fournisseur européen de céréales aux XVI e et XVII e siècles ; la forêt du Morvan, spécialisée dans la récolte de bois pour le marché parisien ; les bassins houillers du Yorkshire et du Lancashire, au centre du décollage britannique au XVIII e siècle ; le Norrland, qui a alimenté l’économie suédoise en produits forestiers et en divers minéraux durant l’industrialisation du pays ; la mer du Nord, qui reste encore aujourd’hui un fournisseur majeur de pétrole et de gaz, etc.

Considérant les économies extractives dans une perspective de long terme, les historiens ont abordé la question du développement inégal, s’interrogeant sur les raisons faisant que certains pays ou régions se développent plus rapidement et intensément que d’autres. Il apparaît que, dans certains cas, l’extraction de ressources peut apporter d’importants revenus supplémentaires à l’économie d’une région, encourageant le bien-être de la population si une partie des revenus sont investis dans le développement humain, l’éducation par exemple. Si ce n’est pas le cas, une spécialisation dans l’extraction de ressources peut causer des problèmes comme la dépendance, l’extraversion et la désarticulation de l’économie locale. Les territoires extractifs deviennent alors des périphéries dominées technologiquement, économiquement et politiquement par les régions qui importent et transforment leurs matières premières. Ces relations déséquilibrées sont intimement liées aux problèmes environnementaux. Récemment, des études ont mis l’accent sur la tendance que les pays et régions centrales ont à déplacer les fardeaux environnementaux dans les périphéries de l’économie mondiale, ce qui contribue à ralentir ou à entraver leur développement économique [1] . Les travaux consacrés aux flux inégaux de matière et d’énergie entre les pays riches et pauvres affirment que la détérioration des termes de l’échange et la persistance d’un échange inégal rendent les périphéries extractives non seulement sous-développées, mais aussi écologiquement appauvries. L’extraction inconsidérée peut affecter l’écosystème de plusieurs façons. Cela peut entraîner la dégradation de l’environnement par l’épuisement des ressources et/ou la pollution de l’air, de l’eau et du sol, ainsi que par la destruction de l’habitat, de la flore et de la faune.

Puisque l’environnement et l’économie sont de plus en plus étudiés ensemble, nous encourageons les auteurs à soumettre des articles explorant l’histoire du développement dans les périphéries extractives européennes en lien avec les changements ayant affecté leur environnement. Les communications peuvent porter sur n’importe quelle partie de l’Europe entre les XVI e et XXI e siècles, que cela soit dans une perspective de long terme ou en se concentrant sur une période spécifique. Les questions suivantes illustrent certains aspects pouvant être abordés :

■ Où sont apparus des périphéries extractives en Europe et quelles étaient leurs caractéristiques environnementales ? Comment sont-elles passées sous la domination des centres ?

■ Sous l’influence de quels acteurs ces territoires sont-ils devenus des pourvoyeurs de ressources naturelles aux niveaux local, régional, national et européen?

■ Quels ont é t é les modes d’extraction utilisés dans ces périphéries et comment ces derniers ont-ils façonné l’évolution des environnements locaux et des modes de développement à court, moyen et long terme?

■ Quels étaient les savoirs sur l’extraction de ressources dans les périphéries d’une part, et dans les centres, de l’autre? À partir de quand ont émergé des préoccupations concernant l’environnement ?

■ De quelle manière et à quel rythme les transformations de l’environnement ont-elles influencé l’évolution des activités extractives dans les périphéries?

■ Quelle a é t é la contribution des périphéries extractives au développement de l’Europe, des pays européens et des villes européennes, et à quels coûts environnementaux?

■ Quels changements ont permis aux périphéries extractives de diversifier leurs activités et de sortir de la domination des centres?

Informations complémentaires :

Les langues utilisées durant la journée d’étude seront l’anglais et le français.
Si vous souhaitez participer, envoyez votre candidature à jawad.daheur@ehess.fr en copie à nadja.vuckovic@ehess.fr avant le 30 mai 2018 . Les propositions doivent inclure dans un même fichier votre adresse e-mail, un court CV, un titre et un résumé (500 mots maximum). La réponse des organisateurs est prévue pour le 30 juin 2018. Les versions écrites des présentations sont attendues pour le 15 octobre 2018, afin de les faire circuler entre participants. L’un des objectifs de l’atelier est de consolider le groupe de chercheurs travaillant sur les ressources naturelles au sein du réseau Tensions of Europe [2] . Le lendemain de la journée d’étude, une session spéciale, pour les participants potentiellement intéressés, sera consacrée à la discussion sur de possibles projets collaboratifs et à la recherche de sources de financement. Un autre débouché possible de la journée pourrait être une publication dans une revue à comité de lecture.
Les organisateurs et partenaires du projet finalisent actuellement le financement de l’atelier et devraient être en mesure d’assurer l’hébergement pour la majorité des participants, en particulier ceux qui ne disposent pas de financement propre. Les frais de déplacement pourront être pris en charge pour certains étudiants et chercheurs en début de carrière. Merci de nous indiquer si vous avez besoin d’une aide financière pour vous loger et/ou vous rendre à Paris.

Organisateur : Jawad Daheur, postdoctorant au CERCEC/CRH, EHESS (Paris, France).

Comité scientifique :
– Marc Elie, CNRS-CERCEC (Paris, France)
– Laurent Herment, CNRS-CRH (Paris, France)
– Matthias Heymann, Université d’Aarhus (Danemark)
– Thomas Le Roux, CNRS-CRH (Paris, France)
– Raphaël Morera, CNRS-CRH (Paris, France)

Partenaires du projet :
– Tensions of Europe. Technology and the Making of Europe
– Le RUCHE, branche française de l’ESEH
– École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
– Centre d’études sur la Russie, le Caucase et l’Europe centrale (CERCEC, EHESS)
– Centre d’études historiques (CRH, EHESS)
– Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)
– GDRI AAA Agriculture, Approvisionnement, Alimentation CNRS

[1] Voir par exemple : Alf Hornborg , « Towards an Ecological Theory of Unequal Exchange Articulating World System Theory and Ecological Economics », Ecological Economics, vol. 25, n°1, 1998, p. 127-136 ; Juan Martinez-Alier et Maite Cabeza-Gutes , « L’échange écologiquement inégal », in Michel Damian et Jean-Christophe Graz (ed.), Commerce international et développement soutenable , Paris, Economica, 2001, p. 175 ; James Rice , « Ecological unequal exchange: international trade and uneven utilization of environmental space in the world system », Social Forces , vol. 85, n°3, 2007, p. 1369-1392 ; Cyria Emelianoff , « La problématique des inégalités écologiques, un nouveau paysage conceptuel », Écologie & politique , vol. 35, n°1, 2008, p. 19-31 ; Alf HORNBORG, « Zero-Sum World: Challenges in Conceptualizing Environmental Load Displacement and Ecologically Unequal Exchange in the World-System », International Journal of Comparative Sociology , vol. 50, n°3/4, 2009, p. 237-261.

[2] Pour plus d’informations sur ce groupe, voir http: //toe2.du -de.nl/technology-environment-and-resources/ ou contacter les coordinateurs : Elena Kochetkova len.kochetkova@gmail.com / Matthias Heymann matthias.heymann@css.au.dk


Vous aimerez aussi...