Servir le Prince, servir la République en temps de guerre civile dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles

Colloque international organisé par Jérémie Foa, Matthieu Gellard et Bertrand Haan

29-31 mars 2018

Salles des Actes de Sorbonne Université
46, rue Saint-Jacques / 75 005 PARIS

En raison du plan Vigipirate, l’assistance au colloque est soumise à inscription (contact : Bertrand.Haan@paris-sorbonne.fr)

Avec le soutien du Labex EHNE (Écrire une Histoire nouvelle de l’Europe), de l’Institut universitaire de France, du Conseil scientifique de Sorbonne-Université, du Centre Roland Mousnier (Sorbonne Université/CNRS) et de l’UMR TELEMME (Aix-Marseille Université/CNRS)

 

Invoqué en toute circonstance, le service touche au cœur des comportements, des relations et des cultures politiques d’Ancien Régime en Europe. Loin de se limiter à un élément de discours ou à une rhétorique superficielle, il incarne et modèle les liens unissant l’ensemble des sujets aux pouvoirs et leur rapport à l’autorité, à titre collectif comme individuel.
Loin d’être une construction décidée du sommet, le service est le fruit d’interactions à tous les échelons des sociétés anciennes. Dans les strates supérieures, conseillers du roi, ambassadeurs, militaires, magistrats, officiers ou gouverneurs ont en commun de se définir avant tout comme des « serviteurs » plus que par leur fonction précise, au-delà des différentes charges qu’ils peuvent occuper, avec une grande fluidité. Ces hommes sont la chair et le sang du pouvoir, dont ils assurent le fonctionnement au quotidien, qu’ils incarnent auprès des sujets ou des princes européens et qu’ils perpétuent par-delà les princes eux-mêmes. Le service n’est toutefois pas seulement le propre des nobles et des officiers. Il caractérise tout autant les clercs, les communautés d’habitants, les municipalités et les partis politico-religieux que les particuliers, qui invoquent aussi leur attachement indéfectible à un prince, à une République, à une Église, à une ville ou à toute communauté ou pouvoir, quelle que soit l’échelle envisagée. Il convient par conséquent d’insister sur la communauté de ce lien, insuffisamment soulignée par l’historiographie.
S’il implique une hiérarchie, le service se fonde sur une réciprocité. Il revient au sujet de satisfaire et d’assister les détenteurs du pouvoir, dont on attend en contrepartie de reconnaître et d’accréditer le service rendu et d’accorder une juste récompense. S’il s’accompagne d’un discours mettant en exergue le dévouement, voire le sacrifice, et la défense du bien commun, le service demande à être confirmé en acte. Ainsi est-il un fondement de la fidélité au roi mais doit-il être profitable à chacun. L’utilité et le bénéfice mutuels sont volontiers invoqués. Le lien de dépendance créé par le service relève plus de l’interaction que de la sujétion : elle ouvre la porte à la négociation.
Au-delà de ces rapports vécus sur un mode personnel et même charnel avec les dirigeants, le service met en jeu des imaginaires politiques et des convictions religieuses. La revendication du service exprime une vision du bien commun, qu’il s’agisse d’une culture humaniste du service de la république, d’idéaux civiques tendant à l’affirmation de l’autonomie urbaine ou de la défense d’une participation des clercs ou des nobles au gouvernement. Alors que nombre d’États s’affirment au cours de la première modernité comme des entités autonomes, le service rendu à la personne du dirigeant et celui dû la république ou à l’État peuvent tendre à se dissocier, voire à entrer en conflit. La rupture provoquée par Luther est sans doute la plus spectaculaire en tant qu’elle instaure un nouveau hiatus possible entre l’obéissance à l’autorité politique d’une part et obéissance aux commandements divins et appartenance à des Églises d’autre part – elle est d’autant plus frappante que le service possède une éminente dimension théologique et ecclésiologique.
Ce sont les moments de confrontation entre différentes obligations de service que cette rencontre se propose d’envisager : les guerres civiles et les guerres de Religion des XVIe et XVIIe siècles, à l’occasion desquelles le service est mis à l’épreuve. Car c’est d’abord de ces contextes troublés que le service se construit et se révèle. Au cœur des conflits, la dimension contractuelle du service est souvent mise à rude épreuve et les liens de fidélité des individus et des croyants sont mis en concurrence, et se révèle la pluralité, souvent contradictoire, des normes et des imaginaires qui régissent les comportements des femmes et des hommes de l’époque moderne.
Ce colloque international souhaite continuer à interroger les différentes configurations du service en contexte de conflit ouvert, politique ou religieux. Il a pour ambition d’embrasser tout le spectre social, d’envisager autant les groupes sociaux que les trajectoires individuelles, de rendre compte des différentes facettes du service et de ses évolutions, et de mener cette enquête à l’échelle européenne, dans une perspective comparative.

Programme ici.


Vous aimerez aussi...