Prendre nom aux Antilles. Individu et appartenances (XVIIe-XIXe siècle)

couvertureVincent Cousseau, Prendre nom aux Antilles. Individu et appartenances (XVIIe-XIXe siècle), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, déc. 2012, 448p. (ISBN : 978-2-7355-0783-2). Préface de Danielle Bégot.

Du XVIIe siècle à 1848, la Martinique, comme la Guadeloupe et les îles de colonisation française de la Caraïbe, voit se développer sur son sol une société radicalement nouvelle fondée sur l’exploitation esclavagiste. En quelques décennies des hommes et des femmes, fuyards de la société d’ordres européens et déportés d’Afrique sont projetés dans des réalités inédites et perdent tout ou partie de leurs repères. Sur plus de deux siècles, une société créole se façonne à partir d’inévitables et multiples interactions culturelles, dans l’île, mais aussi avec le reste de la Caraïbe et la France. La place de chaque individu, si elle est fixée dans les catégories juridiques implacables de « libre » ou d’ « esclave », n’empêche pas pour chacun un affichage de son positionnement social, religieux et familial. Du nom de baptême au nom d’usage, du sobriquet au surnom, les identités se recomposent, comme autant de masques permettant de retrouver la parole des acteurs, de la simple mère esclave au puissant Habitant. C’est cette histoire, faite de destins individuels et collectifs, de petits messages délivrés et de contraintes subies, que nous révèlent les noms personnels, des Pierre, Césaire, Rose, Marie Arada et Liberto…

Sommaire :
Partie I: La construction d’une société coloniale
Partie II: La prénomination: corpus et systèmes
Partie III: La nom, expression des appartenances

Une présentation de l’ouvrage animée par D. Bégot (université des Antilles-Guyane) et B. Gainot (université Paris-I) aura lieu le mercredi 27 mars à 19h à l’université Paris I- Sorbonne (salle Marc-Bloch, esc. C, 2ème étage).


Vous aimerez aussi...