Les formes de la ville de l’Antiquité à la Renaissance

couvStéphane Bourdin, Michel Paoli et Anne Reltgen-Tallon (dir.), Les formes de la ville de l’Antiquité à la Renaissance, Rennes, PUR, 2015.

La forme de la ville peut être appréhendée à travers sa dimension concrète, urbanistique, mais également à travers les discours, les représentations et les récits d’expériences vécues. Les études réunies dans cet ouvrage visent à interroger cette notion par une approche volontairement transdisciplinaire, qui met en perspective les acquis de l’histoire, de l’histoire de l’art, de l’archéologie, de la littérature comparée, de la Protohistoire à la Renaissance. De l’individuel à l’analyse urbaine ou régionale, ce jeu d’échelle, appliqué à des situations variées, de l’Inde et du Nord-Est iranien à la Libye en passant par les villes de la Méditerranée antique et de l’Occident médiéval au Paris de la Renaissance, permet de comprendre les multiples façons dont la forme de la ville a été pensée et a pu constituer un enjeu identitaire, en même temps que la traduction concrète d’une idéologie ou d’un pouvoir politique. La ville, et sa représentation, possèdent également une dimension morale, archétypale, qui transparaît notamment dans les réminiscences livresques attachées à la description de telle ou telle. La forme de la ville se fait enfin parfois évanescente, problématique, tant le concept de « ville » varie en fonction des époques et des espaces. Toutes ces questions sont abordées ici, au fil des contributions de trente chercheurs européens et américains.

Lien éditeur ici.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search