Séminaire TROP C’EST TROP

Séminaire TROP C’EST TROP

Université de Strasbourg
Organisateur : Antoine Follain  (antoine.follain@unistra.fr)
MERCREDI 20 MAI 2015 a/c de 13 heures (la salle sera affichée)
avec trois communications et discussions en histoire médiévale, histoire de l’Art et histoire moderne :

FOLLAIN, Antoine, « La bestialité : le crime qui était suffisamment incriminé par la Bible, qui ne se disait pas, ne se représentait pas et qui n’avait de circonstances ni atténuantes ni aggravantes… »

Notre enquête est principalement fondée sur des procès inédits des XVIe et XVIIe siècles mais la question de la bestialité / zoophilie sera évoquée dans la longue durée pour exposer les rebondissements improbables des années 2000. Les uns après les autres, les Etats européens ont en effet rétabli une législation spécifique qui n’est plus appuyée sur la Bible mais sur le concept flou du droit des animaux. Or en Allemagne l’association zoophile Zeta s’est plainte au conseil constitutionnel allemand d’une atteinte aux libertés fondamentales sur une question de liberté des moeurs qui devrait être en dehors du  droit pénal… Le thème des LIMITES sera exploré dans ce séminaire, en 2015 et 2015-2016. Or ce crime, cette pratique, anciennement nommé « bestialité » est un sujet où l’on voit bien qu’une même situation et question a dans le temps des réponses diverses et opposées.

CORNELOUP, Anne, « Viols éloquents ? Autour des peintures de couples de Pietro Vecchia (Venise, 1603-1678) »

On analysera d’abord les réactions affectives de l’historiographie à l’égard d’un corpus singulier : les couples peints par Pietro Vecchia au XVIIe. Scènes de viols, en apparence, et d’autant plus choquantes qu’elles sont en plan très resserré, en outre répétées, comme obsessionnellement, sur plus d’un demi-siècle. Le dégoût, de la critique actuelle, explique assez que ce corpus ait été délaissé. Or au contraire, il apparaît qu’il répondait initialement à une attente, un goût : si ce n’est pur sadisme, serait-ce le goût du grotesque ? À moins que ces images n’aient frayé une troisième voie (que corrobore l’étude attentive et des textes sources et de certains écrits contemporains) : une forme particulière d’humour, dans la figuration des « rapports de couple », où l’auto-ironie du genre fort est peut-être le trait le plus saillant d’ailleurs. Soit une attitude in fine politiquement correcte, pour l’Œil du XXIe siècle ? Pas sûr, justement. Mais on en pourra débattre…

BISCHOFF, Georges, « Pour les mêmes péchés Sodome et Gomorrhe ont été englouties par la volonté toute puissante de Dieu. Le raid des Lombards en Haute-Alsace en août 1474 »

Le dossier se rapporte à un de premiers épisodes des Guerres de Bourgogne en août 1474. Les exactions commises par les mercenaires lombards de Charles le Téméraire dans le sud de l’Alsace sont mises sur le même plan que celles des Turcs à l’est de l’Europe : viols, tortures, pillages, profanations, etc. Quelques mois plus tard, lors du siège d’Héricourt, les Suisses et leurs alliés capturent une vingtaine de ces Italiens et leur font avouer leurs crimes. L’affaire est médiatisée à l’extrême. Ils sont brûlés pour sodomie. Un document inédit permet de retracer le profil de ces soudards sans foi ni loi. On retrouve ici l’image classique de l’ennemi, mais aussi la réalité de la guerre.


Vous aimerez aussi...