Messages, hommages, réactions

– Motion adoptée par le bureau de l’Association des Historiens Contemporanéistes de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche sur l’assassinat de Charlie Hebdo

Le bureau de l’AHCESR, réagissant face au massacre perpétré au siège du journal Charlie Hebdo, a adopté la motion suivante :

“La liberté d’expression constitue le coeur de la démocratie. Tous ceux qui, par la répression étatique ou par la violence des armes, s’efforcent de la tuer portent un même nom : fascistes. En assassinant Charlie Hebdo, les auteurs du massacre du 7 janvier 2015 s’inscrivent dans la longue généalogie des anti-Lumières. Activant les bûchers, fusillant la pensée libre, remplissant les bagnes, ils ont en commun, qu’ils soient laïcs ou religieux, de vouloir imposer un totalitarisme idéologique. Nous, historiens contemporanéistes, rappelons ici le droit inaliénable de chacun à la liberté d’expression. Et nous appelons nos collègues à se joindre aux manifestations organisées le dimanche 11 janvier 2015 à travers toute la France”.

Jean-Claude Caron, président, et les membres du bureau de l’AHCESR : Julie d’Andurain, Noëlline Castagnez, Carole Christen, Jean El Gammal, Claire Lemercier, Clément Thibaud.

Lien ici.

– Texte de Pierre Serna, directeur de l’IHRF, sur les valeurs de la Révolution et en particulier sur la question du fanatisme religieux dans le contexte de l’attentat

“La question du fanatisme religieux est au cœur de l’histoire de la Révolution et de ses luttes. La question de la liberté d’expression en est le moteur avec l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. La laïcité en découle de la façon la plus rigoureuse qui soit”.

Lien ici.

– Le conseil d’UFR de GHSS (Géographie Histoire Sciences de la Société) de l’université Paris Diderot – Paris 7 a adopté la motion suivante à l’unanimité : 

L’UFR GHSS exprime sa vive émotion face aux attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015 et s’associe pleinement à la solidarité nationale et internationale aux victimes exprimée la semaine passée. Profondément attachés à la démocratie, à la liberté d’expression dans le respect des lois, à la laïcité, à la tolérance, à la solidarité, à la lutte contre l’antisémitisme et toute forme de racisme, de xénophobie, d’exclusion ou d’atteinte aux droits de l’homme, nous faisons de ces valeurs le socle de notre engagement professionnel. Si nous estimons que l’expression d’une réaction face à cette négation de l’humanisme est absolument nécessaire de la part des milieux académiques, il nous paraît aussi que la situation, ses causes et ses conséquences dans toutes leurs dimensions (évènementielle, médiatique, sociale, politique, philosophique, historique, géostratégique, économique, idéologique, etc.) doit faire l’objet d’un effort de réflexion approfondie, critique et pluraliste notamment en direction des étudiants. Estimant qu’il est de sa mission de service public d’aider à comprendre la complexité du monde, l’UFR GHSS s’engage à travailler au sein de son conseil scientifique et avec les départements qui la composent pour développer des actions de moyen terme dans cette direction. Elle s’associera également aux initiatives de ce type qui auraient lieu dans le cadre de l’université Paris 7.

Pour le Conseil de l’UFR,
Liliane Hilaire-Pérez, directrice de l’UFR GHSS.

Réaction de la revue Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines

La direction de la revue Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines exprime sa profonde émotion face aux attentats odieux perpétrés à Charlie Hebdo et au magasin Hyper Cacher de la Porte de Vincennes. Elle exprime sa profonde solidarité aux victimes et à leurs familles. Attachés à comprendre la place et le rôle des techniques comme constitutives des sociétés, nous héritons d’une tradition forte, au sein de laquelle « l’école française de technologie » comme l’appelait notre collègue François Sigaut est une référence majeure. Pour Marcel Mauss, pour André Leroi-Gourhan, pour André-Georges Haudricourt, dans la technique s’exprime le kaléidoscope des variations qui fait la texture des sociétés. Ceci justifiait pour Mauss une « sociologie technologique », dont l’encyclopédisme puise ses racines dans la pensée des Lumières. Cette liaison entre les techniques, l’humanité et la société sous-tend notre publication. C’est notre intérêt pour l’humain, pour sa capacité à réduire l’hétérogénéité des contraintes en problème, en somme pour l’expression de la pensée constitutive de son existence, qui justifie notre engagement dans la promotion des études sur la technique. Nous faisons nôtre Simone Weil (« On ne peut rien concevoir de plus grand pour l’homme qu’un sort qui le mette directement aux prises avec la nécessité nue, sans qu’il ait rien à attendre que de soi, et que sa voie soit une perpétuelle création de lui-même par lui-même »). Nous faisons nôtre Georges Canguilhem (« L’homme est en continuité avec la vie par la technique »). Publiant une revue de sciences sociales des techniques, nous revendiquons la nécessité de penser la technique pour penser l’humain. Nous sommes profondément meurtris par la négation effroyable de l’humanisme qu’expriment ces attentats. Nous affirmons notre volonté de continuer à œuvrer pour défendre la faculté de juger, l’exercice de l’intelligence et l’infinie diversité de la pensée humaine.

La direction de rédaction de la revue : Sophie de Beaune, Christiane Demeulenaere-Douyère, Liliane Hilaire-Pérez, Audrey Millet, Marie Thébaud-Sorger.

Lien ici.

Motion votée par le bureau de l’association Société des Amis du CDHTE, le 20 janvier 2015.

En ce jour anniversaire des 70 ans de l’Agence France Presse, qui verra la naturalisation du jeune Lassana Bathily pour « acte de bravoure », en cachant des « êtres humains » lors de la prise d’otages de l’Hyper Cacher de Vincennes, l’association des anciens élèves et amis d’histoire des techniques du Cnam, SACDHTE, en qualité d’association étudiante, s’associe dans la peine, aux proches des dix-sept victimes abattues dans le cadre de leur mission et en raison de leurs convictions religieuses lors des attentats des 7-8 et 9 janvier 2015, de même que tout amalgame qui pourrait résulter entre la communauté musulmane et les auteurs d’actes terroristes. Au-delà de toutes chapelles universitaires et/ou institutionnelles, dans une démarche œcuménique et humaniste et dans la lignée du vaste mouvement d’indignation suscité par ces tragiques évènements, nous condamnons fermement toute atteinte aux droits fondamentaux des libertés d’expression et d’opinion, d’une presse libre, gage de toute démocratie vivante. Nous faisons nôtre ce “Plus jamais çà” que nous ne croyions plus voir revenir en France… et puisqu’enfin la liberté d’expression est aussi celle de rire, vous trouverez le programme de la Journée d’étude organisée par l’IHMC (UMR 8066) avec l’IHRF du 6 février 2015 : Histoire de rireS. Rire et politique XVIe-XXIe siècles, en hommage à la mémoire des membres de la rédaction de Charlie Hebdo assassinés le 7 janvier 2015.
http://www.ihmc.ens.fr/6-fevrier-2015-Histoire-de-rireS.html 

L’édition de textes, sans que les opinions soient recherchées ou jugées, nous est précieuse et les évènements de Charlie Hebdo nous en font la triste et amère démonstration.  L’association fait sien le texte de la revue Artefact, et les messages des institutions universitaires et la dimension humaniste qu’ils défendent de nos disciplines, qui sont des instruments de l’intelligence du monde comme de l’appréhension de sa diversité et de sa beauté, et qui constituent autant de vecteurs de tolérance. Chaque tribune doit être soutenue comme espace de liberté, si l’on veut pouvoir continuer à s’inscrire dans la communauté de la recherche historienne, sans que nos identités religieuses ou philosophiques puissent être remises en cause.

Nous affirmons nos convictions que seule la tolérance demeure garante de la qualité de nos échanges, au service du bien commun, du bien ou mieux vivre ensemble, et qu’elle seule nous permettra de continuer, de nous réunir à nouveau en une communauté éclairée et mobilisée, en séminaires, colloques, journées d’études, œuvrant pour qu’histoire et mémoire ne soient pas bafouées mais mises en perspective. Après la mobilisation des foules anonymes unies contre le terrorisme des journées des 10 et 11 janvier 2015, le temps de l’émoi journalistique va passer, et viendra celui pour les historiens contemporanéistes, les archivistes, de se pencher sur cette tragique histoire du temps présent, afin de comprendre les clés de ces horreurs en toute objectivité, pour les philosophes et les religieux de se confronter aux réalités, pour les politiques et les citoyens d’analyser et d’agir avec cohérence. Cela sans oublier les lieux de conflits où la brutalité et l’horreur sont encore à l’œuvre.
Nous sommes Charlie.

Pour la SACDHTE, le bureau : Martine Mille, Joëlle Petit, Véronica Tello, Eugénie Briot, Valérie Burgos, Patrice Pétriarte.

L’Association des Archivistes de France  a publié un communiqué de presse du 12 janvier 2015 Pour la liberté d’expression :

L’Association des archi­vis­tes fran­çais ras­sem­ble des pro­fes­sion­nels dont le cœur de métier est de donner accès à l’infor­ma­tion aux citoyens, en-dehors du par­tiel et du par­tial, favo­ri­sant ainsi la juste élaboration et trans­mis­sion des infor­ma­tions et des connaissances.

La suite du texte ici.

Message de la Fundación Española de Historia Moderna :

Sobre los atentados en Francia y la libertad de expresión.
La Fundación Española de Historia Moderna desea mostrar la solidaridad de los modernistas españoles con nuestros colegas franceses, ante los brutales atentados de París de esta semana pasada, en defensa de la libertad de expresión, que es la que permite el avance de la ciencia frente a los fanatismos. Reproducimos en nuestro boletín los mensajes enviados desde la lista de la AHMUF, para general conocimiento.

Communiqué du laboratoire Identités-Cultures-Territoires de l’université Paris Diderot – Paris 7 (ICT, EA 337):

Nous tous membres d’ICT en solidarité avec les victimes des attentats des 7, 8 et 9 janvier, rappelons notre attachement aux valeurs de la République, de la Démocratie et notre refus de l’anti-sémitisme. La Liberté d’expression est aussi la clef de voûte de nos enseignements et de nos recherches, qui nous mènent à une meilleure compréhension, dans la tolérance et le respect, de la diversité des Identités, des Cultures et des Territoires.

Texte envoyé par le département d’histoire de l’université d’Orléans aux collègues et étudiants de l’établissement :

“Nous, membres du département d’histoire de l’Université d’Orléans, nous élevons contre les attentat ignobles perpétrés contre Charlie Hebdo, les forces de l’ordre et la communauté juive les 7, 8 et 9 janvier 2015. De tels actes sont des crimes contre la Liberté, contre la République, contre l’Humanité. Ils ne sont que la misérable expression de nouveaux fascistes qui, sous le couvert de la religion, veulent imposer la terreur et le totalitarisme. Au pays de Voltaire et de Zola, dans la patrie des Droits de l’Homme et de la laïcité, ces crimes doivent servir d’alarme à tous les citoyens. Ils montrent que le combat pour la démocratie et la liberté n’est jamais terminé.
Dans ce combat, l’Université a un rôle de premier plan à jouer, parce qu’elle forme la jeunesse, et parce qu’elle est l’héritière des Lumières, le lieu de la raison, du savoir, de la réflexion, de la tolérance, de l’échange, qui sont les fondements de notre vie démocratique. Conscients de ce rôle, nous voulons ici réaffirmer notre attachement à ces valeurs et notre résolution à combattre tous ceux qui y porteraient atteinte. Nous appelons tous nos collègues et étudiants à se joindre à ce combat.”

– Hommages à Bernard Maris (1946-2015) sur le site de l’Association Française d’Histoire Economique

Économiste lucide et penseur original, Bernard Maris vient de perdre tragiquement la vie. Nous déplorons vivement la perte d’une intelligence et d’une parole éclairantes.
Natacha Coquery, Cecilia D’Ercole & Émilien Ruiz

lien ici.

Message de Frédéric Régent (IHRF/IHMC), Membre du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage

Chères et chers collègues,

Le mercredi 7 janvier 2015, Clarissa Jean-Baptiste, policière municipale en service, originaire de la Martinique, a été abattue à Montrouge, peu de temps après l’exécution des journalistes de Charlie Hebdo, par le groupe des fanatiques obscurantistes formé d’Amedy Coulibaly et des frères Kouachi.
Les Français originaires d’Outre-Mer profondément touchés par l’horreur de ces exécutions abjectes se sont mobilisés massivement dans les villes de l’hexagone, mais aussi dans l’Outre-Mer, comme à Pointe-à-Pitre où 10 000 manifestants de toutes origines et de toutes confessions religieuses ont défilé contre le haine ou pour la défense de la liberté d’expression (http://pluzz.francetv.fr/videos/jt_guadeloupe_,116116889.html).
Un hommage à Clarissa sera rendu ce mardi 13 janvier à l’église Saint-Joseph de Montrouge à 19H.
Le 11 janvier, nous avons émis le voeu de vivre ensemble, honorons nos morts ensemble. Venez très nombreux, pour soutenir la famille de Clarissa Jean-Baptiste à traverser cette épreuve.
Eglise Saint-Joseph de Montrouge
101 Avenue Jean Jaurès, 92120 Montrouge
Située à 750 m de la station Chatillon Montrouge et à 900 m de la station Mairie de Montrouge.

Communiqué de l’Association des bibliothécaires de France, et de l’Association pour la Coopération de l’Information Musicale :

L’ABF et l’ACIM prennent toujours position contre des tentatives de censure.

Aujourd’hui 7 janvier 2015 a eu lieu la plus abjecte qui soit : assassiner ceux qui portent une voix différente, au nom d’une idéologie extrême injustifiable, notamment dans un pays qui s’enorgueillit de laisser libre l’expression de chacun.
L’ABF et l’ACIM apportent tout leur soutien à l’équipe de Charlie Hebdo.
Elles réaffirment l’importance d’une presse libre mais aussi de bibliothèques où l’on peut accéder à toutes formes d’expressions, pour contrer l’intolérance et la censure et encourager le respect de l’autre et le vivre ensemble.
7 janvier 2015

Lien ici.

 Robert Badinter réagit à l’attaque de Charlie Hebdo

«Devant un tel crime, préparé et exécuté de sang-froid, c’est d’abord aux victimes que pense chacun d’entre nous. Policiers assumant le risque quotidien auquel les expose leur devoir, journalistes réunis pour accomplir leur mission d’information, sans laquelle la démocratie serait étouffée. Ces journalistes-là sont morts pour nous, pour nos libertés qu’ils ont toujours défendues. Sachons nous en souvenir. L’émotion nous saisit aussi à la pensée de leurs familles, de leurs proches, que le crime frappe au cœur par ricochet et qui vivront désormais comme des invalides, amputés de l’être humain qui était une part d’eux-mêmes.

«Au-delà du chagrin et de la pitié s’inscrit le devoir de justice. Nous sommes assurés que les pouvoirs publics mettront tout en œuvre pour identifier et arrêter les auteurs de ces crimes. A la justice de décider de leur sort, en toute indépendance et dans le respect de l’Etat de Droit. Ce n’est pas par des lois et des juridictions d’exception qu’on défend la liberté contre ses ennemis. Ce serait là un piège que l’histoire a déjà tendu aux démocraties. Celles qui y ont cédé n’ont rien gagné en efficacité répressive, mais beaucoup perdu en termes de liberté et parfois d’honneur.

«Enfin, pensons aussi en cette heure d’épreuve au piège politique que nous tendent les terroristes. Ceux qui crient “allahou akbar” au moment de tuer d’autres hommes, ceux-là trahissent par fanatisme l’idéal religieux dont ils se réclament. Ils espèrent aussi que la colère et l’indignation qui emportent la nation trouvera chez certains son expression dans un rejet et une hostilité à l’égard de tous les musulmans de France. Ainsi se creuserait le fossé qu’ils rêvent d’ouvrir entre les musulmans et les autres citoyens. Allumer la haine entre les Français, susciter par le crime la violence intercommunautaire, voilà leur dessein, au-delà de la pulsion de mort qui entraîne ces fanatiques qui tuent en invoquant Dieu. Refusons ce qui serait leur victoire. Et gardons-nous des amalgames injustes et des passions fratricides.»

Lien ici.

Lettre de la Fondation Espagnole d’Histoire Moderne à Lucien Bély, son président, et aux collègues de l’Association des Historiens Modernistes des Universités Françaises.

Chers collègues,
En ces moments où fanatisme et la déraison ont frappé cruellement le cœur de l’Europe démocratique avec les attentats de Paris de la semaine dernière, la Fondation Espagnole d’Histoire Moderne désire manifester à ses collègues historiens de l’Association des Historiens Modernistes des Universités Françaises, à toute la profession et à la société française, le sentiment de répulsion que lui inspire ses actes atroces que nous condamnons fermement et sa solidarité avec les victimes et leurs familles et avec tout le peuple français.
Ce qui nous unit, la FEHM et l’AHMUF, c’est une même défense de l’histoire critique et véritable, pilier et caution des sociétés démocratiques et modernes, qui ne peut l’être que si elle jouit d’un climat de liberté. Liberté de pensée et d’expression, ainsi que l’affirmait déjà Spinoza, au XVIIe siècle : “dans une communauté libre tous les hommes peuvent penser ce qu’ils veulent et dire ce qu’ils pensent », une variante de la célèbre sentence de l’historien Tacite louant les rares moments de bonheur où l’on pouvait penser ce que l’on voulait et dire ce que l’on pensait. L’origine de la tolérance et ses racines dans l’Europe moderne se trouve dans la reconnaissance et le respect de la diversité et dans une exigence de dignité pour les personnes, le tout étant entendu comme une manifestation du progrès. C’est dans un cadre permettant le respect et le pluralisme, le libre débat, sans préjugés ni pressions, que peuvent avancer la connaissance, les savoirs, les relations humaines et les sociétés qui nous ont métamorphosés en citoyens. Personne ne peut nous arracher ces conquêtes et la France doit continuer d’être le pays où continuent à souffler les vents de l’orgueil des Lumières et où se transmettent les valeurs de Liberté, d’Égalité et de Fraternité. Ces mots doivent continuer à résonner avec encore plus de force si c’est  possible face aux signes d’ignominie, d’irresponsabilité et de barbarie. Jamais on n’a fait taire les voix qui ont clamé la liberté. Nous sommes plus forts si nous sommes solidaires et l’Europe parle aujourd’hui d’une seule voix contre le fanatisme
Avec nos meilleurs sentiments.

Saragosse, 12 janvier 2015.

Eliseo Serrano Martín
Président de la Fundación Española de Historia Moderna

– Réaction d’Olga Okuneva, seiziémiste spécialiste de la France à l’Institut d’Histoire Universelle de l’Académie des Sciences de Russie, de retour à Moscou après un séjour de recherche de deux mois en France.
“En ces jours du deuil national nous tenons à exprimer toutes nos condoléances et toute notre solidarite avec la France. Hier nous sommes allées a l’ambassade de France à Moscou pour deposer les fleurs. Regardez comment les gens ont reagi. La traduction des inscriptions de la premiere photo: ‘La France, tu sortais toujours victorieuse dans les luttes pour la liberte, nous croyons en toi’, ‘Nous sommes en deuil avec vous’.
‘Nous sommes avec vous en ces journées tendues et tristes'”

securedownload

securedownload-1


Vous aimerez aussi...