Ecritures grises. Atelier n°2: “Instrumenter l’action administrative”

Ecritures grises. Atelier n°2: “Instrumenter l’action administrative”

Coordonné par Arnaud Fossier (Université de Bourgogne), Johann Petitjean (Université de Poitiers) et Clémence Revest (CNRS, Centre Roland Mousnier), le programme Ecritures grises: les instruments de travail administratifs en Europe méridionale, XIIe-XVIIe siècles est inscrit au quinquennal de l’Ecole française de Rome, en partenariat avec le Centre Jean Mabillon (École Nationale des Chartes), le CIHAM UMR 5648 (CNRS – Université Lyon 2 – ÉHÉSS – ENS de Lyon – Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse – Université Lyon 3), le Dipartimento di Giurisprudenza de l’Université Roma Tre, l’Istituto Storico italo-germanico de l’Université de Trente et le Centro Europeo di Ricerche Medievali de l’Université de Trieste. Il articule depuis 2012 l’histoire de la genèse de nouvelles techniques de l’écrit et celle des mutations des appareils de gouvernement de l’Europe méridionale. Structuré autour de trois rencontres (échelonnées entre 2013 et 2015), il ambitionne d’examiner les usages des instruments de travail des administrations (formulaires, listes, inventaires, manuels, etc.), d’observer leur circulation et de mesurer leur efficacité.

Pour une présentation détaillée du projet, des membres de l’équipe et des travaux réalisés, voir ici.

Un premier atelier, organisé à Rome (Piazza Navona, 62), les 20-21 septembre 2013, a ouvert l’exploration des mutations des écritures de l’autorité publique par l’examen de leurs spécificités matérielles, linguistiques et formelles. En tâchant de se placer en deçà des traditionnelles typologies documentaires, l’objectif était de définir ce qu’est une “écriture grise” par la comparaison de divers instruments écrits utilisés par les appareils de gouvernement, mais aussi d’enrichir le concept d'”administration” en substituant aux schémas fonctionnalistes et aux organigrammes contemporains l’analyse des chaînes et des techniques d’écriture. Trois axes ont alors été privilégiés, pour autant de demi-journées d’étude, qui ont interrogé 1) la matérialité des documents préparatoires (écritures comptables et judiciaires, registres de délibération), 2) les techniques administratives (traduire, classer, archiver, etc.), 3) les logiques formelles transversales à l’oeuvre dans la confection d’instruments de travail tels que la liste, le questionnaire ou la compilation.

Intitulé Instrumenter l’action administrative, le prochain atelier du programme se déroulera à Rome, Piazza Navona, les 10 et 11 octobre 2014.
Quatre axes ont été retenus, pour autant d’actions administratives et de demi-journées d’études: compter, archiver/mémorialiser, enquêter/informer, et décider.

Programme en PDF


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search