Le Monde, l’Histoire. Essai sur les histoires universelles

Hervé Inglebert, Le Monde, l’Histoire. Essai sur les histoires universelles, Paris, PUF, 2014, 1240 pages,

29 €, ISBN : 978-2-13-063128-6

Comment et pourquoi certaines cultures, dont la nôtre, ont- elles pensé que la signification du monde s’exprimait dans une « histoire universelle », un récit sur la totalité du passé dont les faits étaient posés comme véridiques et datables ?
Pour montrer que « l’histoire universelle » n’est pas une évidence, mais une représentation particulière du passé, l’auteur a d’abord analysé les termes employés (universalité, totalité, histoire), puis étudié l’historiographie de ce qui a été écrit, de l’Antiquité à nos jours, sur la totalité signifiante du devenir. Car « l’histoire universelle » a d’abord existé en grec, chinois, latin, syriaque, arabe et persan, bien avant que le concept d’Histoire n’apparaisse en allemand, anglais et français vers 1750. Cependant, pour décrire la série des « histoires universelles » en conciliant la longue durée de Braudel et les discontinuités de Foucault, il faut distinguer une archéologie des conceptions anciennes et médiévales, une généalogie de la notion à l’époque moderne, et une histoire contemporaine de « l’histoire universelle ». Enfin, l’auteur pose la question de la signification de « l’histoire universelle » pour notre temps en proposant, après la World History et la Global History, un nouveau projet d’écriture de la totalité du passé, celui d’une chronique des Mondes mieux adaptée aux savoirs de notre époque mondialisée. Par l’ampleur de son érudition et ses ana- lyses, l’ouvrage est sans équivalent dans aucune langue.

Table des matières ici


Vous aimerez aussi...