Table-ronde autour du livre de N. Muchnik “De paroles et de gestes. Constructions marranes en terre d’Inquisition”

L’Institut de recherche pour l’étude des religions organise une table-ronde en commun avec la Société des études juives le mardi 10 juin 2014, de 18h à 20h, salle D040 de la Maison de la Recherche de l’université Paris-IV Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), autour du livre de Natalia Muchnik, “De paroles et de gestes. Constructions marranes en terre d’Inquisition” (éditions de l’EHESS, mars 2014).

« Comment, face à la stigmatisation, une identité se constitue-t-elle ? A travers le cas des marranes dans l’Espagne des XVIe-XVIIIe siècles, Natalia Muchnik montre que l’individu prend sens dans une unité sociale soudée par une mémoire et des pratiques partagées. Ces chrétiens, pour la plupart descendants des juifs convertis au XVe siècle, accusés par l’Inquisition de judaïser en secret, ont développé une identité de groupe. Si la répression inquisitoriale et la clandestinité sont fondamentales pour sa cohésion, la société marrane a ses propres dynamiques. Fragilisée par sa diversité interne, sa mobilité spatiale et la labilité de ses pratiques religieuses, elle a multiplié signes et discours d’appartenance. Les codes qui caractérisent cette société secrète, l’hostilité au catholicisme ou les mythes de l’origine, sont autant d’éléments que le crypto-judaïsant mobilise et agence. Car plus que le contenu des rituels, c’est le processus de ritualisation extrême du quotidien qui forge la société marrane ; le sacré semble partout. L’ouvrage, tel un kaléidoscope, multiplie les points de vue sur les modes d’affiliation. Le marrane dispose ainsi de plusieurs identités potentielles qu’il alterne selon les situations et les interlocuteurs.
Plutôt qu’un déchirement entre deux religions, il révèle la fragmentation de soi et l’impossibilité de dissocier l’individu des rôles qu’il tient. Il témoigne, en somme, d’une pluralité inhérente à tout être humain et du caractère illusoire d’une identité homogène » (présentation de l’éditeur).

Présidée par Mme Mireille Hadas-Lebel, vice-présidente de la Société des études juives, cette séance réunira Mme Myriam Silvera (Rome – la Sapienza) et MM. Pierre-Antoine Fabre (CARE-EHESS) et Benoist Pierre (Tours). Un temps de libre discussion entre l’assistance et les conférenciers aura lieu à l’issue des interventions. Natalia Muchnik, présente dans la salle, répondra aux questions.
L’entrée est libre, dans la limite des places disponibles. Indiquer sa présence à Martin Dumont, si possible avant le 5 juin : martin.dumont@gmail.com


Vous aimerez aussi...