Message des associations d’historiens du supérieur et de l’APHG

Message des associations d’historiens du supérieur et de l’APHG

Les quatre associations d’historiens du supérieur ainsi que l’APHG saluent le maintien d’un programme indispensable au capes d’histoire-géographie et son rapprochement avec ceux des agrégations d’histoire et de géographie. Ils regrettent néanmoins, à l’exception du Conseil d’administration de l’AHCESR, qu’une période soit écartée du programme du Capes et sont solidaires des historiens modernistes qui sont les premières victimes de cette nouvelle configuration du concours (arrêté du 19 avril 2013). Ils demandent donc avec insistance le retour à un Capes constitué de quatre questions d’histoire sans que cela porte aucunement préjudice à la parité avec la géographie. C’est une condition essentielle de maintien de la cohérence des savoirs historiques et de leur bonne transmission aux élèves des collèges et lycées. Les enjeux actuels de la mondialisation rendent nécessaire de couvrir la totalité de la temporalité historique et la diversité des civilisations. De surcroît, la dimension patrimoniale appelée à être mise en valeur par les programmes du secondaire nécessite que les futurs enseignants maitrisent les connaissances et les méthodes nécessaires à l’enseignement et à la compréhension de l’histoire dans toute son étendue chronologique.  Pour la session du Capes 2014, les associations regrettent qu’un corrigé zéro de la seconde épreuve écrite n’ait pas été officiellement diffusé de sorte que les candidats soient placés sur un pied d’égalité et elles voudraient être certaines que l’équité du concours ne souffrira pas des conditions difficiles dans lesquelles les candidats et les enseignants l’ont préparé.
Les cinq associations d’historiens, sensibles aux voeux des étudiants, souhaitent qu’il existe des passerelles entre le master recherche et le master MEEF. Elles sont prêtes à faire en ce sens des propositions aux interlocuteurs ministériels. En particulier, la possibilité de validation dans le master MEEF d’une unité d’enseignement acquise en M1 recherche permettrait aux étudiants qui le désirent d’accomplir une initiation à la recherche. Celle-ci parachèverait leur formation et elle pourrait être précieuse pour la poursuite éventuelle de travaux personnels dans le cadre d’une formation continue.
C’est pourquoi elles demandent de pouvoir rencontrer très prochainement le président du CSP, la direction générale des ressources humaines du ministère de l’éducation nationale et du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, les responsables du comité de pilotage des ESPE, ainsi que le doyen de l’Inspection générale d’histoire-géographie.  SOPHAU, SHMESP, AHMUF, AHCESR, APHG.


Vous aimerez aussi...