Appel à communications : Argent, pouvoir et représentations dans les Amériques et en Europe

Appel à communications : Argent, pouvoir et représentations dans les Amériques et en Europe

Université Paris Ouest Nanterre 20-22 Novembre 2014

Ce colloque international a pour but d’appréhender le rôle essentiel que joue l’argent dans le jeu institutionnel et dans la vie culturelle dans les Amériques, ainsi que ses relations avec le pouvoir. Dans toutes les démocraties libérales, il est en effet source de conflits mais il est également nécessaire dans toute entreprise collective. L’argent peut donc être vu comme le nerf de toute action politique ou culturelle dans un cadre démocratique ; tous les problèmes économiques ou politiques étant, pour partie, pris dans la dialectique du trop ou pas assez d’argent. Dans son livre Money: Whence It Came, Where It Went (titre français : L’Argent) écrit en 1975, l’économiste américain John Kenneth Galbraith se demandait par ailleurs pourquoi quelque chose d’intrinsèquement sans valeur était, de façon si évidente, désirable.
Ce colloque sur l’argent et les pouvoirs, implique un retour à des problématiques anciennes qui n’ont jamais quitté le débat politique américain : par exemple, les problèmes de distribution et de répartition dans la société, de luttes de classes, d’investissements, de groupes d’intérêts, de luttes entre minorités et majorités. Il suffit de penser aux divers mouvements de révoltes contre l’impôt (Tea Party), aux mouvements américains contre l’austérité (Occupy Wall Street), aux budgets militaires rapportés aux dépenses sociales : dans tous ces domaines le problème de l’allocation des ressources et de l’accès inégal au pouvoir se pose.
En Amérique du Nord notamment, des campagnes électorales de plus en plus chères mettent en danger la démocratie elle-même en la réduisant aux financements oligarchiques. Ainsi, les Super PAC (2010) permettent de financer, avec des fonds quasi-illimités, des campagnes de dénigrement à très grande échelle. Ce colloque pourra ainsi montrer que si l’argent peut contribuer à l’expression de la volonté du peuple et donc être un pilier de la démocratie, il peut être un agent de corruption. S’il permet l’accession au pouvoir, il est aussi un équivalent symbolique ou un signifiant du pouvoir. Il définit en grande partie ce que sont la richesse et la pauvreté et sert de convertisseur symbolique pour presque tous les conflits sociaux.
En Amérique latine également, l’argent joue un rôle considérable dans la vie politique, sociale et économique des diverses nations. On pourra étudier les divers héritages de la dictature et les bouleversements induits par le passage à un néolibéralisme à peine contrarié par les élections (cas du Brésil). Les participants pourront également analyser les conséquences dévastatrices de la nouvelle fièvre de l’or qui s’est emparée de pays comme le Pérou, la Bolivie ou encore la Colombie : forêts tropicales ravagées, loi du plus fort, projets d’investissements miniers internationaux. Ils pourront aussi proposer une réflexion sur les réseaux de blanchiment de l’argent criminel qui permettent de passer de l’illégalité financière à la légitimité économique. Un autre axe d’étude pourrait être les problèmes de corruption dus à l’économie rentière, dépendante de l’exploitation du pétrole et du gaz au Venezuela, en Équateur, en Bolivie, ou encore au Mexique ; ces problèmes politiques et économiques handicapent le développement et affaiblissent la démocratie.
La sociologie de la pauvreté ou des comportements des classes dominantes ou élites fortunées prend des formes différentes mais voisines dans les Amériques. L’argent et son exhibition, la consommation ostentatoire, la culture de la célébrité ou le star system sont des signifiants de puissance qui affectent tous les acteurs de la vie sociale ou politique.
Dans le monde de l’art, du cinéma et de la littérature dans les Amériques, la question de l’argent se fait d’autant plus présente que le marché de l’art, l’industrie cinématographique et les maisons d’édition se veulent florissants et sont emportés dans le mouvement général de mondialisation. La relation ambiguë entre inégalité économique et succès du marché de l’art pourra être revisitée. Les participants pourront interroger les films, romans ou œuvres d’art qui jouent de l’appropriation, du détournement, de la parodie, qui sont critiques des mécanismes de l’économie et de l’entreprise ou encore évoquent le caractère fétiche de la marchandise. De nombreux artistes, romanciers ou réalisateurs posent une réflexion sur les chaînes économiques de production, les représentations cyniques du rapport à l’argent, les différents symboles et mythes qui l’accompagnent, les conditions matérielles de la création. Dans la littérature, l’argent est souvent au centre des intrigues. La littérature contemporaine semble être clivée entre une célébration de l’argent fou et sa dénonciation ce qui reflète des conflits générationnels, idéologiques ou stylistiques.
Ce colloque abordera des thématiques politiques et culturelles dans des champs très divers qui traversent les disciplines de la philosophie, de la science politique, de l’histoire et des arts (littérature, art visuel, théâtre, cinéma) pour s’intéresser aux mouvements sociaux, aux minorités, aux productions culturelles aux débats citoyens ou aux dérives anti-démocratiques. Nous attendons donc des propositions dans tous ces domaines évoqués brièvement ci-dessus dans lesquels une problématique fondée sur le pouvoir et l’argent se justifie. Chaque intervenant pourra adapter la thématique du colloque à une discipline ou une aire géographique et politique différente.

Date limite d’envoi des propositions : 15 mai 2014

Contacts:
Pierre Guerlain : pierre.guerlain@u-paris10.fr,
Eliane Elmaleh : eliane.elmaleh@univ-lemans.fr,
Taoufik Djeballi : taoufik.djebali@unicaen.fr,
Salah Oueslati : salah.oueslati@univ-poitiers.fr


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search