La torture, de quels droits ? Une pratique de pouvoir (XVIe-XXIe siècle)

CouvertureNorbert Campagna, Luigi Delia, Benoît Garnot (dir.), La torture, de quels droits ? Une pratique de pouvoir (XVIe-XXIe siècle), Paris, Imago, 2014, 212 p., 20 euros

ISBN : 978-284952-710-8

La torture judiciaire a pour but de faire avouer un crime à un suspect – voire parfois de lui extorquer le nom de ses complices – en lui infligeant, selon un processus précis légalement défini, des sévices physiques très douloureux insoutenables. Héritage du monde romain, cette torture est réintroduite en Occident dans la procédure pénale au XIIIe siècle. Mais dès le XVIIIe siècle, elle est peu à peu abandonnée et, par la suite, universellement interdite par le droit international.
Cependant, depuis quelques décennies, nous assistons à une nette régression car la voici redevenue une pratique d’État dans des pays tenus pour démocratiques, comme les États-Unis. Comment comprendre et expliquer une telle situation ? Pour répondre à ces questions, cet ouvrage, oeuvre conjointe d’historiens, de juristes et de philosophes, aborde successivement trois grandes époques : d’abord, au XVIe siècle, la contestation de la torture judiciaire, puis sa disparition progressive aux XVIIe et XVIIIe siècles, enfin son retour considéré pourtant comme impensable aux XXe et XXIe siècles.

Table des matières

Introduction : De la légitime fin de l’ancienne question à la nouvelle question des fins légitimantes. Norbert CAMPAGNA, Luigi DELIA, Benoît GARNOT

Première partie : La contestation de la torture (XVIe-XVIIIe siècle)

Chapitre 1 : Angleterre. L’utilitarisme classique face à la torture judiciaire (Bentham et Beccaria). Guillaume COQUI
Chapitre 2 : France. « La Question vous paraîtra un acte d’humanité » (Diderot versus Beccaria). Luigi DELIA
Chapitre 3 : Autriche. Sonnenfels critique de Beccaria. Norbert CAMPAGNA
Chapitre 4 : Naples. Torture judiciaire et procès pénal dans la culture juridique des Lumières. Dario IPPOLITO
Chapitre 5 : Confédération helvétique. « Pour l’honneur de la Justice et pour celui de l’Humanité » : Seigneux de Correvon et l’abolition de la torture. Élisabeth SALVI

Deuxième partie : L’abandon de la torture (XVIIe-XVIIIe siècles)

Chapitre 6 : France. Victoire des philosophes ou victoire du droit ? Éric WENZEL
Chapitre 7 : France. Les juges précèdent les Lumières. Benoît GARNOT
Chapitre 8 : Angleterre. La « peine forte et dure ». Réflexions sur la contrainte physique dans la procédure criminelle anglaise (XVIe- XVIIIe siècle) Pascal BASTIEN
Chapitre 9 : Genève. La question n’est qu’un « sujet de pure théorie » au XVIIIe siècle. Michel PORRET

Troisième partie : Le retour de la torture (XXe-XXIe siècles)

Chapitre 10 : La torture et l’État de droit. Interdiction absolue ou possibilité
d’exceptions ? Hubert HAUSEMER
Chapitre 11 : De la torture et d’autres moyens de faire parler un poseur de bombes. Norbert CAMPAGNA

Conclusion : Sortir de la torture ? La logique des cercles vicieux. Jean-Jacques SARFATI

Orientation bibliographique


Vous aimerez aussi...