Voyageurs anonymes aux Antilles

CouvertureVoyageurs anonymes aux Antilles, Édition critique de Bernard Grunberg, Benoît Roux & Josiane Grunberg. Paris, L’Harmattan, 2014, 329p.

Ce travail constitue le volume 4 du Corpus Antillais [Collection de sources sur les Indiens caraïbes], sous la direction de Bernard Grunberg

Les relations anonymes, qui retracent notamment la colonisation, sont nombreuses et portent en général le nom du lieu où elles ont été écrites. La connaissance des populations caraïbes doit beaucoup à ces récits. Pour les Petites Antilles, on connaît cinq relations, publiées dans ce volume : celles de l’Anonyme de Carpentras, de l’Anonyme de Saint-Christophe, de l’Anonyme de Grenade, celle du “gentilhomme écossais” et celle de l’Anonyme de Saint-Vincent. Ces documents manuscrits apportent un regard souvent original sur les événements, dont les différents auteurs ont été les témoins. Ils se démarquent ainsi des Histoires et des Relations des religieux. L’identification des auteurs de ces relations a donné lieu à de nombreux débats sans jamais, à ce jour, véritablement convaincre. En outre, l’origine et le parcours de ces manuscrits restent souvent obscurs. Sans entrer dans les débats, nous présentons simplement ici, après un bref rappel des connaissances sur ces textes et leurs auteurs, l’édition critique de ces documents réalisée à partir de leurs plus anciens témoins manuscrits.


Vous aimerez aussi...