Le sol et le sang. La famille et la reproduction sociale en France du Moyen Age au XIXe siècle

CouvertureJérôme Luther Viret, Le sol et le sang. La famille et la reproduction sociale en France du Moyen Age au XIXe siècle, Paris, CNRS, 2014, 491p.

A la croisée de la démographie, de l’anthropologie et de l’histoire du droit, voici la première étude sur l’évolution des structures familiales de l’an mille aux premières décennies du XIXe siècle. Un éclairage stimulant, dans la grande tradition d’Emmanuel Le Roy Ladurie, qui invite à reconsidérer nombre d’objets historiques : l’évolution de la propriété foncière, les transformations de la noblesse, la question de l’office dans la société d’Ancien Régime et, au-delà, les liens qu’entretient l’Etat monarchique avec la sphère familiale. Jérôme Luther Viret s’attache à comprendre les problèmes pratiques que cherchaient à résoudre les populations du passé : nécessité d’entretenir les parents dans la vieillesse, volonté de donner à l’ensemble des enfants un destin, perpétuation de la famille comme communauté de sang où se transmet un patrimoine matériel et immatériel. Une étude stimulante qui ouvre la voie à l’écriture d’une nouvelle histoire de la société française sur la très longue durée.

Chapitre Premier. Des usages collectifs aux droits savants

Chapitre deux. Les élites, l’état et le patrimoine

Chapitre trois .Modèles familiaux et régimes d’autorité

Chapitre quatre. La fin des patriarches


Vous aimerez aussi...