Les Annales briochines. 1771. Saint-Brieuc : histoire d’une ville et d’un diocèse

CouvertureOlivier Charles, Les Annales briochines. 1771. Saint-Brieuc : histoire d’une ville et d’un diocèse, Presses Universitaires de Rennes / Société d’Emulation des Côtes d’Armor, 2013, 625 p.

ISBN : 978-2-7535-2833-8.

Les Annales briochines 1771 Saint-Brieuc : histoire d’une ville et d’un diocèse Le chanoine briochin Christophe-Michel Ruffelet (1725-1806) est aujourd’hui un quasi-inconnu. Et pourtant… Bien qu’ecclésiastique au parcours classique, attaché à l’organisation sociale de son temps, soucieux de la place et du rôle central de l’Église dans la société, le personnage a développé un réel particularisme dans le monde capitulaire breton. Esprit ouvert aux sciences, engagé dans certains combats politiques provinciaux, grand lecteur, il est aussi l’un des très rares chanoines historiens bretons d’Ancien Régime. C’est d’ailleurs à cette dernière qualité qu’il doit d’échapper au purgatoire historique (Ph. Loupes) où sont relégués nombre de ses contemporains. De fait, ses Annales briochines, parues en 1771, constituent la première véritable histoire de Saint-Brieuc et de son diocèse et sont demeurées jusqu’à aujourd’hui une source de première main pour nombre d’historiens. Republiées en 1850 par Sigismond Ropartz, elles font ici l’objet de leur première édition commentée. Une première partie situe l’auteur dans son milieu social et culturel, avant d’en préciser la place et les positions dans l’historiographie bretonne des XVIIe et XVIIIe siècles, et, à l’échelle nationale, dans la galerie des chanoines historiens. Revenant plus précisément à l’analyse globale du texte des Annales, la seconde partie décrit sous des angles successifs l’image du diocèse et de sa capitale qui s’en dégage, en analysant de manière critique le texte de Ruffelet, sans en oublier les « angles morts » et les « oeillères ». Le lecteur peut alors, dans une troisième partie, découvrir le texte de Ruffelet accompagné d’un imposant appareil critique. Grâce à l’évocation de nombreux événements, des notes complémentaires, des listes (de paroisses, d’évêques…), l’auteur y brosse un saisissant panorama de l’histoire briochine jusqu’en 1768. Les Annales apparaissent alors comme un réel effort de construction d’une identité diocésaine dans un espace qui semble en être jusque-là dépourvu. Plus largement cet ouvrage se veut aussi une mise au point historique, historiographique et bibliographique sur l’espace briochin de l’Antiquité au XVIIIe siècle.

L’édition de la source est précédée d’une présentation de 200 pages, rédigée par O. Charles, G. Aubert, G. Provost, N. Mathieu, Y. Lagadec, S. Perréon et C. Kermoal, est accompagnée de nombreuses notes, et est suivie de 100 pages d’annexes et index.


Vous aimerez aussi...