Journal d’un chanoine du Mans, Nepveu de La Manouillère (1759-1807)

Couverture

Sylvie Granger, Benoît Hubert et Martine Taroni (texte étab. et annot. par), Journal d’un chanoine du Mans, Nepveu de La Manouillère (1759-1807), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 772 pages.
ISBN : 978-2-7535-2774-4 ; 28,00 €

À l’âge de 26 ans, il naît à la fois à la vie capitulaire et à l’écriture : intronisé chanoine de la cathédrale du Mans, il entreprend un journal qui ne s’arrêtera qu’à l’extrême fin de sa vie. Héros obscur par excellence, il y parle peu de lui-même mais note ce qu’il observe et entend : cérémonies, mondanités, exécutions publiques, rumeurs ou ragots, la vie qui va dans son chapitre, sa ville et sa province… Du cœur du Mans à sa « campagne » de la Manouillère, on rencontre sous sa plume évêques, dignes confrères et vénérables curés, aussi bien que les élites locales, belles dames d’esprit, magistrats en robes rouges ou négociants enrichis. Quand la Révolution vient dérégler sa vie douillette, le journal passe de l’ironie à la peur et dit les bouleversements survenus, les émotions du « mauvais peuple », les cachettes, la prison. Puis viennent l’apaisement et la réconciliation, en même temps que la vieillesse.

Véritable chronique urbaine et ecclésiale, ces pages fourmillent de détails insolites et offrent une inégalable base de données avant la lettre sur la société du temps.

Pour la première fois édité en version intégrale, dans la saveur de sa langue d’origine, le texte est éclairé par trois chercheurs aux spécialités complémentaires :
– Sylvie Granger, enseignante chercheuse en histoire moderne à l’Université du Maine : ses travaux sur les musiciens d’Église du XVIIIe siècle l’ont rendue familière du monde canonial, au Mans et ailleurs ;
– Benoit Hubert, Docteur en histoire moderne, et professeur au CNED /UA Supérieur : sa thèse sur le négociant manceau Leprince, contemporain du chanoine Nepveu, l’a amené à bien connaître la société mancelle au temps des Lumières ;
– Martine Taroni, Docteure en histoire moderne, elle est elle aussi spécialiste des écrits du for privé, et plus particulièrement du clergé au moment de la Révolution, grâce à sa thèse sur François-Yves Besnard, un prêtre en Révolution.
Tous trois appartiennent au Centre de Recherches Historiques de l’Ouest (CERHIO, UMR 6258).

Lien éditeur ici


Vous aimerez aussi...