Histoire du carnaval de Venise XIe-XXIe siècle

CouvertureGilles Bertrand, Histoire du carnaval de Venise XIe-XXIe siècle, Paris, Pygmalion, 2013, 359 p.

ISBN 978-2-7564-0837-8, 23,90 euros

On a tendance aujourd’hui à associer au carnaval de Venise une image figée qui nous aurait été léguée par le XVIIIe siècle. Pourtant l’histoire de ce moment festif est beaucoup plus longue et complexe. Au carnaval civique destiné à façonner au Moyen Âge la cohésion sociale et politique de la commune, succéda un carnaval voulu par l’aristocratie et associant le peuple aux jeux publics pour mieux dire au monde la puissance et la fascination de cette ville hors du commun.

Lorsqu’à la fin du XVIe siècle la primauté commerciale et politique de la Sérénissime en Europe finit par s’essouffler, le carnaval prit le relais des fastes de l’économie marchande et de la diplomatie en accueillant les princes d’Europe et en s’ouvrant à l’opéra.

Puis, alors que la ville se repliait sur ses possessions de Terre ferme, le carnaval devint plus monotone, cachant surtout la crise sinon économique, du moins morale, politique et sociale de la République, avant de se réduire au XIXe siècle à des épisodes fugaces de vie collective, à des fêtes privées et à des occasions de création artistique. Son retour en 1980 a réalisé un subtil mélange : ressusciter une fête urbaine qui renvoie  aux fastes baroques du XVIIe siècle tout en l’associant aux souvenirs de Vivaldi, de Pietro Longhi et de Goldoni, contemporains du siècle des Lumières.

C’est cette passionnante histoire qui est ici racontée.

 

Introduction

Venise, la République des masques

 

I. Le carnaval, rituel civique et affaire d’Etat

XIe-début XVIe siècle

Les origines : unir les habitants autour de la célébration de la puissance de la ville

Le tournant de la fin du XIVe siècle

Cohésion civique et domination aristocratique : la rupture du premier quart du XVIe siècle

 

II. La fabrique du carnaval baroque

XVIe-XVIIIe siècle

La multiplicité des divertissements

Des plaisirs publics offerts aux étrangers

Le temps des spectacles profanes : le théâtre et la musique

 

III. Un carnaval réglé : contrôler les plaisirs, protéger la République

jusqu’en 1797

Un temps du carnaval élargi mais sous contrôle de l’Etat

Le costume de masque, instrument de régulation sociale

Encourager la licence ou lutter contre elle ?

 

IV. Un mythe destiné à exorciser l’angoisse

XVIIe-XVIIIe siècle

La lente émergence des images dessinées et peintes du carnaval

Goldoni metteur en scène des masques du carnaval

Le carnaval des voyageurs, reflet d’une société inquiète

 

V. Le long traumatisme de la chute de la République

mai 1797-début XXe siècle

Le purgatoire de l’époque romantique

Les formes nouvelles d’un carnaval embourgeoisé

Le carnaval face à la modernité (1850-Première Guerre mondiale)

 

VI. Une tentative de réenchantement

des années 1920 à aujourd’hui

Usages, métamorphose et disparition du carnaval sous le fascisme

Le temps des expositions et de la mémoire nostalgique

Le nouveau carnaval depuis 1980

 

Epilogue

Les nouvelles utopies du carnaval

 

Glossaire vénitien

Bibliographie

Index des noms de personnes

 


Vous aimerez aussi...