Séminaire franco-britannique d’histoire : “The squire’s dead hand : the influence of genealogy on the development of biography in Restoration England”

Séminaire franco-britannique d’histoire
17 octobre, 17h30 à 19h30 à la Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e ), salle D040

Jan Broadway (Manchester), “The squire’s dead hand : the influence of genealogy on the development of biography in Restoration England”

La plupart des travaux consacrés aux pratiques généalogiques anglaises ont privilégié le monde des érudits et des lieux de sociabilités héraldiques (College of Arms de Londres, Société des Antiquaires). Dans l’écriture généalogique et l’histoire locale, les membres de la gentry rurale ou des élites urbaines ont bien souvent été considérés de manière négative, pour leurs prétentions fantaisistes ou leur amateurisme. Leur participation, en qualité de lecteur, de commanditaire ou d’auteur, a donc été négligée. Spécialistes des pratiques érudites de la gentry, Jan Broadway a exploré la nature collective et négociée de l’écriture généalogique sous Elisabeth et les premiers Stuarts(‘No historie so meete’: Gentry Culture and the Development of Local History in Elizabethan and Early Stuart England, Manchester, 2006). Spécialiste de William Dugdale, elle participe aux activités du CELL (http://www.livesandletters.ac.uk), un projet collectif chargé de la mise en ligne des correspondances et des documents du for privé. Dans ses dernières enquêtes, elle étudie la manière dont les « country squires » participent à l’invention de nouvelles conventions biographiques à partir des années 1650, elle souligne par là les nombreuses analogies entre les écritures biographique et généalogiques.


Vous aimerez aussi...