Pacifique de Provins & Maurile de Saint Michel. Missionnaires capucins et carmes aux Antilles

CouvertureBernard GRUNBERG (Ed.), Pacifique de Provins & Maurile de Saint Michel. Missionnaires capucins et carmes aux Antilles, Paris, L’Harmattan, 2013, 384p.

Ce travail constitue le volume 3 du “Corpus Antillais”, [Collection de sources sur les Indiens caraïbes], sous la direction de Bernard GRUNBERG

Carmes et capucins ont participé aux premières étapes de la colonisation française des Petites Antilles. Seuls deux d’entre eux nous ont laissé un témoignage de leur mission et de leurs actions.

Après avoir accompli plusieurs voyages en Orient, le capucin Pacifique de Provins (1588-1648) s’embarque en 1645 pour les Antilles. Commissionné comme préfet apostolique, il y visite les îles de la Martinique, la Dominique et Marie-Galante, avant de s’établir, pour quelques mois, à la Guadeloupe, où il rédige sa Brève relation du voyage des îles de l’Amérique. Cet écrit «d’honnête curiosité, … sincère et véritable», imprimé dès son retour en France (1646), témoigne succinctement de ce qu’il a vu durant son séjour.

Le Voyage des îles camercanes est l’oeuvre du carme Maurile de Saint Michel (ca 1615 – 1669). Ce récit, publié en 1652, témoigne du bref séjour de son auteur à Saint-Christophe et décrit les circonstances de l’établissement des carmes dans les Caraïbes. Cette oeuvre, écrite à la demande du général de l’ordre, s’adresse à ses confrères susceptibles de partir à leur tour en mission, à ceux qui se trouvent déjà dans les îles mais aussi aux laïcs curieux de la colonisation. Si ce texte contient de longs développements théologiques, qui tiennent sans doute beaucoup au style et à la volonté propres de l’auteur, il  reprend cependant la description traditionnelle des îles, de leurs ressources et de leurs premiers habitants, les Caraïbes, faisant transparaître la complexité des rapports que ces derniers entretiennent avec les Européens. De la vie coloniale, il développe essentiellement l’organisation économique et témoigne du contexte particulier des années 1640 – 1650, marquées par la chute de la Compagnie et le rachat des îles par les gouverneurs, alors que s’opère le relais entre le cycle du tabac et celui de la canne à sucre. De sa brève expérience coloniale, Maurile de Saint Michel a tiré une oeuvre dense, qui définit une manière originale de penser et de vivre le travail missionnaire, mais aussi d’écrire une relation.

 

Édition critique de Bernard GRUNBERG, Benoît ROUX & Josiane GRUNBERG.

Avec la collaboration d’Annella KNERR,  de Joël HANRY et d’Eric ROULET.


Vous aimerez aussi...