TRIBUNE (Libération)”«Ecoles normales du XXIe siècle» : un cursus à revoir “

TRIBUNE

«Ecoles normales du XXIe siècle» : un cursus à revoir

S’il était nécessaire de mettre un terme à la réforme Blanquer de 2019, le projet de recrutement et de formation des enseignants voulu par Gabriel Attal est flou et lancé à marche forcée, regrettent des associations universitaires d’histoire et de géographie. Elles appellent à reporter son application pour laisser place à la concertation.

par Un collectif d’associations d’universitaires et d’enseignants

publié le 10 avril 2023

Les «écoles normales du XXIe siècle» promues par Gabriel Attal vont transformer en profondeur la réforme de la formation initiale et du recrutement des professeurs. Les récentes précisions officielles, par la prise de parole présidentielle, révèlent l’ampleur des changements à venir.

Au niveau de la licence, on assiste à la création d’un cycle préparatoire aux nouvelles ENSP (Ecoles nationales supérieures du professorat). Celui-ci est composé d’une licence préparatoire au professorat des écoles (LPPE) pour le concours de recrutement au professorat des écoles (CRPE) et de deux modules «enseignement» dans les licences disciplinaires pour le Capes, représentant deux semestres complets. Au niveau du master, un «cycle supérieur des ENSP» intègre une formation professionnalisante des lauréats du concours, les fonctionnaires stagiaires sont rémunérés avec une titularisation anticipée en fin de M2.

Quant au concours, il est désormais inséré au second semestre de la L3 alors qu’il était situé depuis plus de trente ans à bac +4, et depuis 2021, en fin de M2 (bac +5).

Sécuriser le recrutement des enseignants

Les associations universitaires d’histoire et de géographie, signataires de cette tribune, se félicitent que soit mis un terme à la réforme de 2019 portée par Jean-Michel Blanquer, très contestée et qui n’a fait qu’accentuer la crise du recrutement des professeurs. C’est une défaillance à laquelle un Etat démocratique se doit de répondre. Si le niveau de la rémunération des lauréats et lauréates des concours prévu par la nouvelle réforme (déjà revu à la baisse) est un élément d’attractivité, ce sont surtout les conditions décentes d’exercice du métier et la stabilisation de la formation et des concours de recrutement qui pourront sécuriser le recrutement des enseignants. Cela suppose une concertation capable d’emporter l’adhésion suffisante des parties prenantes. Or de ce point de vue, la méthode aujourd’hui est la même qu’en 2019 : brutale et méprisante.

Le projet qui se profile aujourd’hui prévoit ainsi de commencer dès septembre 2024 à mettre en place l’ensemble du nouveau dispositif. Or, la lettre de cadrage des licences de CRPE et des modules de Capes n’arrivera qu’en mai, tandis que le statut des futures ENSP n’est même pas défini. A nouveau, les ministères imposent une cadence infernale, irrespectueuse des calendriers universitaires, à des formations qui sont bien évidemment diverses à l’échelle nationale, et pour cette raison, il faut le rappeler, impropres à l’application d’un schéma unique. A nouveau, nous allons mettre en place des années de transitions réalisées à rythme forcé, dont nous connaissons, hélas, les effets en termes de perte de cohérence des formations et de discontinuité des progressions.

Surseoir à la réforme, pour laisser le temps à la concertation

C’est pourquoi les associations universitaires d’histoire et de géographie appellent à surseoir à cette réforme au moins pour cette année, afin de donner le temps de construire un projet concerté, véritablement ambitieux pour la formation des enseignants. A leurs yeux, les points suivants réclament éclaircissement.

Le texte est flou sur les attributions de chacun et sur les moyens financiers et humains mis à disposition pour la réalisation de la réforme. Comment les petites et moyennes universités vont-elles parvenir à financer les modules «enseignement» de licence ? Le risque de disparition de formations Capes est réel, comme la perte d’égalité des territoires face aux concours qu’elle entraînerait. De plus, alors qu’on pourrait attendre le renforcement de l’universitarisation de la formation des professeurs, il n’est fait aucune référence au partenariat entre les Unités de formation et de recherche (côté universitaire) et l’Institut national supérieur du professorat (côté formation). C’est pourtant ce qui a permis jusqu’ici d’articuler formation professionnelle et formation disciplinaire fondamentale jusqu’à la fin du master.

Les temps, tout autant que les contenus de formation, demeurent indéfinis. Le master ENSP met l’accent sur la pratique professionnelle. Cela ne doit conduire à une réduction ni du volume horaire de la formation, actuellement fixé à 800 heures d’enseignement, ni des exigences scientifiques, ni de la place de la recherche prévue par le cadrage européen du master. L’expérience de la recherche universitaire, disciplinaire et didactique, est seule capable d’apporter aux futurs professeurs la maturité nécessaire à une pratique exigeante de l’enseignement.

Concernant les professeurs des écoles, si le choix est fait de renforcer les formations en mathématiques et en lettres, il faut également souligner l’importance de la formation en histoire et en géographie, au sein des disciplines dites «de la polyvalence». Il y va de leur place essentielle dans les programmes scolaires et dans la société. Nous restons attachés aux questions thématiques du concours du Capes, socles de la formation des enseignants mais également structurantes pour les dynamiques de nombreuses disciplines.

Enfin, la possibilité, pour les étudiants et étudiantes engagés en parcours «enseignement» de revenir sur leur choix reste tue. Elle est pourtant également un élément important d’attractivité et la garantie du maintien d’une indispensable perméabilité entre exigences de l’enseignement et de la recherche.

Pour toutes ces raisons, les associations d’histoire et de géographie demandent que des précisions soient apportées rapidement sur les attendus de cette énième réforme majeure du système éducatif français, déjà si fragilisé, et qu’elle soit reportée afin que le temps soit laissé à la concertation et à l’écoute des instances représentatives.

Signataires : Claire Soussen Au nom de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Shmesp) Nicolas Le Roux Au nom de l’Association des historiens modernistes des universités françaises (Ahmuf) Laurence Guignard et Charles-François Mathis Au nom de Historiennes et historiens du contemporain (H2C) Joëlle Alazard Au nom de l’Association des professeurs d’histoire-géographie (APHG)Amaël Cattaruzza Au nom du Comité national français de géographie (CNFG)



Citer ce billet
AHMUF (2024, 12 avril). TRIBUNE (Libération)”«Ecoles normales du XXIe siècle» : un cursus à revoir “ AHMUF _ Association des Historiens Modernistes des Universités de France. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w79j

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search