Emmanuel Le Roy Ladurie (1929-2023)

Dans les nombreux hommages rendus à Emmanuel Le Roy Ladurie, un sujet revint avec insistance ; il fut l’historien français, voire l’historien le plus traduit au monde, son Montaillou, village occitan battant tous les records de vente. Cet ouvrage, significatif de l’émergence de l’anthropologie historique, connut des versions en chinois, coréen, japonais ou serbocroate, langue désormais caduque. Mais les francophones bénéficient d’un privilège ; l’accès à l’écriture inégalé d’Emmanuel Le Roy Ladurie, difficilement transposable dans un autre idiôme. Son style musical, d’un rythme envoutant, émaillé de tournures qui emportent le lecteur, rendent l’approche aisée, fascinante, même quand il s’agit de ses livres les plus pointus. Son art de créer des tableaux vivants témoigne de l’empathie de l’auteur avec ses personnages pour nous plonger dans des siècles éloignés.

Sa voracité intellectuelle le poussa à apprendre des langues ; il parlait couramment l’anglais, avec un accent qui attendrissait même les plus francophobes entre Oxford, Cambridge, Princeton ou Harvard, puis l’allemand dont il avait une bonne maîtrise, s’y associaient des connaissances de l’italien, puis un apprentissage tardif du russe selon une bonne vieille méthode soviétique, insistant, à son grand amusement, sur le vocabulaire rural et industriel. Parmi ses derniers projets, il faut nommer une histoire du climat en Russie et URSS du tournant des XIXe-XXe siècles à la Seconde guerre mondiale ; elle devait illustrer sur un mode inédit les événements que nous connaissons tous.

Dans les hommages récents consacrés à Emmanuel Le Roy Ladurie les termes « médiéviste » ou « moderniste » se réitèrent. Or il n’était pas un « iste », se laissant enfermer dans une période restreinte de l’histoire. Maîtrisant parfaitement le latin, son outil de travail pour faire résonner notre langue, et excellent paléographe, il était à l’aise dans des siècles qui sont de moins en moins étudiés et qui offrent peu de postes aux concours nationaux. Esprit novateur, curieux de tout, Emmanuel Le Roy Ladurie partit bien au-delà de ces « ismes », à preuve ses recherches sur le climat, basées sur la longue durée braudélienne, mais aussi des travaux fondamentaux, moins connus, comme l’Anthropologie du conscrit français d’après les comptes numériques et sommaires du recrutement de l’armée (1819-1826) publiée avec Jean-Paul Aron et Paul Dumont en 1972. Pionnier de l’histoire économique et sociale du monde paysan, il fut amené à s’intéresser à la littérature (n’était-il pas l’éditeur de La Terre d’Émile Zola ou du Curé de campagne de Balzac), à l’histoire de l’art (il avait imaginé un ouvrage sur les paysans dans la peinture) ou encore aux sciences dures, comme le montre sa collaboration avec le GIEC et Jean Jouzel.

Son amour du chiffre, de la statistique et de la cartographie fit de lui l’un des pionniers de l’usage de l’informatique dans la recherche historique. Nommé, en 1987, administrateur général de la Bibliothèque nationale, il entreprit l’informatisation du catalogue général, accompagné du récolement total des fonds devenu urgent pour la préservation d’un patrimoine mondial. Il incita aussi les premières numérisations d’ouvrages rares, au grand dam de certains de ses collègues ou élèves qui se voyaient privés du plaisir de caresser reliures en pleine peau ou papier chiffon. Mais, son passage à la BN lui apporta un autre triomphe : animé par le respect de la recherche et du chercheur, il sut arrêter les incessantes grèves dès les premières semaines de son arrivée grâce à sa capacité d’entretenir un dialogue intuitif et constructif avec le personnel du site Richelieu.

Nommé jeune, à 44 ans, professeur au Collège de France, il se vit très tôt privé de ce vivier d’étudiants auquel il était très attaché. Si ses cours au Collège, devant une salle comble, s’adressaient à un plus vaste public, son séminaire devint un important « bouillon de culture » où se côtoyaient chercheurs titulaires et doctorants dont certains y faisaient leurs premiers pas en dehors des bancs de leur faculté. Emmanuel Le Roy Ladurie suivait, fidèle à sa nature scrutatrice, parfois inquisitoire, chaque mot des intervenants, commentait le moindre détail et posait souvent la question qui remettait tout un développement en question. Avec son extrême rigueur et son souci de l’écriture déjà évoqué, il forma deux générations de chercheurs. Celles et ceux qui avaient la chance de l’avoir comme directeur de thèse retrouvaient leur tapuscrit minutieusement annoté ; à l’instar des épreuves remises à ses éditeurs, il corrigeait entre les lignes, allant jusqu’à former des spirales contournant les marges du texte, un cauchemar pour ses lecteurs-correcteurs, sa secrétaire, Françoise Malvaud, et nous, petits chercheurs en herbe. Il arrivait que nous ne parvenions pas à déchiffrer son écriture, très difficile d’accès, et que nous lui demandions, timidement, des explications. Il rétorquait, selon le cas, avec son franc-parler légendaire, mais sans méchanceté : « Vous êtes sur la bonne voie » ou « Votre plan est complètement idiot » ou encore « Vous écrivez comme un cochon ! ». Certes, la méthode ne passerait plus de nos jours,  mais le nombre de ses doctorants et doctorantes  ayant fait de belles carrières révèle un autre aspect de la personnalité d’Emmanuel Le Roy Ladurie : pousser ses élèves et collaborateurs à se dépasser, sans jamais les exploiter. Ce fut, avec son œuvre, un des legs les plus importants de celui que nous appelions et appelons « Maître ».

Francine-Dominique Liechtenhan

Directrice de recherche émérite au CNRS

Centre Roland Mousnier (UMR 8596)



Citer ce billet
AHMUF (2023, 1 décembre). Emmanuel Le Roy Ladurie (1929-2023). AHMUF _ Association des Historiens Modernistes des Universités de France. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/awbu

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search