Les lieux de l’histoire : prisme local et échelles d’observation à l’époque moderne

Appel à communications – Colloque annuel de l’AHMUF

Vendredi 24 novembre 2023 – Paris

Organisation : Association des historiens modernistes des universités françaises

À l’heure où l’histoire globale jouit d’une forte visibilité universitaire et médiatique, le colloque entend interroger la place du local dans les travaux récents des historiens, indépendamment de l’aire géographique et du champ disciplinaire qui les occupent.

Dans le cadre d’une réflexion épistémologique, la question d’un prisme local renvoie tout d’abord à la rupture introduite par l’école italienne dans les années 1970-1980. La microhistoire, inspirée notamment des travaux fondateurs de Carlo Ginzburg et Giovanni Levi, a mis en lumière des processus sociaux uniquement perceptibles à l’échelle locale. La densité et la dispersion des sources italiennes ont ainsi offert le terreau de démarches nouvelles, empiriques, fondées notamment sur l’examen intensif des interactions sociales et la restitution des réseaux de relations entre individus. Cette perspective s’éloignait à dessein du déterminisme structural et permettait de sortir de l’étude de cas à valeur d’exemple, en expérimentant des jeux d’échelles.

Qu’ils se reconnaissent ou non comme les héritiers de la microstoria, comment les historiens construisent-ils aujourd’hui leur objet par un prisme local ? Sous le néologisme « glocal », certains praticiens de l’histoire globale et connectée se sont eux-mêmes emparés de la question, en mettant en avant l’opération historiographique visant à délimiter des scènes relativement circonscrites d’interactions à large rayon. Toute histoire étant par définition située, comment définir des contextes pertinents d’analyse, pouvant nécessiter le recours à plusieurs échelles ? Et en corollaire, comment construire un périmètre d’observation adéquat, susceptible d’impliquer plusieurs « lieux » qu’il s’agit alors d’articuler ?

Cette réflexion sur les « lieux » de l’histoire se veut donc une invitation à pénétrer dans la fabrique d’objets forgés dans les questionnements qui travaillent actuellement les champs historiographiques les plus variés. On pourra dès lors se demander comment le prisme local permet de penser la singularité, quelle est sa force heuristique propre et quels types de comparaison ou quelles formes de généralisation il autorise. Une réflexion sur la traduction et la projection spatiales des phénomènes et sur les notions de « lieu », d’ « espace » et de « territoire » pourra apporter des éléments de discussion féconds. On s’interrogera également sur le rapport de l’espace au temps et sur le rapport aux sources : dans quelles conditions s’opère la délimitation d’un corpus sous cette focale ? Après le « tournant archivistique », l’intérêt renouvelé pour les logiques d’archivages et les pratiques de l’écrit a-t-il modifié les pratiques historiennes ? Enfin, quelles relations de voisinage les historiens privilégiant un prisme local entretiennent-ils avec les sciences sociales (sociologie pragmatique, anthropologie, etc.) et les disciplines qui agissent dans le même périmètre (archéologie, histoire de l’art, littérature, etc.) ?

Les propositions de communication (500 mots) sont à envoyer, accompagnées d’un court CV, à bulletin.ahmuf@gmail.com avant le 15 juin 2023. Les propositions seront examinées par le Bureau ainsi que le comité scientifique du Bulletin de l’AHMUF.

Argumentaire colloque PDF



Citer ce billet
AHMUF (2023, 10 mai). Les lieux de l’histoire : prisme local et échelles d’observation à l’époque moderne. AHMUF _ Association des Historiens Modernistes des Universités de France. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/awai

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search